Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 nov. 2009

Au Brésil, une minijupe fait scandale

Au Brésil, on ne l’appelle plus que la « blonde à la minijupe », mais Geisy Arruda se serait bien passée d’une telle renommée. La jeune femme de vingt ans est au centre d’une affaire qui émeut tout le pays, et souligne à quel point l’image qu’on se fait d’un Brésil « libéré » est parfois erronée.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Au Brésil, on ne l’appelle plus que la « blonde à la minijupe », mais Geisy Arruda se serait bien passée d’une telle renommée. La jeune femme de vingt ans est au centre d’une affaire qui émeut tout le pays, et souligne à quel point l’image qu’on se fait d’un Brésil « libéré » est parfois erronée.

L'histoire a commencé le 22 octobre quand l’étudiante en tourisme arrive à l'université privée Bandeirante, dans l'État de Sao Paulo, vêtue d’une robe rose très courte. Son arrivée provoque une émeute : quelques étudiants commencent à l’agresser, puis c’est l’effet panurge : ils sont bientôt près de 700 à la poursuivre dans les couloirs de la faculté en la traitant de « pute ». Un groupe d’amis et de professeurs l’aide à se cloîtrer dans une salle de classe, pour éloigner la meute.

Ce n’est que plus tard que Geisy parvient à quitter les lieux, sous l'escorte de la police. Elle a alors le corps recouvert d’une blouse de laborantine, pour échapper aux regards. Les images de l’agression, filmée avec des téléphones portables, tournent en boucle sur la toile. Internet aidant, l’histoire fait le tour du pays. Surtout quand, le 6 novembre, l'université a annoncé l'expulsion de l'étudiante, arguant «un manque de respect flagrant des principes éthiques, de la dignité académique et de la moralité».

Le visage de la jeune fille en pleurs, qui se retrouve à la porte de l’université choque tout le Brésil. Dans la foulée, le gouvernement exige de l’université qu’elle fasse marche arrière, alors que le ministère public fédéral a ouvert une enquête. Le ministère de l'Education a par ailleurs demandé si les étudiants (filles et garçons) qui ont agressé verbalement la jeune fille avaient également fait l'objet de sanctions administratives.

Deux députés de gauche ont demandé que cette affaire soit débattue publiquement devant la commission de l'Education du Congrès. L’un d’eux, le député Ivan Valente a déclaré que «les scènes de furie et de délire collectifs vus dans les couloirs de l'université frisaient le fascisme».

Du surréalisme dans le pays du bikini ? L’épisode rappelle que le Brésil compte plus de 5000 municipalités, et que si les mœurs sont très libérées dans les capitales, c’est beaucoup moins le cas dans l’intérieur du pays, au fin fond de chaque Etat. Le machisme est encore une valeur profondément ancrée dans la culture d’un pays où le nombre de femmes battues reste considérable et où l’avortement est interdit.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal — Social
La souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky