L’amour au temps de la mondialisation

On savait les Brésiliens fous des sites de relations sur internet. C’est au Brésil que Orkut et les autres font leur plus gros chiffres d’affaires. Mais un jeune couple de Brésiliens vient de pousser la logique jusqu’au bout en décidant de se marier en ligne.

On savait les Brésiliens fous des sites de relations sur internet. C’est au Brésil que Orkut et les autres font leur plus gros chiffres d’affaires. Mais un jeune couple de Brésiliens vient de pousser la logique jusqu’au bout en décidant de se marier en ligne.

Rafael Nunez Sá Freire a 26 ans, il travaille dans la publicité à Shanghai, en Chine. Sa promise, Sara Stultz, est étudiante à Nice, en France. La semaine dernière, ils ont décidé de faire fi de la distance en se mariant sur internet. Virtuellement, le couple se trouvait à Osasco dans la banlieue de Sao Paulo. A midi, les parents de la fiancée se trouvaient chez le juge pour célébrer la noce, retransmise par caméra digitale. Les parents de Rafael ont aussi assisté virtuellement à la noce, se trouvant à Barcelone, en Espagne. Pour que la cérémonie ait lieu, on avait du rassembler trois ordinateur portables pour voir tous les protagonistes. Officiellement, le mariage a été célébré par procuration, des amis ayant été chargés de la signature des promis. Mais le juge a voulu jouer le jeu, en demandant aux fiancés d’échanger en direct les accords. Les jeunes gens se sont mis chacun une bague au doigt au même moment. La vraie fête aura lieu en août à Sao Paulo, tout comme le mariage religieux. Le couple prévoit d’aller s’installer à Shanghai. Ravis, les deux amoureux n’ont manifesté qu’un seul regret : devoir attendre quatre mois pour la nuit de noces....

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.