Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 mai 2010

Pour combattre l’hypertension, le ministre de la santé brésilien a un remède: plus de sexe!

Connu pour ses positions polémiques – notamment en faveur de l’avortement dans un pays où il est toujours interdit, déclenchant la colère de l’Eglise –, le ministre de la santé brésilien, José Gomes Temporão, occupe de nouveau les unes des journaux.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Connu pour ses positions polémiques – notamment en faveur de l’avortement dans un pays où il est toujours interdit, déclenchant la colère de l’Eglise –, le ministre de la santé brésilien, José Gomes Temporão, occupe de nouveau les unes des journaux. En annonçant qu’un quart des Brésiliens souffraient d’hypertension aujourd’hui, contre 21,5% en 2006 – une hausse qui s’explique aussi par une plus grande affluence dans les hôpitaux –, il a assuré que la prévention était la meilleure façon d’éviter la maladie. Les Brésiliens doivent, selon lui, changer leurs habitudes alimentaires et pratiquer plus d’activités physiques, en particulier le sexe. «En plus de manger cinq fruits et légumes par jour, je recommanderais bien de faire l’amour cinq fois par jour!», a-t-il déclaré en plaisantant. Plus sérieux, il a résumé: «Dansez, faites l’amour, contrôlez votre poids, changez de régime alimentaire, faites du sport, et surtout, mesurez régulièrement votre tension! Selon lui, «le sexe est un élément très important dans la vie. Ce n’est pas le seul facteur, mais il est très important ». Temporão considère que les professionnels de la santé ont encore du mal à traiter des questions sexuelles. En acceptant d’aborder sans détour la question du sexe, notamment dans la lutte contre les maladies sexuellement transmissibles, le Brésil est devenu un pays modèle, cité par l’Organisation mondiale de la santé pour ses politiques de prévention et une épidémie limitée du sida.

Le président Lula a relayé le conseil cette semaine. Lors d’une visite dans la municipalité d’Ipojuca, dans le Pernambuco (Nordeste), il a fait taire le maire, Pedro Serafim, qui se plaignait de sa fatigue. Devant un public hilare, il a lancé: «Mon ministre de la santé a dit que pour faire tomber la pression, il fallait faire l’amour. Alors, compagnon, arrête de te plaindre, à l’attaque!»

Depuis hier, une blague circule sur internet, selon laquelle les médecins sont assaillis de questions depuis la déclaration du ministre. Ils demanderaient la création d’une commission spéciale pour éclairer la situation. Voici une petite sélection des questions qui agiteraient les Brésiliens :

- Sera-t-il possible de justifier une absence de travail avec une facture de motel, en expliquant qu’il s’agit d’une cure ?

- Peut-on déduire les frais de bordel, motel et sex-shop de la déclaration d’impôts ?

- La monogamie n’est-elle pas un péril pour la santé ?

- Peut-on considérer la masturbation comme de l’automédication ?

- La partouze peut-elle être considérée comme un traitement collectif ?

- Peut-on considérer les prostituées comme des professionnelles de la santé ?

- L’expression « jouir d’une bonne santé » signifie bien ce à quoi je pense ?

- L’obsession sexuelle serait-elle une hypocondrie ?

- Qu’est-ce que mon dentiste veut dire exactement lorsqu’il me recommande de faire attention à la « santé orale » ?

- Et pour finir : les politiques ne devraient-ils pas avoir une santé de fer, puisqu’ils passent leur vie à baiser le peuple ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart