Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 août 2010

Au Brésil, Internet est pris d’assaut par les «Dilma boys» contre les «Serra boys»

La campagne électorale bat son plein, pour la succession de Lula, le 3 octobre 2010.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart
La campagne électorale bat son plein, pour la succession de Lula, le 3 octobre 2010. Dans la rue, des jeunes gens distribuent des tracts ou agitent des drapeaux – le collage d’affiche, qui défigure les villes, est interdit. Les gestes mous en disent long sur la pauvreté des convictions : s’ils sont là, c’est parce qu’on les paye 20,25 reais (un peu moins de dix euros) par journée. Ils n’ont aucun problème, le jour suivant, pour battre le pavé pour le camp d’en face. Où sont les militants ?

C’est la grande nouveauté de 2010. La militance, endormie par le manque de politisation de la société, et le paternalisme de Lula – le Brésil change, mais de révolution, il n’est plus question – semble retrouver une nouvelle jeunesse sur internet. Il y a à peine quatre ans, quand Lula emportait son second mandat, seuls 25% des Brésiliens avaient accès à la toile. Depuis, grâce à l’entrée dans la consommation des classes populaires, la proportion a doublé : elle atteint désormais 52%. Mieux, le Brésil est aujourd’hui considéré comme le pays le plus actif du monde sur les fameux « réseaux sociaux », comprenez Facebook, Orkut, Youtube et Twitter. Selon l’institut de sondage Datafolha, si la télévision reste de loin la première source d’information sur les élections, Internet s’est consolidé en seconde position auprès des jeunes et des « formateurs d’opinion ».

Dans chaque camp, ils sont désormais des centaines à mettre leurs sites, blogs, et réseaux au service de leur candidat/e. De l’or pour les chefs de campagne qui gardent tous à l’esprit le miracle Obama – les plus lucides reconnaissent toutefois qu’à l’origine du miracle, il y a d’abord le charisme du premier président noir des Etats-Unis. Cette année, plus de Lula, mais une pâle Dilma Roussef et un ennuyeux José Serra. Suivre leur débat tient véritablement de l’héroïsme, tant on bataille contre le sommeil… Tous les coups sont permis, Internet étant le moyen privilégié de la calomnie et du mensonge, ou tout simplement, la révélation d’une gaffe commise dans un obscur village brésilien. Mais c’est aussi la scène de l’humour. L’un des plus grands succès, ces dernières semaines, est la chanson de Paulo Reis, un jeune étudiant en publicité, qui a mis en ligne un détournement de la chanson « Telephone » de Lady Gaga, en hommage à Dilma, la candidate de Lula. Pour les lusophones, la version est à hurler de rire, tout d’abord du fait du rapprochement de la très coincée femme politique avec l’extravagante chanteuse, et du fait des paroles : on y apprend notamment que Dilma est la nouvelle Eva Peron…Plus de 230 000 personnes l’ont déjà téléchargée. En face, un groupe d’humoristes, a turma do chapeu (littéralement la bande à chapeau), vient de mettre en ligne une riposte en faveur de José Serra. Cela s’appelle « o Serra countdown », un détournement de la chanson « it’s the final countdown » du groupe Europe, dans les années 1980. http://www.youtube.com/watch?v=bGpRWxSQNro

On ne connaît pas encore l’impact de ce type de campagne, au-delà du fou rire. En tout cas, il amène les candidats dans des milieux normalement peu intéressés par la politique, et qui votent toutefois, puisqu’au Brésil, c’est obligatoire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux