Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2010

La désastreuse entrée de la religion dans la campagne brésilienne

 Le Brésil est devenu l'année dernière la huitième puissance mondiale. Il devrait d'ici un an déloger l'Italie de son septième rang. On applaudit, mais sans oublier : le Brésil reste encore un des douze pays les plus inégalitaires au monde. Près de 50 millions de personnes n'ont pas accès à un système d'égout ou d'eau potable.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Le Brésil est devenu l'année dernière la huitième puissance mondiale. Il devrait d'ici un an déloger l'Italie de son septième rang. On applaudit, mais sans oublier : le Brésil reste encore un des douze pays les plus inégalitaires au monde. Près de 50 millions de personnes n'ont pas accès à un système d'égout ou d'eau potable.

Le travail informel occupe toujours un Brésilien sur deux. L'éducation publique reste catastrophique, la sécurité, très précaire dans les grandes périphéries, et l'accès à la santé inégalitaire. Et pendant ce temps que font les deux candidats du second tour ? Ils se disputent sur l'importance de Dieu, de la famille et de l'avortement...

Le thème est entré de manière insidieuse dans la campagne, avant tout pour déstabiliser Dilma Rousseff, la dauphine de Lula. Dès le mois de juin, des évêques très conservateurs ont ouvertement appelé à voter « contre » elle et sa formation politique, le Parti des Travailleurs (PT). Motif : Dilma a déclaré en 2007 être en faveur de la légalisation de l'avortement, tout comme la majorité des députés du PT.

Au Brésil, l'interruption volontaire de grossesse est interdite sauf dans deux cas : lorsque la femme a été violée, ou lorsque sa vie est mise en danger par la gestation. Les plus radicaux des évangélistes ont également concentré leurs attaques contre la candidate. Dans le Parana, un Etat du sud du Brésil, un pasteur a montré à ses fidèles des images de fœtus morts ainsi que des enfants soi-disant enterrés vivants par des Indiens. Ces actes étaient directement liés à Dilma Rousseff dans son discours. La vidéo du culte a été vue plus de trois millions de fois sur internet. Une rumeur circulant sur la toile faisait également dire à Dilma Rousseff que « même le Christ ne pourrait lui enlever cette victoire ».

L'effet, dans certaines banlieues où les évangélistes sont très forts, a été radical. La première à capitaliser là-dessus a été Marina Silva, la candidate des Verts, membre de l'Assemblée de Dieu. José Serra, le candidat de la droite, a perçu, avant même le premier tour, que les attaques pouvaient porter contre Dilma Rousseff, femme et divorcée. Lui-même, qui n'a rien d'un religieux, s'est mis à vanter les « valeurs chrétiennes », à s'afficher dans les clips électoraux aux côtés de sa famille. Sa femme, Monica Serra, a été dans une banlieue de Rio de Janeiro assurer que Dilma voulait « tuer les petits enfants ».

Immense hypocrisie. La même Monica Serra expliquait, en 1992, durant un de ses cours, comment elle avait dû avorter à la veille de leur exil, et combien cette expérience était un « événement marquant dans la vie de toute femme ». Ce sont plusieurs de ses élèves, indignées par le double discours, qui sont venues le rappeler. Quant à José Serra, c'est lui qui avait, en tant que ministre de la santé, réglementé l'avortement dans les centres hospitaliers dans les deux cas autorisés par la loi. Une excellente décision au demeurant, mais qu'il préfère taire aujourd'hui en faisant intervenir des pasteurs dans ses clips électoraux et des légions de femmes enceintes.

A la tête d'une campagne totalement désorganisée - son comité s'attendait à une victoire dès le premier tour - Dilma Rousseff s'est fait piéger en acceptant de rentrer dans ce débat. Elle a ainsi signé une lettre aux évangélistes assurant qu'en cas de victoire, elle ne stimulerait aucun changement de législation sur l'avortement. Une marche arrière dans un pays où l'avortement est d'abord un problème de santé publique : alors que les femmes des beaux quartiers le font dans des cliniques, au mépris de la loi et dans de bonnes conditions, les plus pauvres ont recours à des aiguilles à tricoter, des cocktails d'herbe ou des médicaments provoquant des hémorragies. Au moins une femme meurt tous les deux jours des suites d'un avortement clandestin dans le pays.

La prise de position de Dilma n'a beau être qu'électorale, elle déçoit ses partisans progressistes, sans nécessairement s'avérer efficace. Si elle n'a pas gagné au premier tour, ce n'est qu'en partie à cause de ce vote conservateur. Chercher à se distinguer de Serra - qui ce de point de vue, a une vision identique - sur le registre religieux est un désastre. D'autant que bien d'autres points distinguent vraiment leurs équipes: le rôle de l'Etat, l'importance des programmes sociaux, la non-criminalisation des mouvements sociaux. Ces derniers jours, la candidate de Lula semble s'être réveillée : elle a laissé le missel de côté et recommencé à parler de solidarité et fraternité. Son électorat doit commencer à s'y retrouver...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte