Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 sept. 2010

Au Brésil, sur l’environnement, les bonnes surprises viennent de là où on ne les attend pas

Les amoureux de l’Amazonie craignaient le pire pour cette année 2010 : la croissance économique qui ne cesse d’être revue à la hausse, devrait dépasser cette année 7%, synonyme, traditionnellement d’abattage massif d’arbres dans les forêts.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Les amoureux de l’Amazonie craignaient le pire pour cette année 2010 : la croissance économique qui ne cesse d’être revue à la hausse, devrait dépasser cette année 7%, synonyme, traditionnellement d’abattage massif d’arbres dans les forêts. En année électorale, le dérapage est souvent catastrophique, les agents de l’Etat ayant souvent pour consigne de regarder de l’autre côté pour ne pas fâcher l’électeur.

Et pourtant, les premiers calculs du gouvernement, appuyés par ceux des ONG, pourtant peu suspectes de complaisance, soulignent un miracle : 2010 devrait afficher les plus bas indices de déforestation de l’histoire. Selon une évaluation de l’Inpe, l’institut national chargé du suivi de la destruction en Amazonie, cette dernière aurait diminué de 48% par rapport à l’année dernière. L’ONG Imazon est plus mesurée, avec une baisse de 16%. Dans tous les cas, la tendance est d’autant plus remarquable qu’en 2009, la croissance a été nulle, du fait de la crise économique mondiale.

Les ONG reconnaissent que cette diminution est le résultat direct de l’action du gouvernement, qui a augmenté le nombre de contrôle. Le plus important fut le décret présidentiel de Lula interdisant à toutes institutions financières publiques de prêter de l’argent aux agriculteurs considérés comme destructeurs. A l’époque, un bras de fer avec entre le gouvernement et les producteurs ruraux avait provoqué le départ de la ministre de l’environnement Marina Silva. Contrairement à ce qu’elle prévoyait, la bataille s’est poursuivie, et son successeur, Carlos Minc, a maintenu et étendu les mesures contre la déforestation. Le gouvernement a mis en place une liste noire de 43 municipalités sur lesquelles l’attention s’est accrue. Selon Imazon, dans 43 de ces régions, la déforestation a fortement baissé.

Finalement, sans pour autant opter pour un discours «environnementaliste », l’équipe de Lula, conduite à l’époque par son bras droit Dilma Roussef, actuelle favorite des sondages pour lui succéder, semble avoir pris mesure de l’urgence de changer de cap. C’est une excellente surprise.

En face, Marina Silva est une énorme déception. En décidant de lâcher le gouvernement, et de se lancer dans la course présidentielle, elle a fait naître l’espoir d’un discours alternatif, qui ferait d’autant moins de concessions à la politique politicienne qu’elle n’a, depuis le début, aucune chance de l’emporter. On attendait de Marina un coup de fraîcheur, des propositions innovantes, dans un Brésil dominé par le discours positiviste et « développementiste ». Elle a opté pour des alliances douteuses, au sein d’un parti vert connu pour son opportunisme absolu, sans aucune idéologie politique, prêt à appuyer n’importe qui en échanger d’un poste ici ou là.

Son discours, durant la campagne, est totalement à la remorque de celui de l’opposition de droite, ou de l’agenda imposé par la grande presse. Là encore, pas la moindre imagination, ni innovation. Elle veut capitaliser les voix sur le thème de l’éthique, et le vote protestataire, ce qui la conduit à tenter de se faire séductrice sur sa droite. Au bout du compte, elle réunira peut-être ainsi 8, 10 ou 12% des suffrages, mais sans servir la cause environnementaliste, et pour se retrouver sans mandat, les ponts coupés avec les futures autorités. Le parti vert en sortira gagnant : en capitalisant sur son nom, et sa réputation, il élira plus de députés que prévu. Marina y aura beaucoup perdu. Sa biographie, remarquable, méritait mieux que cela.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B