Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 juin 2010

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Dunga, le football brésilien, et l’arrogance de la Globo

Dimanche soir, après la belle victoire du Brésil contre la Côte d'Ivoire - il était temps ! - les téléspectateurs ont vu avec consternation l'entraineur, Dunga, terminer sa conférence de presse en baissant la voix, mais suffisamment pour être entendu de tous, pour insulter Alex Escobar, un journaliste de la chaîne Globo.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Dimanche soir, après la belle victoire du Brésil contre la Côte d'Ivoire - il était temps ! - les téléspectateurs ont vu avec consternation l'entraineur, Dunga, terminer sa conférence de presse en baissant la voix, mais suffisamment pour être entendu de tous, pour insulter Alex Escobar, un journaliste de la chaîne Globo.

« Trouillard, petit merdeux », marmonne-t-il en substance. L’épisode, rapporté par la même télévision Globo, sur un ton indigné paraît absurde. Pourquoi l’entraîneur gaucho – c’est-à-dire issu de l’Etat du Rio Grande do Sul, le plus méridional et donc le plus froid du Brésil- prendrait-il plaisir à insulter un journaliste? L’interprétation de la Globo est simple, il s’agit du mauvais caractère de cet homme incapable de se tenir, même après la victoire de son équipe. Le lendemain, les autres véhicules du géant médiatique (le journal O Globo, ses variantes régionales, et les radios) reprennent en chœur, estimant qu’il devrait être puni par la Fifa, n’hésitant pas à interviewer des psychanalystes sur ce comportement si étranger à la traditionnelle bonhommie brésilienne Et de conclure que c’est une attitude « incompatible » avec son poste.

Parallèlement, pourtant, la vraie presse travaille. Globo, né avec la dictature, qu’il a bien servi et qui le lui a bien rendu, a beau continuer à être le premier groupe de médias, avec une intégration tant horizontale que verticale, il n’est plus tout à fait le seul. L’émergence d’internet, notamment, a permis de voir apparaître une presse alternative de qualité, dénonçant les montages systématiques de « patrons de presse» habitués à faire et défaire les rois. La concurrence des autres groupes, loin d’être alternatifs mais soucieux de gagner en audience, fait le reste.

Un journaliste, Mauricio Stycer, a ainsi dévoilé, grâce à un scoop, les dessous de l’affaire. Tout d’abord, Globo est furieuse contre Dunga depuis le choix de l’équipe finale. En excluant des étoiles populaires, comme Ronaldo, Ronaldinho et Adriano, grands joueurs aussi connus pour leur talent que pour leurs caprices et leur propension à grossir, Dunga a déjà fâché le média qui se veut pas excellence populaire. Par ailleurs, il a provoqué son courroux en refusant que les caméras suivent les entrainements de joueurs afin d’éviter qu’ils soient soumis à de fortes pressions, comme cela a été le cas en 2006. Faut-il préciser que Globo, intime de la Confédération Brésilienne de Football (CBF), a l’exclusivité de cet accès ? Les sponsors sont également furieux : les images du terrain d’entrainement sont normalement autant de publicités, via les tenues des joueurs.

Dimanche, l’autonomie de Dunga a atteint un summum inacceptable pour Globo. Mauricio Stycer révèle que la chaîne avait fait un accord avec Ricardo Teixeira, le président de la CBF, pour pouvoir interviewer trois joueurs en exclusivité juste à la fin du match, parmi lesquels Luis Fabiano, auteur de deux buts – dont un qui emprunte au Pelé de 1958 et au Maradona de 1986 – pour le programme dominical nocturne « Fantastico ». Dunga a refusé. Alex Escobar était justement en train d’expliquer cela au téléphone à ses collègues au Brésil, en protestant : « c’est insupportable, Dunga ne veut pas ». Le voyant, l’entraineur lui demande, « il y a un problème ? », avec un petit sourire (à voir dans la vidéo). Et l’autre de répondre « ce n’est pas à toi que je parle ». Face à la dérobade d’Escobar, Dunga laisse tomber son mémorable « petit merdeux » dans les oreilles de toute la presse.

Loin de moi l’envie de faire l’apologie des gros mots, mais il est remarquable, et jouissif, de voir un entraineur s’opposer à la puissance de la Globo, et lui signifier que pour le moment en tous cas, il est seul maître à bord. La chaîne réagit avec violence car laisser-faire reviendrait à accepter de perdre sa situation de monopole, qui fait que tous, acteurs, sportifs et politiques lui mangent dans la main en comptant sur sa bienveillance face aux millions de Brésiliens qui la regardent tous les soirs. Bravo Dunga. Juste pour cela, il faut espérer que le Brésil emporte la Coupe, sans quoi l’entraineur sera trainé dans la boue par le média vengeur. Mais petit à petit, même dans le très anti-démocratique paysage audio-visuel du Brésil, les choses changent.

Pour les lusophones, je joins une excellente parodie de la scène, via un détournement d’un film américain. L’acteur qui incarne Dunga est Michael Douglas. Drôle à mourir : http://www.youtube.com/watch?v=NKMbpLzldws

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Après l’embargo sur le pétrole russe, l’Europe dans le brouillard
Annoncée depuis des mois, la guerre du pétrole contre la Russie est une réalité depuis lundi 5 décembre. L’Europe a engagé un embargo, les membres du G7 imposent un plafonnement du prix du baril à 60 dollars pour les pays tiers. Avec quelles conséquences ? Personne ne sait.
par Martine Orange
Journal
Devant la cour d’appel, Nicolas Sarkozy crie son innocence
Rejugé pour corruption, l’ancien chef de l’État s’en est pris à une enquête illicite selon lui, et a réaffirmé ne rien avoir commis d’illégal en utilisant la ligne téléphonique « Paul Bismuth ».
par Michel Deléan
Journal
Les enjeux d’un second procès à hauts risques pour l’ancien président
Nicolas Sarkozy, l’avocat Thierry Herzog et l’ex-magistrat Gilbert Azibert sont rejugés à partir de lundi devant la cour d’appel de Paris dans l’affaire de corruption dite « Paul Bismuth », et risquent la prison.
par Michel Deléan
Journal — Corruption
Pourquoi les politiques échappent (presque toujours) à l’incarcération
Plusieurs facteurs expliquent la relative mansuétude dont bénéficient les politiques aux prises avec la justice, qui ne sont que très rarement incarcérés, malgré les fortes peines de prison encourues dans les affaires de corruption.
par Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'électricité est-elle un bien commun ?
[Rediffusion] L'électricité est-elle un bien commun, comme Yannick Jadot l'a fait récemment ? La formule produit un effet électoraliste garanti. Mais cette opération rhétorique est sans intérêt s’il s’agit, à partir de la fonction sociale actuelle de l’électricité, de faire apparaître dans le système énergétique des options qui méritent un positionnement politique.
par oskar
Billet de blog
Nationalisation d’EDF : un atout pour la France ?
Le jeudi 24 novembre, c’est dans un contexte bien particulier que le nouveau PDG d’EDF Luc Rémont prend ses fonctions. De lourds dossiers sont sur la table : renationalisation du groupe, relance du parc nucléaire et des renouvelables, négociation avec Bruxelles sur les règles du marché de l’électricité et gestion de la production avant les trois mois d’hiver.
par Bernard Drouère
Billet de blog
Les coupures d'électricité non ciblées, ce sont les inégalités aggravées
Le gouvernement prévoit de possibles coupures d'électricité cet hiver : j'ai vraiment hâte de voir comment seront justifiées l'annulation de trains et la fermeture d'écoles pendant que les remontées mécaniques de Megève ou Courchevel continueront à fonctionner. Non ciblées sur les activités « non essentielles », ces coupures d'électricité pourraient aggraver les inégalités.
par Maxime Combes
Billet de blog
L’électricité, un bien commun dans les mains du marché
Le 29 août dernier, le sénateur communiste Fabien Gay laisse exploser sa colère sur la libéralisation du marché de l’électricité : « Ce sont des requins et dès qu’ils peuvent se goinfrer, ils le font sur notre dos ! ». Cette scène témoigne d’une colère partagée par bon nombre de citoyens. Comment un bien commun se retrouve aux mains du marché ?
par maxime.tallant