Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 oct. 2010

Le jeu vidéo «Dilma Adventure» porte la candidate de Lula à la présidence

Rarement la campagne présidentielle aura été d’une telle violence au Brésil.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Rarement la campagne présidentielle aura été d’une telle violence au Brésil. Pour une grande partie des électeurs, la bataille entre Dilma Rousseff, adoubée par Lula, et son adversaire de droite José Serra, rappelle celle de 1989, quand Lula, qui semblait proche de l’emporter lors de sa première candidature, avait été littéralement massacré par un ensemble de rumeurs (terroriste, en faveur de l’avortement, violent et bolchevique, etc.), relayée par la grande presse. Cette dernière se prête de nouveau au jeu, avec pratiquement les mêmes arguments (terroriste, en faveur de l’avortement, violent, même si bolchevique est aujourd’hui remplacé par corrompue). La situation est différente : Dilma a le bilan du gouvernement de Lula, dont elle était le bras droit) pour la soutenir. Elle est aussi beaucoup plus malhabile que son mentor. Des internautes ont décidé de voler à son secours cette semaine à créant un jeu vidéo, «Dilma Adventure », qui reproduit à l’échelle virtuelle cette tension entre les deux camps.

Avec des plateaux rappelant ceux du fameux « Super Mario Bros » des années 1990, l’objectif est d’amener Dilma au Palais présidentiel du Planalto. Pour cela, il faut sauter obstacles et précipices, récupérer au passage des étoiles rouges du Parti des travailleurs (PT), qui sont autant de « vies », ainsi que des votes (symbolisés par le numéro 13, celui du PT dans les urnes). Ces armes permettent de tuer les zombis, qui sont des miniatures de José Serra, et d’éviter les tucanos, oiseaux symboles du Parti de la sociale-démocratie brésilienne. Le joueur peut aussi recourir à des étoiles jaunes, plus rares, qui sont comme des bonus : elles peuvent être utilisées lors d’attaques surprises, et mettent en scène un rouleur compresseur, avec la figure de Lula, qui élimine tous les ennemis. Ce Super Lula chante « Lula La », l’hymne traditionnel des campagnes de l’ex-ouvrier métallurgiste. Même sur internet, la nostalgie de campagnes, menées tambour battant par le charismatique candidat, est très nette. A vos manettes ! http://www.gmfgames.com/dilma/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Violences sexuelles

À la Une de Mediapart

Journal — Culture-Idées
David Wengrow : « On semble ne plus avoir d’imagination sur ce que pourraient être les alternatives »
Pendant des milliers d’années, les humains ont expérimenté avec d’infinies variations des formes du pouvoir. Parfois saisonnier, parfois matriarcal, parfois autoritaire et brutal. Mais parfois aussi égalitaire et relativement libre, y compris à grande échelle, décrivent David Graeber et David Wengrow, dans un livre qui fait l’effet d’une bombe. 
par Jade Lindgaard
Journal — International
Soudan : un mois après, le coup d’État n’est pas achevé
En réinstallant le premier ministre dans ses fonctions, les militaires ont réussi à institutionnaliser leur putsch d’octobre. Mais un obstacle se dresse encore devant eux : la population, qui reste fortement mobilisée. Reportage à Khartoum, dans la manifestation du 25 novembre.
par Gwenaelle Lenoir
Journal — France
De Calais à l’Angleterre, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila
Journal — Culture-Idées
« Les critiques de la chasse sont très liées à la notion de civilisation »
Alors que plusieurs accidents de chasse ont relancé le débat sur cette pratique, l’anthropologue Charles Stépanoff consacre un livre saisissant à ce qui se passe dans les forêts situées à l’orée de nos villes. Entretien.
par Joseph Confavreux