Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

250 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 mai 2017

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

Pour s'accrocher au pouvoir, Michel Temer livre le Brésil au lobby de l'agrobusiness

Acculé par la population qui exige son départ et l'organisation d'élections anticipées, Michel Temer tente de s'acheter des soutiens au Congrès, donnant encore plus de pouvoirs au lobby de l'agro-business, aux dépens de l'environnement, des petits paysans et des indigènes. A la campagne, cette alliance se manifeste par le massacre de dizaines de travailleurs ruraux. Dans le silence et l'impunité.

Lamia Oualalou
Journaliste
Pigiste Mediapart

La barbarie s’installe au Brésil. Le Président Michel Temer a convoqué ce 24 mai 2017 l’armée contre les manifestants qui exigent sa démission, suite aux révélations de la semaine dernière sur l’achat du silence de députés et juges de la Cour Suprême. Alors que la foule revendiquait l’organisation immédiate de nouvelles élections, la violence des forces de l’ordre – armée et police – renvoyaient les Brésiliens aux pages les plus sombres de leur histoire, celles de la dictature (1964-1985).

A la campagne, la prétendue démocratisation n’a jamais vu le jour. Ce même 24 mai, neuf hommes et une femme liés à la Ligue des Paysans pauvres ont été exécutés par la police dans le sud du Pará, un Etat amazonien. Quelques 14 autres sont blessées par balles. C’est un conflit agraire qui est à l’origine de cette violence : les militants demandaient que la fazenda soit soumise à la réforme agraire. Son propriétaire a cherché à faire monter les enchères, en demandant à l’Etat une compensation supérieure à celle établie par les experts. Devant le blocage, on a envoyé les policiers déloger les paysans. Dans un bain de sang.

 C’est le pire massacre lié à un conflit agraire depuis celui de 19 militants du Mouvement des Sans Terre en 1996, à Eldorardo do Carajas, dans ce même Etat du Pará. L’impunité sera probablement la même : 21 ans plus tard, aucun responsable n’a été puni. Surtout, ces exécutions soulignent un emballement de la violence : la Commission Pastorale de la Terre (CPT), liée à l’Eglise catholique, décompte déjà 36 assassinats de travailleurs ruraux depuis le début de l’année. L’année 2016 battait déjà tous les records de violence comme le revélait la CPT dans son dernier rapport (consultable ici, en portugais) : 61 exécutions, soit une hausse de 22% par rapport à 2015, le plus souvent commises par les forces de l’ordre ou avec leur complicité. L’entité dénonce également une augmentation de 86% des menaces de morts, de 68% des tentatives d’assassinats, et surtout une explosion de 185% des incarcérations, signe de la criminalisation croissance des mouvements de lutte pour la terre, la majorité en Amazonie. Quelques 1834 personnes ont été tuées entre 1985, date du rétablissement de la démocratie et 2016. A peine 31 de ces crimes ont donné lieu à la condamnation de leurs responsables.

L'armée dans les rues de Brasilia et l’intensification des massacres en Amazonie sont intimement liées. Acculé, lâché par une partie des siens, et alors que 85% des Brésiliens, de droite comme de gauche, veulent son départ et voter pour un Chef d’Etat légitime, Michel Temer est prêt à tout pour garder quelques soutiens au Congrès. Pour se maintenir, ou, au moins, influencer d’une façon ou d’une autre le choix de son remplaçant au Palais présidentiel du Planalto, il vient d’enterrer toutes les réserves du ministère de l’environnement sur les textes liés à la terre, livrant le pays au lobby des députés de l’agrobusiness, l’un des plus puissants du Parlement et du Sénat. C’est la fameuse « bancada ruralista ».  Le Sénat vient ainsi d’approuver la réduction de protection environnementale dans la forêt nationale de Jamanxim, dans le Pará. Elle vient ainsi de perdre 480 000 de ses 1,3 millions d’hectares, ce qui concrètement, ouvre la porte à la légalisation de propriétés agricoles illégales et permet de nouvelles occupations sur ces terres aujourd’hui préservées. La mesure est d’autant plus scandaleuse que cette région compte parmi les plus dévastées par la déforestation. Or cette dernière a déjà augmenté de 30% en 2016 au Brésil, selon l’Institut d’enquête environnement d’Amazonie. Alors même que le pays est en récession.Le 23 mai, à la veille du dernier massacre de militants ruraux et de la manifestation réprimée à Brasilia, Eliseu Padilha, le chef de la Maison civile, l’équivalent local de premier ministre, a reçu certains ministres, sauf celui de l’environnement. La réunion, révélée par l’Institut socioenvironnemental (ISA), avait pour objectif d’assurer à la bancada ruralista qu’elle aura les mains libres pour modifier la législation liée aux autorisations environnementales, s’attaquer aux restrictions liées aux droits des indigènes et à la réforme agraire. Une monnaie d’échange dévastatrice pour le Brésil. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — L’argent libyen de Sarkozy

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Les sulfureuses éoliennes de la baie de Saint-Brieuc en débat
[Rediffusion] A l’initiative d’Ensemble ! deux débats ont été organisés les 24 et 25 septembre autour du projet de parc éolien dans la baie de Saint-Brieuc. En voici le compte rendu vidéo, avec mon intervention, présentant mes enquêtes sur Mediapart, et les prises de parole de Katherine Poujol (responsable de l’association « Gardez les caps !) ou encore de Lamya Essemlali (présidente de Sea Shepherd France).
par Laurent Mauduit
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste