Au Brésil, Beethoven contre le cancer

Une équipe de chercheurs spécialisés dans la lutte contre le cancer de l'université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) vient de découvrir l'effet bénéfique de la « Cinquième symphonie » de Beethoven dans la bataille contre la maladie.

Une équipe de chercheurs spécialisés dans la lutte contre le cancer de l'université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ) vient de découvrir l'effet bénéfique de la « Cinquième symphonie » de Beethoven dans la bataille contre la maladie. Ils ont soumis une culture de cellules MCF-7, liées au cancer du sein, à une demi-heure du fameux « Pam-pam-pam-pam » que ouvre une des plus fameuses œuvres du compositeur. Résultat, une cellule sur cinq est morte, les autres ont diminué de taille.

C'est en cherchant des façons moins agressives de soigner le cancer que la radiothérapie ou la chimiothérapie que l'équipe a tenté les notes de Beethoven, reprenant une méthode, la musicothérapie, généralement utilisée pour le traitement de troubles émotionnels. Le résultat de l'expérience est une énigme aux yeux de la propre Marcia Capella, de l'Institut biophysique Carlos Chagas, qui a coordonné l'étude, comme elle l'a confié au quotidien « O Globo », qui vient de dédier un article à la découverte.

En effet, la composition du hongrois Gyorgy Ligeti a un effet similaire sur les cellules cancérigènes, alors qu'il s'agit d'une musique contemporaine, sans ligne mélodique clairement définie. En revanche, la sonate pour deux pianos en ré majeur de Mozart, une des œuvres les plus utilisées dans la musicothérapie, n'a eu aucun effet sur les cellules cancérigènes.

Alliée à un professeur de l'école de musique Villa-Lobos, l'équipe de la UFRJ cherche désormais à identifier le phénomène catalyseur : une mélodie ? Un rythme ? Un timbre ? Une intensité ? L'objectif est ensuite de construire une séquence sonore spéciale pour le traitement des tumeurs. La quête passe par des musiques locales : à partir du mois prochains, les chercheurs mettront à contribution la samba et le funk.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.