lamuledupape
lamuledupape.com
Abonné·e de Mediapart

59 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 sept. 2020

Un automobiliste percute volontairement des colleuses féministes à Montpellier

Des faits d'une gravité très préoccupante se sont produits ce dimanche 30 août vers 23h à Montpellier. Un groupe de colleuses féministes, en pleine action sur le pont de Lapeyronie, a été percuté volontairement par un homme avec sa voiture. Deux d'entre elles ont été blessées superficiellement, une troisième plus gravement et a du être hospitalisée suite à l'agression.

lamuledupape
lamuledupape.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Article initialement paru sur LMDP : https://www.lamuledupape.com/2020/09/02/un-automobiliste-percute-volontairement-des-colleuses-feministes-a-montpellier/

Une agression d'une extrême violence

Tout commence alors qu'un groupe de quatre femmes réalisent de nuit un collage sur le pont reliant l'hôpital Lapeyronie à la Cité universitaire. En contre-bas, un automobiliste les aperçoit et s'arrête en plein milieu de la route. L'homme sort de son véhicule et tient des propos menaçants : "Je m'appelle Satan et j'ai violé la femme de Dieu. Et je vais vous violer."

Les colleuses ne le prennent pas trop au sérieux et l'enjoignent gentiment à quitter les lieux, sa voiture arrêtée en plein milieu de la route représentant un danger pour les autres automobilistes comme pour lui même. Mais l'homme continue ses invectives et ses menaces, le ton monte légèrement. "J'arrive, je vais revenir" lance-t-il.

"On ne s'arrête pas de coller quand on nous menace, ce genre de commentaires, d'insultes ou de menaces peut arriver. Quand on colle, on se réapproprie l'espace public, et il y a parfois des réactions : jets d'eau, menaces, agressions, violences policières comme récemment à Nantes."

L'homme remonte dans sa voiture et quitte les lieux, les militantes reprennent le collage. C'est quinze minutes plus tard que la voiture déboule en trombe, à contre-sens, sur le pont de Lapeyronie. L'homme accélère brusquement, le véhicule monte sur le trottoir, et fonce à toute blinde sur le groupe de colleuses. L'une d'entre elles parvient à éviter la collision, les trois autres sont percutées au niveau des jambes et des hanches.

Dans la violence du choc, la voiture perd un rétroviseur et des bouts de pare-choc avant de repartir en trombe en marche arrière et de quitter les lieux. Par chance, les blessures des jeunes femmes ne reflètent pas entièrement l'extrême brutalité de l'agression. De même, alors que la réalisation du collage nécessitait qu'elles soient allongées au sol ou en équilibre sur la rambarde du pont, elles se trouvaient debout à ce moment là, sans quoi elles auraient tout simplement été écrasées ou projetées dans le vide.

Traumatisme(s) psychologique(s)

Les jeunes femmes appellent la police et sont prises en charge aux urgences de l'hôpital Lapeyronie, juste à côté. L'une d'entre elles se voit prescrire deux jours d'arrêt, qui ne prennent pas en compte la dimension psychologique du traumatisme subi, et sont délimités par ses congés. Elle a des plaies importantes aux jambes et à la hanche, et plusieurs hématomes, dont l'un forme une énorme boule qui couvre une grande partie de la cuisse, et devra être retiré par une intervention.

Plusieurs jours après les faits, elle ressent encore de fortes douleurs : "Je ne peux plus me déplacer, je ne peux rien faire, et cela a cause de blessures qui m'ont été infligées. C'est difficile à accepter." La jeune femme ne sait pas quand elle va pouvoir reprendre le travail, elle est très touchée par ce qui s'est produit.

"Certaines d'entre nous ont subi des violences très graves dans leur vie, et cet événement vient faire ressurgir des traumatismes profonds, flashbacks, crises d'angoisse, terreurs nocturnes."

"On ne pensait pas qu'il allait revenir. Même s'il était agressif, il semblait dans un état assez normal, parlait clairement. Quand il a accéléré, j'ai vu son regard : c'était de la pure haine."

La violence du choc psychologique est terrible, de se voir ouvertement agressées de la sorte, et ce d'autant plus que les événements auraient pu prendre une tournure dramatique. Il s'agit bien d'un acte d'agression sexiste et anti-féministe, comparable à une tentative de tuer ou de blesser des militantes en pleine action. Les faits sont donc extrêmement graves. Des plaintes ont été déposées. Si la caméra de la station de tramway attenante n'a pu enregistrer la scène, les colleuses ont pu relever la plaque d'immatriculation de l'agresseur.

La haine, motivation de l'agression

Ces faits sont un reflet de la haine qui anime certains hommes à l'égard des militantes et activistes féministes, et qui se manifeste de multiples manières depuis les réseaux sociaux jusque dans la rue même. Les collages du collectif montpelliérain, comme ailleurs, sont très régulièrement arrachés, certains slogans des plus radicaux ont parfois une durée de vie qui ne dépasse pas quelques heures.

Alors que la vague #metoo aboutit en France à une libération progressive de la parole, la thématique des violences faites aux femmes n'a jamais été aussi présente dans l'espace public. Pour autant, le nombre de féminicides reste très préoccupant (augmentation de 21% en 2019, avec 146 femmes tuées) tout comme les agressions qu'elles soient de nature sexuelle ou violente. L'inaction gouvernementale est régulièrement pointée du doigt par les féministes, et a tourné à l'insulte avec la nomination de Gérald Darmanin à l'Intérieur et d'Éric Dupont-Moretti à la Justice.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot