lamuledupape
lamuledupape.com
Abonné·e de Mediapart

64 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 déc. 2021

Trois ans après, Marseille pleure Zineb dans une colère sourde

Ce samedi 4 décembre 2021 à Marseille, plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour honorer la mémoire de Zineb Redouane et manifester bruyamment leur colère. Cette marche d’hommage s’inscrivait dans un programme d’un mois, du 13/11 au 13/12, consacré à la thématique des violences d’État.

lamuledupape
lamuledupape.com
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Trois ans. Trois ans que Marseille pleure Zineb. Zineb Redouane, c’est cette grand-mère algérienne de 80 ans, la première et unique victime mortelle de la répression violente abattue sur le mouvement des Gilets jaunes. Victime pure du maintien de l’ordre, car Zineb ne faisait que fermer les volets de son appartement, rue des Feuillants, le 1er décembre 2018, lorsqu’elle a été visée par le tir d’un lanceur de grenades, tandis que le cortège fluo passait sous ses fenêtres. Depuis, une enquête préliminaire qui patine, beaucoup de questions, et le ferme dessein d’habitant·es de Marseille comme d’ailleurs, d’obtenir la vérité et la justice sur cette affaire.

Ce samedi 4 décembre 2021 à Marseille, plusieurs milliers de personnes se sont réunies pour honorer la mémoire de Zineb Redouane et manifester bruyamment leur colère. Cette marche d’hommage s’inscrivait dans un programme d’un mois, du 1311 au 1312, consacré à la thématique des violences d’État. Elle se tenait au lendemain d’une rencontre autour des notions de vérité et de contre-enquête, organisée par le collectif Désarmons-les en présence de nombre de familles de victimes.

Ces dernières se sont évidemment jointes à la manifestation partie à 16 heures du Vieux-Port : Houda, Farid, Issam, Malika… La soeur, le frère, le père, la mère, la tante, la nièce… de Mohamed, Wissam, Souheil, Zineb, Mohamed… Tant d’autres dont la présence est invoquée par les voix en choeur de la foule, leurs noms qui résonnent comme des coups dans une litanie glaçante. Des larmes aussi, beaucoup de larmes. Quand le cortège s’arrête sous les volets de Zineb. Quand une mère réclame justice pour son fils adolescent. « Ils ont tué mon bébé ! » Quand la soeur de Mohamed Gabsi, dont les yeux mouillés se perdent parfois dans les froides brumes marseillaises, promène son regard noir sur les sirènes bleues qui tournoient au loin. Le coeur serré, mais épaulé, enlacé, choyé, par l’amour furieux qui unanime, anime toutes et tous.

La colère qui sourde face aux visages gris, impassibles, impénétrables, des bleus qui, obéissant au préfet, interdisent Noailles aux manifestant·es. Bien sûr qu’ils tuent. Comment pourrait-il en être autrement ? La police tue, elle fait bien d’autres choses, mais elle tue. Les milliers de personnes présentes en constituent l’irréfutable preuve, et l’ovation sacrée qu’elles exclament fait bouillir l’air glacial de décembre. Le cortège impose son rythme cardiaque, fait renaître les morts. Les pétards explosent, les fumigènes craquent. Les majeurs levés et les sifflements stridents fendent le ciel grisâtre.

Le fluo et le noir quasi général se répondent dans la nuit tombante. Évidemment que ça pètera. Tout le monde le sent. Plusieurs centaines hardies emmènent la foule qui traverse vaillamment la Plaine. Un peu plus bas, un feu d’artifice éclate dans le ciel flamboyant, alors que les halos bleus s’approchent dans un silence lointain.

Deux mondes finissent par se faire face. La foule est impressionnante derrière ses banderoles, la tension vibrante. Une dizaine de projectiles viennent saluer les nombreux CRS, une poubelle en feu se précipite sur leurs lignes. Ils restent de marbre, devant leurs imposants fourgons. L’OPJ avec son mégaphone déclame ses sommations.

Longues sommations, inhabituelles. La dernière, répétée en vain, comme s’il fallait absolument reporter l’affrontement. Mais le peuple insiste. Alors on envoie le gaz, puis on charge. La foule se repousse, se disperse, se retrouve. Par grappes de centaines, on se fond dans la nuit. On spotte des baqueux, ça hue, ça menace. On retourne sur la Canebière, on se rassemble aux Réformés. Je rejoins les quelques familles de victimes que j’aperçois près d’un café. On discute brièvement, on s’étreint, on se dit au revoir.

Quand la colère s’apaisera-t-elle ? Est-ce seulement possible ? Combien, comme Houda Gabsi, la soeur de Mohamed, comme Malika, la mère d’un autre Mohamed, oscilleront sans fin de la rage au chagrin, avant de retrouver un semblant de paix ? Est-ce seulement possible ? Combien, comme Farid El-Yamni, n’attendent plus rien de la justice, et ne luttent plus que pour qu’accouche la vérité dans le réel ? Pour qu’elle éclate aux yeux du monde, pour qu’aucune oreille n’y échappe. Pour que plus personne n’accepte que le massacre se fasse en son nom. Pour que les choses fassent à nouveau sens. Est-ce seulement possible ?

Jude Mas

La Mule est un media libre et indépendant financé par ses lecteurs et lectrices. Vous souhaitez nous soutenir ? C'est possible, en faisant un don ponctuel ou en souscrivant à un abonnement de soutien, sans engagement.

https://www.lamuledupape.com/soutenir-la-mule/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Discriminations
En Haute-Loire, au « pays des Justes » : la rumeur et les cendres
Le village de Saint-Jeures, réputé pour avoir sauvé des juifs pendant la guerre, n’est pas épargné par l’islamophobie. Quand Yassine, un jeune chef d’entreprise à son aise, décide d’y faire construire une maison et d’installer sa famille, les pires bruits se mettent à courir. Jusqu’à l’incendie.
par Lou Syrah
Journal — Extrême droite
Les « VIP » de Villepinte : l’extrême droite et la droite dure en rangs serrés
Parmi les invités du meeting de Villepinte, des responsables identitaires, des anciens d’Ordre nouveau et du Gud et des royalistes côtoient les cathos tradis de La Manif pour tous et les transfuges du RN et de LR. La mouvance identitaire s’apprête à jouer un rôle majeur dans la campagne.
par Karl Laske et Jacques Massey
Journal — Médias
« Le Monde » : Matthieu Pigasse vend la moitié de ses parts à Xavier Niel
Après avoir cédé 49 % de ses parts en 2019 au milliardaire tchèque Daniel Kretinsky, le banquier en cède à nouveau 49 % au patron de Free, qui devient l’actionnaire dominant du groupe de presse. En situation financière difficile, Matthieu Pigasse ne garde qu’une participation symbolique.
par Laurent Mauduit
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener