Quelle connerie la guerre...

En ce 11 novembre, avait lieu à Orléans, comme partout en France les commémorations de la fin de la guerre de 1914-1918.

Un centième anniversaire de déclaration de guerre que l'on commémore depuis des mois, alors que ce devrait être la Paix qui devrait être fêtée, et à orléans, d'un côté la cérémonie officielle au monument de la Victoire, avec tous les notables, Préfet, militaires, élu-e-s municipaux, Députée, Sénateur etc...De l'autre, le rassemblement organisé par la Libre Pensée, place de la République.

Rassemblement en mémoire de tous les morts de cette boucherie sans om qu'a été cette guerre, mais aussi pour demander la réhabilitation collective des 650 fusillés pour l'exemple. Ici pas d'officiels, encore que...

Les deux élu-e-s Front de Gauche étant présent-e-s, peut-on s'autoriser à croire que cette autre cérémonie était toute aussi officielle ?

Pour ma part, j'étais conviée aux deux. Mais c'est vers la seconde invitation que mon choix s'est porté, et c'est celle-ci à laquelle j'ai participée.

Respect dû, de toute façon et quelque soit l'endroit où a été commémorée cette armistice, à toutes celles et ceux qui ont péri, donné leur vie dans une boucherie sans nom. Mais d'autres en ont parlé mieux que moi, notamment ici.

Pour autant, c'est après les interventions de La Libre Pensée, des Amis de l'Humanité et du Mouvement de la Paix, que j'ai pris, hier matin la parole au nom de notre Groupe Front de Gauche en Mairie d'Orléans, avec une intervention que j'ai voulu sobre, courte et pudique. Mais qui en quelques mots a étendu cet hommage à ces invisibles chroniques de toutes les commémorations, dont voici la teneur :

" C'est au nom du groupe Front de Gauche en Mairie d'Orléans, que je prends aujourd'hui la parole pour apporter notre soutien à ce rassemblement et surtout pour demander à François Hollande de respecter son engagement à réhibiliter les fusillés pour l'exemple.

Comme vous pouvez le constater, je porte mon écharpe d'élue, non pas pour me montrer, mais parce que cette écharpe doit être portée lors de cérémonies officielles. Et il me semble que ce matin, la cérémonie officielle devait être là...

Je voulais ici, parler des oublié-e-s de cette guerre, des milliers de femmes qui ont subi et payé un lourd tribut à cette guerre, prenant la place des hommes partis au combat, mais redevenues invisibles après la guerre. Je voulais aussi dire le double malheur de celles qui ont perdu l'un de leurs proches : mari, fils, frère, père, cousin et qui en plus, ont dû supporter l'opprobre de les voir condamner à l’infamie.

Des familles attendent encore aujourd'hui la réhabilitation des leurs, il est plus que temps que cela cesse.

De plus, je voulais aussi ce matin avoir une pensée pour tous les oubliés de cette guerre, ces hommes venus de nos colonies d'alors et qui ont donné leur vie, qu'ils viennent d'Afrique Noire, du Maghreb ou du Tonkin.

Enfin, puisque de nombreuses communes ont déposé un vœu afin que François Hollande respecte ses engagements de campagne et qu'il y ait enfin une réhabilitation collective des 650 fusillés pour l'exemple, notre groupe FDG déposera un voeu à cet effet lors du prochain conseil municipal d'Orléans.
Merci."

Que dire de plus ? Que la guerre appelle la guerre. Que nous sommes dans une période troublée où il semblerait que les valeurs de Paix aient laissé place à celles belliqueuses et conquérantes dans ce que certain-e-s prétendent "guerre de civilisation".

Pourtant, à qui profitent ces crimes contre l'Humanité que sont tous ces conflits, sinon aux mêmes, ces marchands d'armes qui vendent de toute façon à tous les belligérants sans exception. Marchands d'armes qui sont les tenants de ce capitalisme assassin dans tous les sens du terme et qui oppose les un-e-s contre les autres. Ces conflits dans lesquels se lancent tous les déclassés, toutes celles et ceux qui se sentent méprisés, humiliés, qui n'ont plus rien à perdre et qui pense que la mort même leur apportera statut privilégié de résistant-e ou de martyr-e, laissant trace de leur passage en ce monde en ayant commis le pire du pire.

Quelles solutions, comment revenir à des valeurs universelles de tolérance, de Paix, de solidarité par delà toutes les frontières visibles et/ou invisibles et qui divisent les Êtres ?

X51-11.jpgBuzancais-36_2.jpg

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.