? Dernier billet ?

Bon ! C'est pas encore désactivé.

Ma compagnie s'appelle "dernier soupir". Comme disait Raymond Devos : "Après son dernier soupir, elle en rendit un autre,... que personne n'entendit"

Une lapidation à coup de petits gravillons, c'est irritant et ça dure longtemps avant de se faire vraiment sentir.

Un jour vient où tous ces petits gravillons forment un tas et ce tas immobilise, puis étouffe et on se prend la somme des impacts d'un seul coup.

Que nous réserve le passé ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.