Faites un geste

On me dit que notre premier ministre a déclaré que la tâche prioritaire du prochain quinquennat serait de prendre le problème de la pauvreté à bras le corps. Quelqu'un a dû lui dire qu'il y avait des pauvres en France.

Cette prise de conscience d'un dirigeant me rappelle une histoire : celle de l'enfant qui voyait que le roi était nu. Je me demande si ce roi se rendait compte qu'il exhibait son académie sans voile, en tous cas, ses courtisans, eux, ne voulaient pas en prendre conscience : impossible que Sa Majesté se balade à poil ! Inconcevable, donc, ça n'existait pas.

La même cécité semble frapper tout candidat après sa victoire lors d'une élection. Clairvoyant avant, quand il briguait les suffrages, ce malheureux, aussitôt élu, est frappé de cette terrible maladie, je veux parler de la dégénérescence maculaire liée à l'âge, de son petit nom DMLA.

Cette macule dégénérée sur la rétine des élus a comme caractéristiques d'être très mobile et de taille variable, empêchant le malheureux qui en est atteint de distinguer certaines réalités. Elle disparait presque entièrement lors des réunions de travail entre pairs auxquelles participent des cupides. Au contraire, lors de la présentation de statistiques sur l'accroissement de la précarité ou du chômage, ce handicap croît jusqu'à recouvrir entièrement la rétine.

La seule action positive et durable à mettre en œuvre semble être de les tenir à l'écart de toute victoire électorale, en attendant les progrès que la science ne manquera pas de faire.

Mais si cette avancée de la science venait à tarder, alors, dès demain, faites le geste qui sauve : Votez Nul.

Si ça ne leur fait pas de bien, ça ne leur fera pas de mal de voir la réalité des choses.

Je vous le demande, par solidarité avec ces malheureux : Votez Nul.

Larbi benBelkacem

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.