Coin des feux Moël

Soirée au coin du feu en compagnie de ma chienne Roxy (quel nom ridicule) pendant laquelle nous échangeons nos points de vue sur le résultat des régionales. En politologue rurale confirmée, Roxy (quel nom ridicule) procède toujours à des analyses poussées et ses conclusions ne sont pas à négliger. Je vous livre ici ses réflexions non-définitives d'entre deux tours.

 

 50% d'abstention, 4 groupes politiques se partageant le reste, soit entre 10 et 15 % chacun.

J'entends dire que les abstentionnistes sont responsables de la possibilité, pour un certain parti,  d'accéder au pouvoir et je me pose la question de la pertinence de cette opinion. Comme je n'aime pas laisser une de mes questions sans réponse, je cherche. Et je trouve des réponses, toutes différentes.

1ère : Les abstentionnistes se répartissent également dans les 4 groupes politiques. Dans ce cas, aucun changement et vous auriez les mêmes titres dans les journaux.

2ème : Les abstentionnistes sont en majorité des électeurs de gauche déçus. Et en effet, s'ils ne s'abstenaient pas le centre-droit qui vous gouverne balayerait ses adversaires et renverrait l'objet de vos craintes dans la catégorie "contes à faire peur".

3ème : Les abstentionnistes sont en majorité des électeurs de droite déçus. S'ils ne s'abstenaient pas le centre-droit qui vous gouverne serait remplacé par ses adversaires de centre droit dièse (ex UMP et alliés).

4ème : Les abstentionnistes sont en majorité des électeurs déçus tant du processus électoral que des politiques suivies jusqu'à présent, mais qui savent qu'ils sont dans l'impossibilité de changer un seul de ces facteurs.  Ils pourraient voter pour un changement radical, par exemple en portant leurs suffrages sur le "conte à faire peur", mais par égard pour la gauche humaniste, ils s'abstiennent. S'ils ne s'abstenaient pas, le "conte à faire peur" écraserait ses concurrents. Merci les abstentionnistes !

 

Elle en avait bien d'autres, variant les proportions et les reports de voix, mais elle a tenu à ce que je ne transcrive que les 4 réponses les plus évidentes à ses yeux. Pour conclure cet échange elle m'a dit,  entre deux bouffées de son narghileh, je cite :

" Tant que vous n'instruirez pas les citoyens au lieu de les éduquer, vous serez dans la merde".

Un peu brutal, mais pas bête.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.