Cole

En fouillant dans mes papiers, je retrouve ce petit récit écrit il y a 2 ans. Je ne me rappelle plus si je l'ai déjà publié. Il me fait beaucoup rire à chaque fois. J'espère que ça marchera aussi pour celui ou celle qui me lira.

Larbi benBelkacem

Comme beaucoup d'entre vous, la mort de Nelson Mandela m'a touché. Comme peu d'entre vous, cette mort m'a remis en mémoire un autre Nelson.

Nelson Cole (1895/1957) faisait partie des troupes du Commonwealth lors du conflit de 1914. Blessé gravement pendant la bataille de la Somme, soigné en Normandie, rapatrié en Angleterre, marié en 1918, veuf sans enfant en 1940, retraité en 1952, il décida de finir ses jours en France.

Acquisition d'une petite maison (à un prix dérisoire par rapport aux prix pratiqués en Angleterre).

Mr Nelson Cole était un homme agréable et fut adopté très rapidement par les habitants du village.

Bonne pension de retraite, il n'était jamais le dernier à payer sa tournée au café.

Au bout d'un an, il eut une sérieuse aventure amoureuse avec Angèle Pode, veuve elle aussi. Tout le village était invité à la noce qui dura deux jours.

Angèle était très économe, presque pingre mais malgré ça, bonne fille : jamais la dernière pour un coup de main les jours de lessive ou pour le repas des anciens.

Son sens de l'économie allait jusqu'à la chasse d'eau : elle pissait dans l'évier avant de faire la vaisselle. Vaisselle finie, elle vidait la cuvette pour rincer. Pour la grosse commission, elle attendait la nuit et allait se soulager dans les prés quand les vaches n'y étaient pas.

Ca s'est su par les gamins du village qui savent toujours tout sur tous.

Ils ont inventé une petite chanson dont je ne me rappelle plus l'air, mais ça commençait comme ça :

"Cole chie que dans les prés, na na na na na na."

Un jour, ils l'ont chanté pendant qu'elle était en train de faire. La surprise l'a fait chuter dans son besoin.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.