Polémique

J'ai du mal à rentrer dans la polémique à propos du voile porté, ou enlevé et remis, par certaines femmes. Dans le cours de ma courte vie (70 ans), j'ai pu voir des femmes se dévoiler, se revoiler, se dévoiler à nouveau pour se revoiler ensuite. Les raisons de se dévoiler m'ont toujours paru bien venues et j'ai soutenu discrètement ce choix chez mes proches, et silencieusement pour les inconnues, pensant que le dévoilage est un acte individuel affirmé qui a peu besoin d'encouragement.

Pourquoi ces jeunes femmes se revoilent-elles ? Et pourquoi des jeunes filles adoptent-elles un voile que leur mère ne porte plus ou peu ?

Certainement pas, pour la plupart, en soutien aux extrémistes. Probablement pas, pour beaucoup, par obéissance à une pratique très bien admise ou encouragée par leur entourage. Certainement pas, pour un bon nombre, par ignorance des lois (de jeunes avocates se sont revoilées, hors prétoire).

Nulle part je n'ai entendu cette raison, pourtant répandue, de la solidarité familiale. Pourtant, je la vois à l'œuvre chez ces jeunes femmes ou jeunes filles dont le père a toujours douté d'appartenir à l'espèce humaine, dont les frères ne trouvent pas à s'insérer dans une société "ouverte, tolérante et libérale" comme le dit P. Bruckner.

Ce retour à un archaïsme a vraisemblablement des racines beaucoup plus profondes et anciennes que l'irruption de l'intégrisme dans nos sociétés.

 

Comme dit Annie Lasorne dans un autre fil : " Dis, c'est quand qu'on s'y met, réellement, à changer ce monde ? J'espère un monde ou les femmes pourront porter un foulard ou l'enlever selon leur envie et non pas par défi, et où les imbéciles qui l'imposent ou l'interdisent seront hors d'état de nuire.

Que peut le dogmatisme contre une pensée autonome et solidaire ?

Notre société supporte très bien le "voile pudique" jeté sur les suicides de cinq infirmières cet été.

Merci de m'avoir lu, d'accord ou pas.

Larbi benBelkacem

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.