Coiffeurs

Je pense que personne ne me contredira si j'affirme que parmi toutes les professions où le sens de l'humour décalé est essentiel, les coiffeurs sont bien placés pour emporter la palme. Qui n'a pas au moins souri quand un capilliculteur enjoué demande : "Alors, ça s'est bien passé les vacances ? Penchez la tête en avant s'il vous plaît", et qu'on tente vainement de lui répondre "qu'on a pas pris de vacances",  le menton sur le sternum. Ou bien c'est le complaisant : "Et votre dame, toujours aussi gentille ?" tout en frictionnant votre cuir chevelu avec la dernière énergie alors que vous essayez de répondre en bégayant que vous êtes en train de divorcer. Tout cela remonte à pas mal de temps, avant que je ne me résolve à acheter une tondeuse pour épargner mes zygomatiques.

Mais là où ils font fort, pour certains, c'est dans l'intitulé de leur enseigne. Comme je me tiens à l'écart des autoroutes pour ne pas engraisser les concessionnaires desdites, je passe souvent par les centres-villes. J'ai parfois le bonheur de tomber sur une enseigne qui me conforte dans la certitude que les coiffeurs sont des marrants. "Infini-Tifs" et "Diminu-Tifs" sont très courants, mais certains se sont mis au globish et je tombe sur des "Hair-Ic" ou des "Hair-Hans" pas trop mal venus. J'espère voir un jour un "Hair (à) Tiques" ou un "Hair-Asthme" mais c'est peut-être trop demander.

J'ai péché récemment dans un gros bourg d'Alsace un "Lauda-Tifs" tout à fait satisfaisant.  

En attendant de m'effondrer de bonheur devant un "Raie-Barbe(à)Tifs, Coiffeur Mixte", je continue mes recherches, au hasard de mes pérégrinations, et suis prêt à faire les détours nécessaires pour augmenter encore mon admiration pour l'imagination de nos Figaros.  

Si j'étais coiffeur mon enseigne serait vraisemblablement "C'est Tif". Et je fermerais le huit Mai. Tant pis pour les chauves !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.