Du printemps français à l’hiver de la république.

« Le Printemps français » est né sur les Champs-Élysées le 24 mars au milieu des gaz lacrymogènes », déclarait Béatrice Bourges, porte-parole de ce « printemps », (mouvement de l’ultra droite catholique contre le mariage pour tous). A part que cette spontanéité  est bien née en février dernier et la marque déposée à cette date, sachant qu’il a permis ainsi de fédérer toute une nébuleuse de mouvements et de lancer des actions plus violentes que le mouvement de  «la manif pour tous ». Les deux permettent ainsi de ratisser large, l’un étant la face cachée de l’autre.

Quant à son égérie, Béatrice Bourges, qui a eu de nombreuses accointances avec les milieux catholiques  très conservateurs (voir ICI), au point de s’être (un peu) fâchée avec l’autre égérie de la « manif pour tous », Frigide Barjot, qui elle, relève plus d’ailleurs d’une thérapie  comportementale que de convictions réelles (voir ICI), il semble bien qu’elle prône ouvertement un appel à la violence tout en nuance : « Je suis convaincue que ce printemps qui est en train de voir le jour, de tracer son sillon, est assez mûr pour que quelque chose de nouveau naisse dans ce pays. Alors si je dois servir de paratonnerre, m’en prendre plein la tronche et résister à l’aide d’actions coup-de-poing, je ne le fais pas de gaieté de cœur, mais je le fais. Je peux comprendre la violence de certains individus, car la violence émane de la frustration. Sans la soutenir, je l’écoute et accompagne les gens qui ont besoin de s’exprimer d’une manière ou d’une autre. La violence, je la comprends ».

Faisant appel à des symboles que la plupart de ses adaptes ne comprennent pas comme le slogan « printemps français », en référence aux mouvements du printemps arabe, qui luttaient pour leurs libertés fondamentales, mais connaissant bien sa dialectique et le poids des mots, ce « printemps français » que l’on peut associer au mouvement Tea Party américain avec les mêmes discours de chrétiens traditionalistes (voir ICI), érige en dogme des messages que l’on pensait être tombé dans les oubliettes de l’histoire : voir la société à travers le prisme de la religion catholique (voir ICI), combattre le Grand Orient de France (voir ICI) et les LGBT, lutter contre l’avortement (voir ICI),  les laïcs et la république (voir ICI), tout en faisant croire qu’il s’agit d’un combat de la France d’en bas contre la France d’en haut, de la parole libre contre « l’oligarchie politique financière et médiatique ».

Relayé par une part importante de la droite parlementaire soit pour des raisons électorales et de leadership au sein de l’UMP, comme le fait Coppé (voir ICI), ou par des députés de l’opposition qui rompent ainsi les digues avec l’extrême droite et nous dessinent de futures alliances pour les élections à venir(pour preuve la présence du député frontiste Collard avec les députés UMP lors de la manifestation de dimanche), c’est tout un mouvement anti républicain qui prend forme, et qui va jusqu’à contester ce que l’on peut enseigner à l’école de la république (voir ICI), et va même se servir des « prêches » du dimanche pour lancer des appels à manifester.

Ce n’est pas tant la participation des extrêmes dans ce « printemps français » ou dans la « manif pour tous » qui est dangereuse pour la république, mais bien le mélange de la religion et de la politique conjugué à la légitimation par les mouvements catholiques, y compris parfois par leur  hiérarchie, de certaines formes de violence :  Harcèlement des parlementaires, pression sur les défenseurs de la loi, état de siège et prières publiques autour du sénat et de l’assemblée, intervention au bas des domiciles des élus, bref on essaye d’établir une tension et une radicalisation propice aux dérapages et aux incidents.

Techniques assez professionnelles et comme l’avaient cité les journalistes de Médiapart, un ex officier parachutiste, reconvertie dans « l’intelligence économique » aux commandes (voir ICI).

« La Manif Pour Tous a excellé dans l’exercice du pouvoir d’influence, s’est acquise un pouvoir de reconnaissance important, mais se révèle médiocre dans l’usage du pouvoir d’expertise et vraiment déficiente dans l’imposition du pouvoir coercitif. » peut-on lire dans une tribune libre du 20 mars dernier sur le site « Nouvelle France » (voir ICI) légitimant ainsi la création du « printemps français » à la droite de la droite du mouvement « manif pour tous ». Imposer le pouvoir coercitif (c’est-à-dire un pouvoir de punir), en lieu et place du pouvoir légitime ou de pouvoir de compétence, c’est bien sûr de la manipulation.

Sur ce site « Nouvelle France », on retrouve d’ailleurs l’inénarrable Christine Boutin, distribuer quelques conseils pour participer aux manifs « Je vous invite donc à vous rendre à la Manif pour Tous avec une petite tente rapidement déployable, avec du café chaud et nous verrons bien ce qui arrive…), mais qui indique aussi « Je suis invitée à Washington, par la National Organization for Marriage et représenterai la France à la Marriage March du 26 mars 2013. C’est en tant qu’opposante française historique à l’avortement et à la dénaturation du mariage que les organisateurs m’ont demandé d’être présente parmi eux. En effet, ce combat de civilisation ne s’arrête pas à Christine Boutin. Et je dois dire que tout ce qui se passe en ce moment est porteur d’espérance » (voir ICI). Finalement, elle ne s’y rendra pas.

Or ce National Organization for Marriage, proche du mouvement Tea Party américain, est défendu par le mouvement français « Riposte catholique » (voir ICI), qui indique sur son site : « Riposte catholique partage bien des principes avec Civitas : comme Civitas, nous voulons travailler à la restauration de la Royauté sociale du Christ et c’est cela qui guide notre action publique. Nous avions été heureux et fiers de soutenir Civitas l’année dernière, contre les pièces de théâtre sacrilèges. Nous sommes heureux et fiers d’être à ses côtés pour lutter contre le funeste projet gouvernemental ».

Civitas, autre mouvement fondamentaliste chrétien, intégriste et homophobe (voir ICI), engageant souvent des actions violentes et  le cardinal André Vingt-trois de préciser : « c’est un mouvement borderline », mais sans le condamner.

Qu’aurait-on dit au sein de tous les sensibilités politiques françaises, et notamment à l’UMP, si les musulmans français étaient descendu en masse dans la rue pour lutter contre l’interdiction du voile. Et n’oublions pas non plus l’indignation de certains contre les prières de rue des musulmans, mais qui se joignent ou approuvent maintenant les prières de rue de ces mouvements catholiques près de l’assemblée et du sénat.

Quand une religion légitime, au nom de ses principes et de son dieu, et mène des actions violentes, cela s’appelle de l’intégrisme et cela prend souvent la forme du fanatisme. Les digues sont alors rompues.

N’oublions pas non plus que le mariage civil a été instauré par une loi du 20 septembre 1792, qui instituait également le code civil français et le divorce et suivi le 21 septembre de la même année par une loi mettant fin en France à la royauté. La république est né ce jour là.

D’après la météo, c’est le printemps! Enfin presque ! Mais l’hiver de la république est bien là.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.