L'assiette au beurre
En fait, j’ai toujours voulu être écrivain. Et puis, la retraite, le temps libre, l’envie, le désir, et puis c’est parti, j’ai franchi la ligne
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 févr. 2013

Vous sauvez les baleines, pas les jeunes ?

L'assiette au beurre
En fait, j’ai toujours voulu être écrivain. Et puis, la retraite, le temps libre, l’envie, le désir, et puis c’est parti, j’ai franchi la ligne
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les nouveaux esclaves du travail, ça existe chez nous et en toute impunité, cela s’appelle les stagiaires.

 « Le 31 décembre 2012, claire a arrêté les stages. Elle venait d'en effectuer neuf d'affilée. Un an et demi de présence en pour une gratification totale de 600 euros, deux carnets de Ticket Restaurant et deux remboursements partiels de titre de transport. Sur le site d’une association, raconte Claire, on a vu un appel à sauver les baleines. Et une offre de stage de six mois ou un an payé 430 euros. Je leur ai envoyé un e-mail : Vous sauvez les baleines, pas les jeunes ? ». « Claire, 24 ans, neuf stages d'affilée, et rien au bout » (LE MONDE 21/02/2013)

600 euros pour 18 mois de travail, enfin de stage, soit 33 euros par mois, soit 1,50 euros la journée de travail.

A 24 ans, avec son master de journalisme, Claire a pourtant donné de sérieux coups de main dans une antenne locale de radio, un site Web d'actualité environnementale, un hebdomadaire d'information générale, deux quotidiens régionaux, deux quotidiens nationaux. "C'EST SOIT ÇA, SOIT LE CHOMÂGE", dit-elle.

En radio, son stage s'est arrêté un jour avant les deux mois qui auraient contraint l'entreprise à lui verser les 436 euros prévus par la loi. C’est toujours Claire et c’est en France.

« Bien que l’âge légal pour travailler soit de 14 ans, nombre de ces enfants sont exploités et parfois livrés en pâture à des employeurs sadiques payés 10 euros par mois. C’est de l’esclavage » (Libération 03/04/2010), là, c’est au Pakistan.

"On ne peut rien dire, rien demander, sinon on se grille... On est tellement dans la dèche qu'on est heureux d'avoir des tickets resto ! C’est toujours Claire et c’est en France.

« Le droit du travail n’autorise que 36 heures supplémentaires par mois. Mais cela est très peu respecté, et  beaucoup de contrats contiennent une clause qui précise que les heures de travail sont “flexibles” ». (RUE89 21/04/2011), là, c’est en Chine.

« Elle s'en doutait bien, les missions accomplies comme stagiaire auraient dû échoir à un salarié. "On nous fait d'ailleurs passer un entretien pour le stage. Le chef du service international d'un quotidien m'a expliqué que son service ne pouvait se passer de stagiaires, qui se succédaient sans que le délai de carence légal soit respecté." C’est toujours Claire et c’est en France.

Inutile d’aller rechercher au Pakistan ou en Chine, les nouveaux esclaves du travail!

C’est vrai que la survie des baleines ça fait bien dans le décor associatif, mais pour la survie de nos jeunes ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Journal
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Journal — Liberté d'expression
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
Journal — États-Unis
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Le piège du nucléaire
Maintenant que la France est en proie à des incendies en lien avec le réchauffement climatique, que notre pays manque de plus en plus d’eau et que notre président et ses ministres, après avoir renationalisé EDF, nous préparent un grand plan à base d’énergie nucléaire, il serait temps de mettre les points sur les « i ».
par meunier
Billet de blog
Le nucléaire sans débat
Où est le débat public sérieux sur l'avenir du nucléaire ? Stop ou encore ? Telle est la question qui engage les générations futures. Une enquête remarquable et sans concession qui expose faits et enjeux. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Réagir avant qu'il ne soit trop tard 2/4
L’avenir n’est plus ce qu’il était ! La guerre en Ukraine, la menace nucléaire, la crise alimentaire, le dérèglement climatique, les feux gigantesques de l’été, les inondations meurtrières, autant d’épisodes anxiogènes de la modernité face auxquels nous devons impérativement réagir. Ces désordres du monde constituent une opportunité à saisir pour modifier notre trajectoire
par HARPAGES
Billet de blog
Croissance énergétique : et si le nucléaire n'était pas la solution ?
On trouve ici et là des aficionados du nucléaire pour expliquer que pour continuer à consommer et à croitre sur le rythme actuel, il suffit de construire des centrales nucléaires. C'est d'ailleurs l'essence du plan pour l'énergie de notre renouveau président. Alors causons un peu croissance énergétique et centrales nucléaires.
par Haekel