ASSASSINAT d'Alexandre Zakhartchenko, président de la République populaire de Donetsk

 

Alexandre Zakhartchenko a été assassiné vendredi 31 août à Donetsk. L’attentat, qui a eu lieu à proximité de la résidence du chef de l’État, a également tué un garde du corps et fait onze blessés. Un deuil national de trois jours a été décrété.

Les autorités russes ont réagi immédiatement et proposent leur assistance dans l’enquête pour déterminer les causes et les responsables de cet attentat qu’elles qualifient de « terroriste ».

Vladimir Poutine a exprimé ses condoléances suite au meurtre du chef de la République populaire de Donetsk. Selon le président russe, c'était « un vrai dirigeant populaire, un homme courageux et résolu et un patriote du Donbass ».

On pourra effectivement avoir la confirmation des grandes qualités d’Alexandre Zakhartchenko et de la confiance que la population du Donbass lui faisait, en lisant le livre de Zakhar Prilepine, Ceux du Donbass (Genève, Éditions des Syrtes, 2018) dont le sujet central est précisément l'action entreprise par Alexandre Zakhartchenko afin de sauver le Donbass des griffes de Secteur Droit et des autres groupuscules extrémistes ukrainiens agités par Porotchenko.

Vladimir Poutine, chef d’État responsable, est toujours mesuré dans ses réactions, les provocations continuelles de la clique au pouvoir à Kiev le laissent indifférent. Hélas, dirai-je, car, même si c’est ce qu’attendent probablement les fauteurs de guerre civile ukrainiens et assassins de Zakhartchenko, je trouve qu’envoyer à Kiev les chars russes pour tirer la chasse dans ce cloaque une fois pour toutes ressortit à la fois de l’hygiène et de la morale. C’est sans doute irresponsable de dire cela, mais ça fait du bien de le dire. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.