Laura Genz
Dessinatrice
Abonné·e de Mediapart

118 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2020

Passez une bonne journée :)

Ce lundi matin dans le trom', je voyais sans la regarder une fille debout devant les portes qui s'apprêtait à descendre au prochain arrêt. Les portes se sont ouvertes et alors d'un geste furtif qui m'a ouvert les yeux, elle a collé, sans même un regard en arrière pour s'assurer de son geste, un post-it de couleur bleu sur la paroi de la rame, à côté des portes.

Laura Genz
Dessinatrice
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce lundi matin dans le trom', je voyais sans la regarder une fille debout devant les portes qui s'apprêtait à descendre au prochain arrêt. Les portes se sont ouvertes et alors d'un geste furtif qui m'a ouvert les yeux, elle a collé, sans même un regard en arrière pour s'assurer de son geste, un post-it de couleur bleu sur la paroi de la rame, à côté des portes. Dans le même mouvement pouf elle est descendue et je l'ai perdue de vue. Je n'ai même pas entraperçu son visage masqué.

Sur le post-it bleu elle avait écrit, d'une écriture ronde:
Passez une bonne journée :)

Ça m'a occupé l'esprit tout le reste du trajet.

Est-ce que j'avais assisté à un coup unique? Non, pas possible, on ne colle pas un post-it comme ça, avec écrit Passez une bonne journée :) sans récidiver. C'est un peu comme venir en manif' avec son petit panneau fait maison pour revendiquer anonymement, c'est assumé. On recommence toujours un truc comme ça, c'est la répétition même qui donne son sens au geste. Pour le reste, je me suis perdue en conjectures.

Est-ce qu'elle écrit à l'instant, de rame en rame, Passez une bonne journée :) pour coller ses post-it au fil de ses déplacements? Ou est-ce qu'elle prépare d'avance un bloc entier, voire des blocs entiers de post-it écrits et prêts à être collés? Est-ce qu'elle les écrit en profitant de moments d'ennui contraint, pendant un cours soporifique, au téléphone avec une copine trop bavarde, en regardant d'une oreille des séries à la télé?

Est-ce qu'elle s'est fixée un budget spécial post-it-passez-une-bonne-journée-:) ou est-ce qu'elle les choure genre à son taf? Ou est-ce qu'elle a trouvé un jour, par hasard, un bloc de post-it dont elle n'a pas vu l'utilité sauf à écrire sur chacun Passez une bonne journée :) pour les semer dans le métro parisien?

Est-ce qu'elle a le cœur qui bat un peu plus vite quand elle se prépare à coller son post-it en loucedé des autres voyageurs?

Par quel cheminement de pensée on en arrive à disperser furtivement des petits mots écrits à la main pour souhaiter une bonne journée à des inconnus qu'on ne croisera même pas, dont on ne verra même pas les regards, la réaction, le sourire… puisqu'on laisse son post-it en partant?

Est-ce qu'elle vient d'ailleurs et est-ce que ce sont la froideur, la nervosité, la violence parfois, des rapports humains dans les transports et dans cette ville qui l'ont conduite à ce geste? S'est-elle dit, non, je ne deviendrai pas comme ça et même, je vais faire un truc pour m'en assurer et peut-être aussi changer les choses de façon infinitésimale, sait-on jamais…

Dans combien de rames a-t-elle sévi à ce jour? Combien de gens ont vu, remarqué, regardé ces post-it et combien se sont posés autant de questions que moi? Ont-ils passé une bonne journée après ça?

Moi, oui, en fait, peut-être parce que ce lundi matin, je n'ai pas passé ce trajet enfouie dans mes propres pensées pendant que je cavalais sous terre. Merci. 

***

Photographie: Garages de Porte de Versailles, ligne 12, rames 12097 et 12034 de Formation 3Le MF 67, metro-de-paris.over-blog.com.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Histoire
« J’ai pu apercevoir le docteur Asselah »
Le 4 mars 1957, le docteur Slimane Asselah est enlevé dans son cabinet médical, au milieu de la casbah d’Alger, par les forces de l’ordre françaises. Mort ou vif, sa famille ne l’a jamais revu. Deuxième volet de notre série.
par Malika Rahal et Fabrice Riceputi
Journal
En appel à Toulouse, des activistes handicapés plaident « l’état de nécessité »
Au cours d’une audience chargée de colère et d’émotion jeudi, les militants de l’association Handi-Social ont justifié leurs actions de blocage de la gare et de l’aéroport toulousains en 2018. Il y a un an, ces activistes avaient écopé de peines de prison avec sursis.
par Emmanuel Riondé
Journal — Amérique du Sud
En Équateur, victoire en demi-teinte pour les autochtones après 18 jours de lutte
Un accord a été conclu jeudi entre le gouvernement et les responsables autochtones, à l’issue d’une longue grève générale, pour réclamer de meilleures conditions de vie. Dans la capitale Quito, la « Casa de la Cultura » (Maison de la culture) a été un endroit clef du mouvement.
par Alice Campaignolle
Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix

La sélection du Club

Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier
Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Boyard et le RN : de la poignée de main au Boy's club
Hier, lors du premier tour de l’élection à la présidence de l’Assemblée nationale, Louis Boyard, jeune député Nupes, a décliné la main tendue de plusieurs députés d’extrême droite. Mais alors pourquoi une simple affaire de poignée de main a-t-elle déclenché les cris, les larmes et les contestations ulcérées de nombres de messieurs ?
par Léane Alestra