Un Art Post-Contemporain accessible à tous

L'accessibilité totale à l'Art passe par un Art total. La Création est un acte tourné vers l'autre, la volonté de Fraternité est le cœur du dépassement de l’œuvre égoïste vers une hypothétique œuvre totale. L'acte créatif se doit de porter des valeurs humanistes indissociables de la Recherche de la Vérité, socle commun et quasi-fondateur de de la Philosophie, de l'Art et des Grandes Pensées.

L'Art Post-Contemporain constitue l'hypothèse d'une forme artistique débarrassée des Dogmes, questionnant les notions humanistes que nous pourrions résumer en trois mots : Liberté, Égalité, Fraternité. Théoriquement, cette forme d'art véhicule, porte, par ses implications (mécaniques, métaphoriques, politiques, philosophiques et mémorielles), ces valeurs humanistes.

Voilà plus de dix ans que la Loi de Février 2005 concernant l’Égalité des Chances a été adoptée. L'ensemble du Vingtième Siècle a été rythmé par des Artistes proclamant l'Art pour tous, sous une forme ou une autre (Peter Brook, Jean Vilar, Antonin Artaud...). Mais dans les faits, encore aujourd'hui, force est de constater que les personnes exclues, en situation de précarité, handicapées ou encore tout simplement non initiées ne se sentent pas les bienvenues dans les lieux artistiques. Les raisons souvent évoquées sont simples : prix parfois exorbitants, lieux peu ou pas accessibles, manque d'intérêt pour l'art et peur de ne pas comprendre...

L'Art Post-Contemporain a une éthique et se doit d'en avoir une, il ne prétend rien inventer, il poursuit, dépasse et transcende. Ses valeurs sont laSolidarité, la Liberté, l'Égalité, la Fraternité, la Philanthropie et la Vérité. Son but est l'amélioration morale, artistique, intellectuelle et sociale de l'humanité. Il va vers l'accessibilité, la nécessité d'intégrer, d'impliquer et d'accepter ''l'autre'', quelque soit ses différences, sa couleur, sa classe sociale ou son handicap.

Pourrait-on prétendre qu'Art Post-Contemporain et Valeurs Humanistes sont liés ? Et question encore plus fondamentale : quelle est la place de l'artiste dans cet art post-contemporain ? Car si l'art doit porter des idées humanistes, l'artiste doit aussi par définition être un homme libre, se refusant à toute affirmation dogmatique.L'Art peut constituer un socle, un point de rencontre, un ancrage momentané mais qui peut s'avérer constant dans l'inconscient collectif. Afin de permettre une véritable accessibilité, une création doit pouvoir se concevoir dans tous les espaces imaginables et donc dépasser et poursuivre la notion de théâtre de quartier d'Antoine Vitez en l'appliquant à l'ensemble des arts. Jouer ou exposer près du public, dans les quartiers, dans les petits théâtres, dans les grands, dans tous les types de lieux. Se rapprocher du public. Cela implique la nécessité de sortir du luxe des scènes nationales ou des Grands Musées en diversifiant les propositions. Mais cela ne signifie pas faire de l'art au rabais, au contraire. L'art doit s'adresser à l’intelligence du public. De nos jours, et cela en raison de la décentralisation en grande partie, l'artiste peut se produire sur l'ensemble d'un territoire et aller vers le public. La situation sociale est compliquée et mouvante et l'art peut devenir une fabrique de liens entre les hommes, entre tous les hommes, à condition que l'artiste ne soit pas déconnecté de la réalité. L'artiste n'est pas en dehors de la société, il s'y retrouve. C'est au sein de celle-ci que l'artiste se transcende et apprend à créer pour l'autre, son prochain. Ne pas se perdre dans une vision éhonté et dépassé de l’ego de l'artiste. La société humanise l'artiste et inversement.

L'idée d'un art accessible à tous a pour principes l'acceptation d'autrui, la connaissance de la société et le respect des autres. L'art est le fruit de l'évolution de la société, l'art a besoin de celle-ci pour avancer et repousser les limites que la réalité lui impose. Les contraintes sont les bases de l'art, pourrait-on dire. L'artiste a besoin de ce type de difficulté pour se dépasser et ne pas tomber dans un un confort et un conformisme. La problématique de l'accessibilité adaptée à l'art devient juste milieu aristotélicien car le juste art naît du perpétuel balancier de l'artiste s'adaptant aux problèmes de la société dans laquelle il vit en rapport avec ses créations.

Les Valeurs Humanistes impliquent la liberté absolue de conscience. Il en va de même pour l'Art Post-Contemporain accessible à tous. Repousser les Dogmes pour laisser apparaître la liberté de création. Comment les Valeurs Humanistes peuvent-elles se répandre au sein de la société ? Pourquoi pas par l'Art ? En effet, l'artiste est un vecteur de la pensée et s'il tend vers l'accessibilité, il peut devenir un pont entre les hommes et encore plus. Il n'est pas toujours aisé de transmettre les Valeurs et Idées Humanistes dans la société et l'art peut être ce temple ouvert des idées.

Reste à savoir comment l'Art peut partager des valeurs de ''Fraternité'' dans l'élaboration d'une création ? Cela implique de bâtir un art solidaire et philanthropique. L'Art Post-Contemporain ne peut pas se passer d'une réflexion sur sa propre représentation symbolique et les valeurs qu'il porte et apporte. Le Symbolisme est-il la clé d'un Art Post-Contemporain accessible à tous ? L'hypothèse est ambitieuse car le symbolisme n'est pas la donnée la plus importante dans la majorité de l'art, aujourd'hui, ni même dans notre société actuelle. Les symboles possèdent un pouvoir interne de représentation, compréhensible par tous. Un art symbolique permet un dépassement de la réalité sensible et donnerait un sens aux créations riche de nombreux sens. Le public y voit par transparence. Tous les publics sont égaux car les symboles permettent d'atteindre une réalité inaccessible à la raison et donc accessible à tous. Les symboles constituent la base de l'Art Post-Contemporain.

J'ai personnellement expérimenté et inventé cette notion d'Art. Aussi bien théoriquement que concrètement, étant à la fois chercheuse et praticienne de l'art. Une question semble être le cœur de mes recherches artistiques : Comment créer pour et vers tous, pour et vers tous les publics sans distinction de classes sociales, pour et vers tous les handicaps, pour et vers toutes les personnes qui font notre société ? Rendre accessible n'est pas appauvrir une proposition artistique. Je ne cherche pas qu'à divertir les gens, je cherche à leur transmettre quelque chose de fort, quelque chose d'humain et d'universel. En outre, je suis handicapée visuelle, mon handicap me sert dans mon art et dans ma façon de créer. C'est pour cette raison que l'on me nomme ''Hartiste'', c'est à dire une artiste avec le ''H" de Handicap. Quand je crée des pièces post-contemporaines, des pièces chorégraphiques ou quand j'adapte mes propres écrits, mon postulat est toujours le même, comment transmettre une idée, un message à tous. De même, dans mes créations plastiques, l'idée est de permettre une accessibilité totale, les aveugles, les déficients visuels et tout un chacun d'ailleurs, peut toucher les œuvres dans une volonté d'appréhension. Mon expérience de plasticienne et créatrice d'un Art Post-Contemporain qui puisse être ressenti clairement par un public handicapé mais aussi par tous les publics m'a été d'une grande aide dans l'élaboration de créations scéniques accessibles à tous. Se poser la question de la différence amène à une nouvelle liberté. En effet, lors de mes expositions, des personnes handicapées et polyhandicapées ont pu venir librement découvrir mes œuvres. Personne n'a compris de la même façon mes créations et tout le monde était libre de les analyser comme il le souhaitait dans un souci d'appropriation. Mes expositions et mes créations sont volontairement gratuites et ouvertes à tous, cela constitue le socle de ma réflexion autour de l'accessibilité pour tous, concrètement. J'ai donné mon travail dans des scènes nationales ou des accueils de jour, dans des grands musées et des lieux accueillant des Sans-Abris, mais j'ai également fait venir des personnes handicapées, des personnes précaires, dépendantes dans des lieux d'Art Contemporain et cela a apporté de la Solidarité et du mieux Vivre-Ensemble. Les Valeurs Humanistes sont intimement liées à mon travail artistique.

L'Art Post-Contemporain est un art ''de, pour, par et vers l'autre''. Il s'agit d'un art accessible véritablement à tous ou tout du moins d'un art qui tend vers l'accessibilité globale en lien avec les problématiques réelles du citoyen. Un Art proche de l'Humain. Les Valeurs Humanistes semblent être les bases concrètes de cet Art Post-Contemporain accessible à tous. Dix propositions définissent la spécificité de cette nouvelle approche artistique globale et résolument pluridisciplinaire :

  • La nécessité pour les créations plastiques, visuelles et scéniques d'exister sous plusieurs formes afin qu'elles puissent s'adapter aux différences.

  • Imaginer des propositions artistiques qui peuvent se jouer dans des lieux, qui ne sont pas nécessairement des lieux d'art mais qui sont parfaitement accessibles.

  • S'adresser à l'intelligence du public, rendre accessible ne signifie pas appauvrir.

  • Penser différemment les représentations, c'est à dire concevoir pendant la création les différences de certains.

  • Créer avec les structures locales liées au handicap et à la pauvreté afin de pouvoir atteindre véritablement ce public.

  • Repenser les modes de communication et de promotion de l'art, aller chercher directement le public là où il est mais ne jamais rien imposer.

  • L'artiste doit être en contact avec le monde réel, dans le sens où il est préférable qu'il s'adresse à la réalité de l'existence du public s'il veut s'adresser à lui.

  • Dépasser la notion d'art pour tous et aller vers l'art accessible à tous en utilisant la symbolique et les Valeurs Humanistes comme fabrique de liens.

  • Concevoir de nouvelles formes d'accessibilité, ne pas avoir peur d'innover dans l'aller vers, accepter les différences et les dépasser pour créer. Expérimenter de nouveaux possibles.

  • Permettre un art gratuit et ouvert à tous. Mettre en place la gratuité pour tous les publics afin que l'aspect financier ne soit plus un obstacle.

Dans le cadre de l'Art Post-Contemporain et du Théâtre Post-Contemporain, l'artiste doit se tourner vers l'autre et chercher à apporter sa pierre à l'édifice d'une concorde universelle. L'art étant un vecteur de celle-ci. L'artiste doit rechercher le perfectionnement intellectuel et social de l'humanité. Concrètement cela passe par la pluridisciplinarité d'une création mêlant danse, théâtre, performance, installation, vidéo, musique et toutes les formes artistiques, liant l'intime à l'universel, alternant gravité et humour ainsi que réalité et fiction. La transdisciplinarité permet l'hypothèse d'un art accessible à tous basé sur les valeurs humanistes. Un art accessible à tous est un but à atteindre, son chemin est la recherche de la Vérité et cela passe par la transmission de valeurs humanistes et une liberté absolue de création.

L'Art Post-Contemporain constitue une tentative d'Art Total. Une ''Fête des fous'' contemporaine, laïque et hautement humaniste. Partant du principe que l'éthique dans l'art se définit par le risque, prenons le risque de briser toutes les barrières et tous les dogmes artistiques et allons vers un Art Libre et accessible à tous, concrètement.

Je propose de repenser la mise en jeu artistique. Les différents lieux de représentation, espaces scéniques, extérieurs ou intérieurs, pourront être utilisés dans leur verticalité et leur horizontalité, dans leur ensemble, l'ensemble d'un lieu peut se faire espace de création. L'ensemble d'une ville peut être investi afin d'en faire un espace de création total mêlant danse, théâtre, musique, installation, performance et vidéo, une véritable galerie d'art vivant, plastique et humaniste. Comme je m'implique énormément dans la cause du handicap, de la différence et de la pauvreté, les créations seront gratuites et ouvertes à tous. De même, en lien avec des associations locales, le public qui d'ordinaire ne se déplace pas pour des créations artistiques est contacté afin de le faire venir dans ces espaces de création. Dans le même temps, ces créations sont jouées au sein des structures accueillant les personnes en difficulté n'ayant pas vraiment la possibilité de se déplacer. Je cherche à poursuivre la notion de théâtre pour tous chère à Jean Vilar et je me bats comme lui pour la démocratisation de l'art en général. Jean Vilar déclarait « Il faut savoir pourquoi on fait du théâtre. Et en déduction, il faut savoir pour qui. Je sais personnellement, pourquoi et pour qui je travaille : pour les classes laborieuses. ». J'ai fait de cette déclaration d'intention de Jean Vilar mon combat et ma cause artistique en l'élargissant à toutes les personnes victimes de discrimination, de mise à l'écart et les personnes handicapées et/ou exclues en particulier.

Je conçois un Art Post-Contemporain et novateur, une proposition artistique pluridisciplinaire polymorphe et déambulatoire, interactive et multi-sensorielle, où toutes les disciplines sont réellement conviées et travaillent ensemble pour créer de nouvelles hypothèses artistiques. Il s'agit d'envisager une tentative d'Art Total Post-Contemporain et dans ce théâtre des sens et du sens, ce théâtre de l'essence, plus que de l'existence, le spectateur redevient de la sorte ce participant volontaire d'une nouvelle fête des fous, post-contemporaine et reprend sa place d'origine, c'est à dire un observateur éclairé dont on sollicite à nouveau la capacité de distance critique.

Mes créations constituent l'hypothèse d'un art mouvant, déambulatoire et performatif dans l'ensemble d'une ville où chaque espace deviendrait l'antre d'une scène. L'ensemble d'une ville est investi par les artistes présents afin d'offrir une performance globale cherchant à abattre toutes les frontières notamment celle du Spectateur-Acteur ainsi que celle de la Scène-Public.

Cet art est né de ma volonté d'amener l’art, par un métissage entre théâtre, danse, musique, installation, sculpture, peinture, art urbain, performance et vidéo, à l’écoute de différents territoires, ici et ailleurs, en porosité de leur nature, de leur force, de leur vitalité. Cette proposition ouvre le champ du frottement de la création, par ce qu’elle convoque, avec les espaces du quotidien, de la vie en intérieur, du chez soi… Le public est associé à cette démarche en se prêtant au jeu.

Il s'agit d'une approche différente de l'espace grâce au jeu de la performance.

Le public se balade dans l'espace scénique constitué par l'ensemble d'une ville et ''visitera'' ces créations telle une exposition vivante où se poseront des actions entremêlant performance et corps, textes et abstraction, musique et interpellation, installation et création. Mes créations poursuivent le cheminement de l’intime accosté en transposant un des éléments de la vie des musées, la visite, emminement symbolique des instants de découverte vers le théâtre, l’espace public ou partagé, en cadre urbain et institutionnel.

L’objet visite devient prétexte et porteur de cette action en prise avec la réalité et le vécu des habitants. Une performance sans délimitation définie, se jouant des espaces et de leurs configurations en valorisant l’endroit comme espace de représentation et de découverte vivante.

La formulation se dessine en tant que déambulatoire, elle peut envahir ou se concentrer. L’espace devient alors le lieu de représentation en s'adaptant à la proposition. La relation art urbain, théâtre et danse est mise en avant afin d'offrir aux personnes un spectacle multiforme (tendant par les lieux extérieurs vers un bal artistique improvisé…). L’envie est de mêler des sonorités, des mises en jeu classiques, traditionnelles et contemporaines pour accentuer un rapport de liberté d’écoute et de déplacement. A travers chaque espace et chaque mise en jeu, en retrouvant comme en inventant des rituels de convivialité, ce festivals'adresse aux personnes dans leurs singularités, le public lui-même s'improvisant et se multipliant redevient un ensemble de personnalités invitées à cette véritable fête de la création. Véritable projet humain, l'Art Post-Contemporain accessible à tous représente un permanent renouvellement, une volonté d'aller vers l'autre où qu'il soit. Transcender chaque confins pour en faire une absence de frontière. Je m'inspire aussi bien la volonté du dépassement du ''théâtre pour tous'' cher à Jean Vilar, la poursuite du ''théâtre élitaire pour tous'' prôné par Antoine Vitez, la notion d'universalité du théâtre voulue par Peter Brook. Que l'art devienne une offrande pour tous les publics, un état de don permanent. Imaginer un art qui n'a pas peur de ses limites.

Je propose d'abolir la distance entre le public et l'artiste et de fait abolir les dernières frontières artistiques existantes en proposant un art radical, sérieux, drôle et dramatique à tous les publics, valides comme handicapés, riches comme pauvres, amateurs éclairés ou découvrant le théâtre pour la première fois. Un Art Post-Contemporain de, par pour et vers tous allant vers l'accessibilité totale.

Ainsi créons, créons, créons sinon nous sommes perdus...

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.