Laura Plisson
Master 2 EHESS mention Art et Langage (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) Sous la direction d'André Gunthert. Culture visuelle, culture numérique, culture tout court.
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2020

Ni guerre, ni héros.

Quand le gouvernement utilise une rhétorique guerroyante pour justifier la mise à mort de ses travailleur.euse.s.

Laura Plisson
Master 2 EHESS mention Art et Langage (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales) Sous la direction d'André Gunthert. Culture visuelle, culture numérique, culture tout court.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Non, je ne pense pas que les personnes qui continuent à travailler soient des héros. Les caissier.ière.s, infirmier.ères, éboueur.euse.s, médecins, pharmacien.ienne.s, ne sont pas des héros. En revanche, ce qu’ils accomplissent tous les jours est héroïque. De même que nous ne sommes pas en guerre, et qu’il n’y a ni première, ne seconde, ni troisième ligne.


Les personnes qui continuent à travailler pour que nous puissions subsister sont des victimes, d’abord et avant tous des victimes. Alors je sais, ce statut est loin d’être enviable. Personne n'aime à se dire qu'iel subie, qu’iel souffre et que quelqu'un.e ou quelque chose d'autre le domine.
Mais cette connotation négative, ne provient-elle pas trop souvent de la bouche de celles et ceux qui infligent les peines ?
Dire " Arrête de faire ta victime" est une phrase violente là ou
dire "Je suis une victime" relève souvent de l'acte de courage, n'en déplaise à la loi du plus fort.

La raison pour laquelle je me permets d'utiliser ce terme vient du fait que nier l’existence de ce statut, c’est nier l’existence des coupables, c’est oublier le travail des bourreaux.

Bien-sûr, la situation de crise que l'on traverse est une surprise (quoi que…). Mais je pense qu'un nombre important d’erreurs ont été commises, et que beaucoup d’entre elles auraient pu être évitées. Je ne paraphraserai pas ici ce qui a déjà été expliqué vis à vis des masques, et s'il est bien plus facile de jeter la pierre en jugeant derrière son ordinateur, rien ne justifie de sacrifier la vie du personnel soignant au détriment des actionnaires d'Air France.

Car ces "héros envoyés au front", cette rhétorique guerroyante que notre cher président se plait à utiliser n'est qu'un vulgaire stratagème pour maquiller la réalité. Un soldat sait ce qui l'attend, équipé de la tête au pied, lorsqu'il part au combat.
En revanche, et à ma connaissance, aucun.e infirmier.ère, aucun.e médecin, aucun.e caissier.ière n'a souhaité exercer sachant que l'Etat pourrait l'envoyer mourir sur son lieu de travail, armé seulement de son courage et de sac poubelle en guise de bouclier.
A part les CRS vêtus d'armures quand ils manifestaient, l'état ne leur a pas envoyé grand chose : sans doute est-il plus simple d'asphyxier le problème, COVID ou lacrymo, choisissez votre arme...

Le véritable ennemi de cette fausse guerre n'est autre que ce bon vieux attrait pour le capital. N'oublions pas qu'une prime n'augmentera pas les salaires, que les dettes ne seront jamais supprimées, et que c'est le contribuable qui devra payer.
Privatisation du profit, socialisation des pertes.
Alors quand le confinement sera finit, gardons en tête l’ennemi contre lequel il faudra se battre.
Quand cette fausse guerre sera terminée, la vraie bataille aura commencé et les enjeux sont trop importants pour envisager de la perdre.

Laura Plisson.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali