Laure D'Auge
Médecin urgentiste
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2021

Chronique hospitalière #2 - « J’ai 26 ans seulement docteur, je ne peux pas être faible »

26 ans. Souriant. Lybien arrivé en France il y a 2 ans, il a le statut de réfugié depuis 1 an. Il a été agressé dans la rue, il y a 6 mois. Des coups de couteaux dans le poumon, le ventre, le cou, la jambe. Hospitalisé chez nous pendant 2 mois. Il a failli y laisser sa vie. Sorti d’hospitalisation, il s’est retrouvé dans la rue puis en foyer, puis a voulu retravailler dans le bâtiment. Mais il se sent plus faible qu’avant. Son patron aussi a remarqué...

Laure D'Auge
Médecin urgentiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 « Je te l’ai mis devant ton box, j’ai rien compris, il parle hyper mal anglais, il a dit qu’il vient pour un bilan de santé… ». L’infirmier lève les yeux au ciel et soupire. Priorité du patient déterminée au triage à l’accueil des urgences ? Nulle. Il est donc orienté vers le « secteur court » dont je m’occupe, le circuit des urgences équivalent des consultations de médecine générale et dévolu aux patients non graves ne nécessitant aucun soin urgent. Derrière le soupir, le sous-entendu du reproche. Pourquoi venir grossir les rangs des urgences avec une demande considérée par beaucoup (trop) comme inappropriée ? 

2 heures plus tard, c’est à lui. 26 ans. Souriant. Lybien arrivé en France il y a 2 ans, il a le statut de réfugié depuis 1 an. Il a été agressé dans la rue, il y a 6 mois. Des coups de couteaux dans le poumon, le ventre, le cou, la jambe. Hospitalisé chez nous pendant 2 mois. Il a failli y laisser sa vie. Sorti d’hospitalisation, il s’est retrouvé dans la rue puis en foyer puis a voulu retravailler dans le bâtiment, comme avant l’accident. Mais il se sent plus faible qu’avant. Son patron aussi a remarqué. Il le lui a dit.

Ses cicatrices qui lui balayent le corps de haut en bas lui font mal et limitent ses mouvements. Avant il aimait faire du foot, du volley. Courir avec des amis. Maintenant il cherche son souffle et calcule ses gestes. Il aimerait bosser. Il faut qu’il bosse. C’est une nécessité. Il n’a pas le choix.

Son sourire s’est effacé. Avant de venir en France, il a fait des études de lettres à Tripoli et puis tout s’est compliqué. La situation, l’insécurité. Ici, il sait que tout ce qu’il trouvera c’est le BTP ou la restauration, la plonge. Il le sait. Il l’accepte. Mais c’est physique, tout ça. Il est conscient, réaliste. Il veut gagner sa vie et pour ça, il a besoin de son corps et son corps lui fait défaut. « J’ai été chez un médecin généraliste près de mon foyer. Je voulais pas venir jusqu’ici mais il m’a dit qu’il ne savait pas et que c’était à l’hôpital qui m’avait opéré de gérer ça… J’ai 26 ans seulement docteur, je peux pas être faible. Si je suis faible, je meurs… Alors voilà. Je suis là. »

Là, en pleurs, à de 2h de chez lui, cherchant une porte ouverte.  

Vraiment #0, 2018.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod