Laure D'Auge
Médecin urgentiste
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 oct. 2021

Chronique hospitalière #2 - « J’ai 26 ans seulement docteur, je ne peux pas être faible »

26 ans. Souriant. Lybien arrivé en France il y a 2 ans, il a le statut de réfugié depuis 1 an. Il a été agressé dans la rue, il y a 6 mois. Des coups de couteaux dans le poumon, le ventre, le cou, la jambe. Hospitalisé chez nous pendant 2 mois. Il a failli y laisser sa vie. Sorti d’hospitalisation, il s’est retrouvé dans la rue puis en foyer, puis a voulu retravailler dans le bâtiment. Mais il se sent plus faible qu’avant. Son patron aussi a remarqué...

Laure D'Auge
Médecin urgentiste
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 « Je te l’ai mis devant ton box, j’ai rien compris, il parle hyper mal anglais, il a dit qu’il vient pour un bilan de santé… ». L’infirmier lève les yeux au ciel et soupire. Priorité du patient déterminée au triage à l’accueil des urgences ? Nulle. Il est donc orienté vers le « secteur court » dont je m’occupe, le circuit des urgences équivalent des consultations de médecine générale et dévolu aux patients non graves ne nécessitant aucun soin urgent. Derrière le soupir, le sous-entendu du reproche. Pourquoi venir grossir les rangs des urgences avec une demande considérée par beaucoup (trop) comme inappropriée ? 

2 heures plus tard, c’est à lui. 26 ans. Souriant. Lybien arrivé en France il y a 2 ans, il a le statut de réfugié depuis 1 an. Il a été agressé dans la rue, il y a 6 mois. Des coups de couteaux dans le poumon, le ventre, le cou, la jambe. Hospitalisé chez nous pendant 2 mois. Il a failli y laisser sa vie. Sorti d’hospitalisation, il s’est retrouvé dans la rue puis en foyer puis a voulu retravailler dans le bâtiment, comme avant l’accident. Mais il se sent plus faible qu’avant. Son patron aussi a remarqué. Il le lui a dit.

Ses cicatrices qui lui balayent le corps de haut en bas lui font mal et limitent ses mouvements. Avant il aimait faire du foot, du volley. Courir avec des amis. Maintenant il cherche son souffle et calcule ses gestes. Il aimerait bosser. Il faut qu’il bosse. C’est une nécessité. Il n’a pas le choix.

Son sourire s’est effacé. Avant de venir en France, il a fait des études de lettres à Tripoli et puis tout s’est compliqué. La situation, l’insécurité. Ici, il sait que tout ce qu’il trouvera c’est le BTP ou la restauration, la plonge. Il le sait. Il l’accepte. Mais c’est physique, tout ça. Il est conscient, réaliste. Il veut gagner sa vie et pour ça, il a besoin de son corps et son corps lui fait défaut. « J’ai été chez un médecin généraliste près de mon foyer. Je voulais pas venir jusqu’ici mais il m’a dit qu’il ne savait pas et que c’était à l’hôpital qui m’avait opéré de gérer ça… J’ai 26 ans seulement docteur, je peux pas être faible. Si je suis faible, je meurs… Alors voilà. Je suis là. »

Là, en pleurs, à de 2h de chez lui, cherchant une porte ouverte.  

Vraiment #0, 2018.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie