Laure de Noves
Sans profession.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 janv. 2022

Pour notre bien

Remercions un homme, qui fut premier ministre, et qui, l'un des premiers, sut nous tancer, pour avoir voulu prendre le soleil, voir notre famille ou nos amis, un beau dimanche de mars 2020. Car il nous fallait, pour notre bien, accepter de mourir pour voter. Mais pour la beauté ou l'amitié, risquer de vivre était obscène.

Laure de Noves
Sans profession.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pour notre bien

                                                                                                                      A Monsieur Edouard Philippe

Pour notre bien

Ils nous ont enfermés.

Ils ont dit que les liens

Que nous avions patiemment tissés

Nous menaçaient.

Le lierre qui pousse

Entre les tombes

D’Iseut et de Tristan,

Ils l’ont coupé.

Pour notre bien

Ils ont muré les vieillards

Dans une solitude au goût de cendre.

Ne se présentaient plus

Devant les vieillards

Que des ombres sans peau

Que des mains couvertes de latex

Des visages mis en sac.

Mais c’est pour notre bien à tous

Que ce cauchemar a été traversé.

Pour notre bien

Les enfants ont appris

A craindre leurs semblables.

Dans les squares,

Il fallait jouer seul.

Il fallait jouer chacun dans son cercle.

Oui : les cercles étaient inscrits sur le sol

Et chaque enfant,

Pour notre bien,

Devait s’inscrire dans le cercle

Et ne pas en sortir.

Mais c’est vraiment pour notre bien à tous

Que ces souffrances ont été endurées.

Pour notre bien

Ils ont joué à nous épier.

Un jour, pour notre bien,

Ils ont envoyé un drone

Se ficher au-dessus de la tête d’une femme,

Qui s’était assise, seule,

Dans le jardin du Carrousel.

Pour notre bien,

La machine donnait l’ordre à la femme de partir,

Elle devait se lever,

Car que faisait-elle assise,

Avait-elle perdu l’esprit,

D’être seule assise,

Dans ce jardin,

A la tombée de la nuit.

Et c’est pour notre bien

Que la femme a dû déguerpir.

Pour notre bien,

Ils avaient vidé les rues de toute vie.

Les villes étaient mortes,

Et pour notre bien

Certains diffusaient ces images de fin du monde,

Et trouvaient belles

Les villes sans humains.

Pour notre bien,

Ils m’ont rendue malade de désespoir,

De ne plus voir la beauté des visages,

La beauté de leurs lignes,

Menton, joues, nez, rides, ossatures,

Lignes de fuite,

Horizon,

Lèvres, couleurs subtiles,

Jolies dents,

Nez dérangeant,

Mais cachez cette bouche que nous ne saurions voir !

Car pour notre bien,

La bouche est devenue obscène,

Sourire est impossible,

Il apparaît même que chanter,

Pour notre bien,

N’est plus de saison.

Pour notre bien,

Ils imposent beaucoup de règles

A respecter par tous,

Partout,

Et qui changent souvent.

Mais c’est vraiment pour notre bien

Car se reposer

Se détendre

Laisser aller sa tête un moment contre une épaule

Serait se relâcher ;

Pour notre bien,

Le qui-vive est préférable.

Ce petit creux paisible que tu chéris

Pour notre bien

Abandonne-le.

Pour notre bien

Ils ont cadenassé

La nuit,

Empêché les chats noirs de sortir.

Pour notre bien,

Ils ont déclaré

Qu’il faut croire Candide,

Et laisser là Voltaire.

Pour notre bien

Ils ont dessiné

Une ligne très nette

De fracture entre ton voisin

Et toi.

Garde-toi de fréquenter

Qui tu ne peux pas fréquenter

Pour notre bien,

Prends garde à tes propos,

Et prends garde à tes pas.

Pour notre bien,

Voici que maintenant

Tu me surveilles

Je te surveille

Et sûrement

Il sera bon demain

De nous déchirer

A belles dents

Pour notre bien.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart