Du Bac à la ZAD… Les lendemains

Prix du public au Festival Premiers plans d'Angers, le film "Les lendemains" de Bénédicte Pagnot est "un récit initiatique qui saisit l’inquiétude d’une jeunesse à qui la crise ne laisse même plus le temps de se chercher, quitte à la pousser vers les extrêmes." (Télérama). Le dvd est désormais disponible en librairies et sur le site lesmutins.org

Bande annonce Les Lendemains © Les Mutins de Pangée

Les lendemains © Les Mutins de Pangée Les lendemains © Les Mutins de Pangée

Bac en poche, Audrey décide de poursuivre ses études à la fac de Rennes. Elle quitte le cocon familial, sa meilleure amie, son copain... Au contact de sa nouvelle colocataire, elle découvre le militantisme politique et croise le chemin d'un jeune groupe de squatters qui lui propos de vivre autrement et lui offre une nouvelle vision dumonde. Audrey choisit de partager leur expérience, de plus en plus radicale...

 Prix du public au Festival Premiers plans d'Angers et Prix d'interprétation au Festival international de Rabat.

 

Un film de Bénédicte Pagnot, produit par Mille et Une Films (Gilles Padovani), édité en DVD et VOD par Les Mutins de Pangée

Avec Pauline Parigot (Les revenants), Pauline Acquart (Naissance des pieuvres de Céline Sciamma), Louise Szpindel (Ne m'abandonne pas de Xavier Durringer)...

 

Le Monde ou rien !

Le film de Bénédicte Pagnot raconte une histoire de notre temps, celle d’une jeune fille de la classe moyenne, Audrey, saisit à l’âge où tous les futurs devraient encore être possibles, mais qui comprend vite qu’elle ne veut pas appartenir à ce monde qui ne tourne pas très rond (et qui de toute façon ne veut pas d’elle, ni de son père au chômage).

A travers son parcours, s’esquisse le portrait d’une nouvelle génération pleine d’énergie et de révolte qui s’invente chaque jour une vie immédiate à mesure que les lendemains rapetissent. Désenchantée par la politique « classique », Audrey rejette les luttes traditionnelles pour s’incarner dans le slogan : « le monde sinon rien ! ». Ce sont les petits-enfants de mai 68 qui bricolent leur monde à eux (et entre eux).

Dans les scènes de vie du squat, l’organisation au quotidien, les discussions, les disputes et les contradictions, Bénédicte Pagnot s’intéresse à une jeunesse souvent inaccessible et des situations rarement représentées au cinéma. Et ça résonne dans le présent avec spontanéité et justesse. Pour obtenir ce résultat si réaliste, la cinéaste a choisi de faire jouer leurs propres rôles à des squatteurs. Elle a construit son scénario à partir d’improvisations répétées sans caméra, de discussions politiques qu’elle avait avec eux et qu’elle enregistrait en vue de construire ses dialogues.  Cependant, il fallait faire fonctionner cette difficile rencontre entre des comédiens formés pour jouer et des comédiens amateurs interprétant des personnages proches de leur propre vie. Et c’est très réussi. Audrey est magnifiquement interprétée par la jeune comédienne professionnelle Pauline Parigot, qui nous rappelle (carrément !) les débuts de Sandrine Bonnaire chez Maurice Pialat.

La cinéaste quarantenaire pose un regard sensible sur une nouvelle génération, un regard tendre mais sans complaisance. Aucune leçon n’est donnée. C’est à prendre ou à laisser.

Comme tous les films que nous défendons aux Mutins de Pangée, que les lendemains chantent, ou pas, ce film propose un autre point de vue sur un sujet qui ne surgit dans les médias que par touches superficielles, le temps d’une manif, d’un affrontement entre des jeunes et des policiers, d’un fait divers déformé en quelques lignes...  

Bien sûr la vie continue après le cinéma. Bien sûr, l’univers des squats, « la jeunesse en révolte », ne se résume pas à un film mais celui-ci a le grand mérite d’ouvrir une porte du cinéma sur une réalité si peu représentée jusque-là. Voilà pourquoi nous avons décidé d’éditer ce film en DVD et en VOD.

 Les Mutins de Pangée.

Pour plus d'informations sur le DVD ou pour le commander, rendez-vous sur cette pageSortie le 13 juin 2016. Prix public : 18 euros, offre de pré-achat à 15 euros (frais de port compris) jusqu'au 10 juin 2016.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.