Laure Siegel
Journaliste
Pigiste Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 nov. 2022

Laure Siegel
Journaliste
Pigiste Mediapart

En Malaisie, les nouvelles élections prolongent la crise gouvernementale

Le 19 novembre 2022, la Malaisie a tenu ses 15e élections générales (GE15), avec un résultat symbolique de l'instabilité politique du pays. Deux grandes coalitions se disputent encore un Parlement sans majorité après des années de complexes tensions internes et de scandales de corruption qui laissent la voie libre aux mouvances conservatrices et ethno-nationalistes.

Laure Siegel
Journaliste
Pigiste Mediapart
© Laure Siegel

Cette élection a eu lieu après l’annonce de l'ex-premier ministre malaisien Sabri Yaakob en octobre 2022 de la dissolution du Parlement en direct à la télévision. Cette décision du gouvernement peut être considérée comme le nouveau chapitre de la crise gouvernementale en cours en Malaisie, que ce scrutin n’a fait que prolonger.   

Le choc des GE 14

Une crise gouvernementale aiguë, qui trouve ses racines dans un massif scandale de corruption impliquant l'ancien premier ministre Najib Razak en 2015, s'est traduite par une surprise lors des précédentes 14e élections générales (GE14). En mai 2018, la coalition Barisan Nasional (BN), dominée par le parti UMNO (United Malays National Organisation), qui dirige le pays de facto depuis l'indépendance en 1957, a perdu les élections pour la première fois dans l'histoire politique contemporaine de la Malaisie.

Une affiche dénonçant la corruption de Najib Razak © Laure Siegel


Mahathir Mohamad est redevenu premier ministre à 92 ans sous une nouvelle bannière, un poste qu'il avait déjà occupé de 1981 à 2003 lorsqu'il était loyal à une faction de la coalition BN. Le grand retour de Mahathir, considéré comme le père de la modernisation économique du pays et une figure clé de la politique sud-est asiatique, a bouleversé l'implantation à long terme de l'UMNO dans le pays. Selon Nadzri (1), la chute libre du BN est liée à la montée d'une opposition plus crédible par Mahathir, BERSATU et le parti Warisan, ainsi que la crise interne de l'UMNO et finalement aux scandales corrélés à Najib Razak. Ce changement de régime a signé l'arrivée au pouvoir d'un nouveau gouvernement tenu par la coalition Pakatan Harapan (PH - Alliance de l'espoir).  

En effet, à la célèbre coalition de partis d'opposition du Pakatan Rakyat (PR - Alliance du peuple), a succédé la nouvelle coalition multi-ethnique PH. La PH était composée de quatre partis, le Parti d'action démocratique (DAP), en lutte contre l'autoritarisme de l'UMNO depuis 1966 et en défense de la communauté chinoise, le Parti indigène uni de Malaisie (PPBM / BERSATU), d'obédience malay nationaliste, le People's Justice (PKR), un parti à majorité malaise mais multi-nationaliste, et le parti réformiste islamique Amanah Negara.  

Néanmoins, le nouveau gouvernement mené par le PH s'est effondré après moins de deux ans en février 2020, lors de l’évènement du Langkah Sheraton ('Sheraton Move'). Après une réunion à l'hôtel Sheraton de Kuala Lumpur entre BERSATU et UMNO, BERSATU et une partie du PKR se sont sentis trahis par ces négociations en sous-main et ont quitté la coalition, ce qui a provoqué son effondrement. Cela donna le coup d'envoi de la crise gouvernementale en Malaisie avec la démission de Mahathir le 24 février 2020.  

Le choix de Mahathir, ancien leader de l'UMNO, était vu comme le ciment nécessaire pour donner de la crédibilité à une coalition formée par des partis tels que le PKR et le DAP, en lutte contre le régime autoritaire du BN depuis les années 60, mais cela n'a pas suffi à combler la forte différence idéologique entre les partis au sein de la coalition PH, qui n'a pas réussi à s'accorder sur un programme commun au-delà d'une opposition de principe au gouvernement Najib.  

La démission de Mahathir Mohamad en tant que premier ministre et la sortie des deux mouvements de Muhyiddin Yassin ont été suivis par le retour de l'UMNO et de la coalition BN avec Dato' Sri Ismail Sabri bin Yaakob en tant que premier ministre au cours de l'année 2021.

Les tours Petronas à Kuala Lumpur © Laure Siegel

L'incertitude des GE 15

Après la déclaration de Yaakob le 10 octobre 2022, la Commission électorale malaisienne a confirmé le 20 octobre la tenue des dernières élections générales (GE15) le 19 novembre. Ces élections représentent une nouvelle étape dans la crise institutionnelle que traverse la Malaisie. En effet, en moins de quatre ans, la Malaisie a vu trois coalitions différentes diriger le pays. En outre, la faible performance du PH lors des élections législatives à Sabah et Sarawak et la victoire du BN à Melaka et Johor pourraient également se reporter sur les prochaines élections générales,  malgré les allégations de corruption contre des dirigeants de l'UMNO.  

Un élément clé de ces élections est le fait que 21,1 Malaisiens ont eu le droit de voter au GE15, dont 1,4 million de primo-votants  suite à un amendement constitutionnel qui a fait passer l'âge du vote de 21 à 18 ans. En outre, tous les électeurs ont été automatiquement inscrits, de sorte que l'électorat s'est accru d'environ 6 millions de personnes par rapport au GE14, soit 31 %. 

© Via @VictGermain / Twitter

Malgré des pluies de mousson torrentielles, 71% de l’électorat s’est déplacé dans les bureaux de vote du pays. 

Conclusion

Les récentes élections n'ont pas mis fin à la crise en cours depuis le putsch parlementaire “Langkah Sheraton”, qui a miné la confiance des citoyens envers la majorité des politiciens du pays. Après six décennies de monopolisation du pouvoir, la coalition historique BN et le parti UMNO ont perdu les faveurs de l'opinion publique lors de deux élections générales successives mais le GE 15 n’a pas résolu la fragmentation des partis politiques.

Pour la première fois dans l’histoire du pays, un vote réparti entre les coalitions n’a pas produit une majorité au Parlement, qui ne pourrait pas fonctionner correctement dans un pays plombé par la crise sanitaire de 2020/21 et l'instabilité politique. 

Le résultat des élections n'est pas encore clair et les partis ont commencé le marchandage pour créer une majorité à 112 sièges, alors que les coalitions Perikatan Nasional (Alliance nationale - PN) dirigés par Muhyiddin Yassin et Pakatan Harapan (Alliance de l'espoir - PH) dirigée par Anwar Ibrahim, prétendent tous deux avoir les chiffres nécessaires pour gouverner, avec respectivement 73 sièges et 82 sièges. Le parti conservateur Islam Se-Malaysia (PAS - Parti Islamique Malaisien) est sorti victorieux des urnes dans les Etats ruraux du Kelantae et Tengganu tandis que la coalition sortante du Barisan National (BN-Front national) n'a remporté que 30 sièges mais cela leur suffit pour se positionner comme faiseurs de roi.

Le 24 novembre, Sultan Abdullah Sultan Ahmad Shah, chef d'État de la Malaisie, une des rares monarchies électives au monde, a tranché en faveur de Anwar Ibrahim, au poste de 10e premier ministre du pays. C'est un étonnant retour en force pour un vétéran de la politique malaisienne, tour à tour vice-premier ministre, prisonnier politique à deux reprises et leader de l'opposition mais il n'était pas immédiatement clair avec quels autres partis il allait s'associait pour former un gouvernement.

Le problème de fond reste un conflit idéologique entre et au sein de ces coalitions, principalement lié à des questions cruciales en Malaisie telles que la religion, et en particulier le Malayu-Islam, et l'ethnicité, les minorités indiennes et chinoises faisant les frais des ultra-nationalistes lorsqu’ils parviennent au pouvoir.

© Laure Siegel

(1) Nadzri, M.,M.,N.(2018) ‘The 14th General Election, the Fall of Barisan Nasional, and Political Development in Malaysia, 1957-2018’. Journal of Current Southeast Asian Affairs, 37 (3), 139-171

Cet article a été co-écrit par Aniello Iannone, étudiant en sciences politiques spécialiste de l'Indonésie et de la Malaisie, et Laure Siegel, correspondante pour Mediapart en Asie du Sud-est, dans le cadre de l'atelier "Training on Popularizing Research: A cross-sectoral approach on social movements in Southeast Asia" organisé en mai 2022 par Alter-Sea and Shape-Sea. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal
Morts aux urgences, pédiatrie sous l’eau, grève des libéraux : la santé au stade critique
Covid, grippe, bronchiolite : l’hôpital public vacillant affronte trois épidémies. En pédiatrie, dix mille soignants interpellent le président de la République. Côté adultes, les urgentistes ont décidé de compter leurs morts sur les brancards. Et au même moment, les médecins libéraux lancent une grève et promettent 80 % de cabinets fermés.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT