Laureline Dalmau
Vu et désœuvrée. https://www.laurelinedalmau.fr/
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 mai 2017

Rhizome 12042017

Rhizome 12042017 : Art, déplacements, lignes, être en mouvement.

Laureline Dalmau
Vu et désœuvrée. https://www.laurelinedalmau.fr/
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Objectif du jour: marcher dans les rues de Paris en écoutant Rachmaninov.

Observation: chaque note se courbe face au soleil. 

Action: mes pas m'entraînent vers l’espace topographie de l’art pour l’exposition  géométrie dans l’espace

Le lieu est saisissant. Le lieu est une œuvre en soi, il appelle à la solitude. Les fissures au sol, les murs délabrés, l’abîme du passé qui rencontre l’art contemporain. 

Je m’attarde particulièrement sur l’œuvre d’Alain Fleischer : escalier sous la mer, 14 miroirs. 

alain-fleischer Courtesy de l’artiste et galerie Françoise Paviot. - Topographie de l'Art © Courtesy de l’artiste et galerie Françoise Paviot. - Topographie de l'Art

Superposition de verre jusqu’à l’oubli du mot. Que reste-t-il de l’inscription d’un poème qui s’efface à mesure que je le lis ? Alain Fleischer interroge et met en jeu ma position de spectateur. Pour voir clairement les mots, je me déplace, je me penche, je me mets sur la pointe des pieds. Mon regard est associé à des jeux d’équilibre. En lisant, j’ai envie de danser autour de son œuvre, faire résonner les mots dans l’espace, mettre en lien miroir, lumière, voix, espace, corps et donner du volume au mot.

Puis celle d’Aki Lumi: Architectural nature n°9. 

Aki Lumi, “Architectural nature n°9”, Encre pigment sur papier d’art , photographie baryté, peinture acrylique, 60 x 50cm, 2016. Courtesy de l’artiste et galerie Françoise Paviot. - Topographie de l'Art © Courtesy de l’artiste et galerie Françoise Paviot. - Topographie de l'Art

Aki Lumi utilise la photographie, le dessin et l’encre. Trois supports différents pour une géométrie graphique. Cet artiste me fait ressentir la structure du lieu, sa droiture, sa vitesse, ses contours, son rythme. Bien que l’œuvre soit en deux dimensions, je perçois toute la voluminosité de l’espace géographique.

Et l'oeuvrre de Gilles Gerbaud & Raphaël Chipault: Le cauchemar du géomètre. 

Gilles Gerbaud & Raphaël Chipault, “Mexico , la cauchemar du géomètre”, Tirage de plan Xerox, 9 Tirages 70 x 90 cm, 2015. Courtesy de l’artiste et galerie Françoise Paviot. - Topographie de l'Art © Courtesy de l’artiste et galerie Françoise Paviot. - Topographie de l'Art

Gilles Gerbaud et Raphaël Chipault, m’invite à regarder les choses de près, de très près, en noir et blanc : le sol, le bois brisé, le béton, les clous, les fissures, le danger sous terre, le possible tremblement, l’abîme du temps, l’abandon. Cela m’affecte. Mon émotion se lie d'un souvenir de ruines: moi, enfant, avec mon père détecteur de métaux en main, cherchant les trésors sous terre.  Il me revient également cet écrit sublime Fouille et souvenir de Walter Benjamin: La langue a signifié sans malentendu possible que la mémoire n'est pas un instrument pour l'exploration du passé. C'est le médium du vécu comme le royaume de la terre est le médium où sont ensevelies les anciennes villes. Qui tente de s'approcher de son propre passé enseveli doit faire comme un homme qui fouille. Il ne doit surtout pas craindre de revenir sans cesse à un seul et même état de choses - à le disperser comme on disperse de la terre, à le retourner comme on retourne le royaume de la terre car les "états de choses" ne sont rien de plus que des couches qui ne livrent qu'après une exploration méticuleuse ce qui justifie ces fouilles [...] le véritable souvenir doit donc, sur un mode épique et rhapsodique, donner en même temps une image de celui qui se souvient, de même qu'un bon rapport archéologique ne doit pas seulement indiquer les couches d'où proviennent les découvertes mais aussi et surtout celles qu'il a fallu traverser auparavant.

Mes pas me conduisent à présent au musée de la chasse et de la nature, pour rencontrer l’univers de Roger Ballen et Hans Lemmen. L’un photographe américain installé en Afrique du Sud et l’autre dessinateur hollandais,  s’associant tous deux pour un travail (en) commun.Roger Ballen cherche le point de bascule où un homme se change en animal. Quant à Hans Lemmen, il se promène avec ses chiens dans les champs à proximité de chez lui, des champs remplis d’histoires dit-il, je me retrouve nez à nez avec des choses à partir desquelles je construis une mythologie fondée sur ma propre expérience […] Mes dessins sont faits dehors, toujours à partir de grands paysages. Rogen Ballen et Hans Lemmen me plongent au cœur d’une folie. Cette folie thérianthropique questionne mon quotidien. J’étais seule durant la visite. Ce fut un plaisir de déambuler dans la pénombre avec l’étrangeté qui me scrute.Qu’on se le dise, quand je vais voir une exposition,  ça n’est plus moi qui regarde, ça me regarde.

© Hans Lemmen et Roger Ballen

Je continue mon errance en suivant les lignes d’horizons du photographe Sze Tsung Nicolàs Leong à la galerie Polka. Cette ligne d’horizon à peine perceptible mais avec une telle présence est une déchirure du visible et de l’invisible, du réel et de l’imaginaire où le lointain et le proche se confondent.

L’horizon assure ma verticalité.

Meoto Iwa, Futami, 2008; Dahshur, 2007; Salar de Uyuni I, 2010 From the series Horizons Three C-Prints © Meoto Iwa, Futami, 2008; Dahshur, 2007; Salar de Uyuni I, 2010 From the series Horizons Three C-Prints

Son travail photographique résonne avec mon travail de recherches sur les lignes où il est question d’autisme, d’espace et d’art. C’est avec toutes ces lignes qui nous entourent, qui structurent l’espace et que nous traversons, que le passage de l’inhabitable à l’habité se tisse. Je me suis également interrogée sur l’espace : à partir de quel moment il devient lieu ? Un extrait de mon mémoire :

 L’espace comme organisation, comme plan, comme itinéraire dans les lignes d’intersections. L’espace comme visible et immobile, comme l’intervalle que l’on traverse. L’espace comme vide. Comme un silence dépeuplé. L’espace comme non-lieu ? Comme étrangeté. L’espace apatride. L’espace inhabitable.

 Le lieu comme habitation,  comme abri, comme affect, comme identitaire, comme réseau, comme limite. Le lieu comme portion d’espace, comme atmosphère, comme profondeur, mouvement et temporalité, comme présence et réminiscence. Le lieu comme « avoir lieu ». Le lieu où tout arrive.

Ci-dessous, le Rhizome 12042017

© Laureline
© Laureline
© Laureline

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
Ça suffit ! Pour un accueil inconditionnel des exilé.es
Allons-nous continuer à compter les morts innocents et à force de lâcheté, d’hypocrisie et de totale inhumanité, à nous faire contaminer par un imaginaire rance de repli sur soi qui finira par tout.es nous entraîner dans l’abîme ? Non, il faut commencer par rétablir les faits avant que de tout changer en matière de politique migratoire et de droit des étrangers.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières