Nouvelle Donne , les raisons de mon départ .

Aujourd'hui j'ai annoncé aux instances de Nouvelle Donne ma décision de quitter le Bureau National et mon poste de Secrétaire Nationale et de me retirer de ce mouvement.

Je fait partie des signataires à l’appel de démission collective en tribune de Médiapart .

Je ne peut que constater avec regrets la situation que nous avons vécu dans cette instance du bureau National et dans ce mouvement à peine 8 jours aprés mon élection le 31 janvier 2015.

Le décalage entre les aspirations des adhérents , des militants de terrain dans les régions  et  les relations de non-coopération que nous vivions au sein de ce bureau est abyssal. 

Cela ne m’a jamais permis de pouvoir m’investir et de travailler à pérenniser ce mouvement tel que j’en avais fait ma profession de foi lors de ma candidature.

Dès le début de mon investiture, je me suis trouvé héritière involontaire  de problèmes majeurs de mauvaise gestion des ressources humaines, comptable et financière sur lesquels je n’avais ni prise ni  réel pouvoir pour agir.

Nous  nous sommes heurtés dès la première réunion de bureau, à une non-coopération caractérisée avec des membres qui appartenait à l’ancienne instance dirigeante et qui ont vu comme une menace à leurs prérogatives, l’arrivée de nouveaux élus issus des régions.

C’était fort de ce constat  que j’avais proposé ma démission, avec d'autres ,  dans le cadre d’une AGE physique permettant une véritable mise à plat des statuts et des instances,  solution courageuse  pour pouvoir repartir d’un bon pied à la conquête de nos objectifs d’une politique ambitieuse, à la hauteur des espoirs qu’elle a suscité en 2013. Malgré un quorum suffisant en consultation des adhérents pour obtenir cette AGE , nous n'avons pas été entendu...

Un rapport de Commission et d'audit  interne nous a placés comme lanceurs d'alerte sur les dysfonctionnements que nous pointions , cela n'a malheureusement pas opérer de prise de conscience sincére pour stopper les problématiques rapidement.

Les mesures prises actuellement au sein de Nouvelle Donne sont pour le moins très nettement insuffisantes pour espérer voir s’améliorer de façon sensible  la direction périlleuse prise par celle ci. Elles ne sont ni innovantes ni audacieuses, et ne sont qu'illusoires maquillage pour camoufler conflit d’intérêts, cooptation et arrangements entre petits amis.

Je ne m’étais jamais engagé en politique avant  pour toutes ces raisons, je quitte donc Nouvelle Donne aujourd’hui  a cause de ces raisons.

L’aventure restera malgré tout une belle expérience,  forte de toutes les rencontres exceptionnelles que j’ai faite avec des gens remplis d’espoir d’influer sur ce monde si sombre, en pratiquant l’implication citoyenne autrement.

 Nouvelle Donne est tombée sur les écueils de sa jeunesse, de son inexpérience et a laissé place à toute sorte de pratiques qui sont très loin des objectifs de départ dont nous rêvions.

Les nouveaux statuts qui seront soumis au vote au 30 juin, élaborés sans visibilité car fait à huit clos par quelques uns, accouchent d’une gouvernance donnant au Conseil Citoyen les pleins pouvoirs en limitant finalement la consultation pleine et entière des adhérents.

 Pour avoir avoir participé activement à l’élaboration des premiers statuts et avoir appelés à les voter ici même sur ce blog même si nous étions conscients qu'ils étaient imparfaits ,  il était clairement acté que si les adhérents ne souhaitaient par un modèle vertical et pyramidal traditionnel,  en aucun cas ils ne souhaitaient un mouvement totalement horizontal, horizontalité sous couvert de laquelle,  aujourd’hui,  quelques uns installent une autocratie manifeste ou la pluralité de sensibilité politique n’as plus droit d’expression.

 Aujourd’hui se profile à Nouvelle Donne, une ligne politique  excluant toute idée de dialogue, de partage ou de rassemblement sur des projets, des actions, des échéances électorales avec d’autres partis politiques, dont les idées sont pourtant si proches de celles de Nouvelle Donne.                                                                                                                                                                                                                          Cette ligne politique  est décidée en stratégie nationale en oblitérant le principe fondateur de Nouvelle Donne :La démocratie participative citoyenne !                                                                                                                                                                                                                                Aux citoyens de reprendre la main, aux comités territoriaux de décider et de gérer leur développement local, c’est un principe fondamental  à mes yeux qui est aujourd’hui bafoué.

 Aujourd’hui idéologiquement il  y a ceux qui pensent que Nouvelle Donne se suffit à elle-même et qu’on a tout le temps, et qui par tous les moyens tentent de l’imposer à Tous …

 Je fais partie de celles et ceux  qui sont assez ouverts pour envisager la collaboration et les «  alliances », si elles servent le développement de la gauche humaniste écologiste dans mon pays,  parce que très sincèrement au vu du contexte actuel, je pense que nous n’avons pas le temps….

Nous n’avons pas le temps pour les polémiques stériles,  pour les petits jeux de cour, pour la vindicte fratricide…

Pas le temps non plus pour le sectarisme envers ceux qui dans d’autres mouvements, partagent tellement de nos rêves, de nos espoirs et de nos combats.

 Les sympathisants, les militants de la gauche humaniste écologiste ne sont pas mes ennemis, ni mes adversaires .ils sont des partenaires  avec lesquels je souhaite cheminer cote à cote  pour que nous puissions un jour  venir à bout du monde  néo-libéral qui détruit notre vie sociale et notre planète.

 Je souhaite bonne continuation aux militants de Nouvelle Donne qui majoritairement sont sincères dans leurs engagements, que leurs espoirs et leurs attentes ne se soldent pas par une désillusion et un désenchantement.

Je leur conserve toute mon admiration et ma sympathie, comme j'en ai pour tous les militants que je croise, quel que soit leur "étiquette " ,  pour leur travail de terrain et leur engagement désintéréssé à lutter pour un monde ou l'humain doit être la priorité de la société , dans un environnement préservé.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.