Des hauts et débats : ce que mon hystéro me dit...

Dans le Politis du 24 avril 2021, lisant un article consacré à l'ambitieux et redoutable secrétaire d'Etat, Jean-Baptiste Djebbari, « Le pilote de l'offensive anti-écolo du gouvernement » paru, sous la plume de Barnabé Blinctin, mes yeux écoféministes tombent sur l'intertitre « Hystériser le débat lui permet de brouiller le clivage autour de l'écologie ». Les propos rapportés étant ceux de Clément Sénéchal, porte-parole climat à Greenpeace, repris et développés dans le dernier paragraphe.

Quelques jours plus tard, dans Le Monde en date du 3 mai 2021, mes mêmes yeux écoféministes tombent sur la tribune de la députée Célia de Lavergne, intitulée « Réconcilier végétarien et viande de qualité, loin des polémiques inutiles et des débats hystérisés ».

Les mots sont un portant en ce qu'ils véhiculent toujours un certain rapport au monde.

Qui peut encore ignorer que «  hystériser le débat » signifie y mettre de l'hystérie, c'est-à-dire de la colère non contrôlée, pas loin de la folie et bien sûr... forcément féminine ! Parmi nombre d'articles consacrés à cette verbalisation parmi tant d'autres de la domination masculine, je vous renvoie à celui* paru dans le magazine Marie-Claire en octobre 2020, intitulé « Pourquoi bannir le mot "hystérie" de notre vocabulaire servirait la cause des femmes. », ainsi qu'à son chapô : « Officiellement retirée de la classification internationale des maladies en 1952, l’hystérie reste pourtant une arme de joute verbale banalisée, aussi bien dans les hautes sphères médiatiques que dans les relations privées. Un terme aux inflexions sexistes, qui veut décrédibiliser la parole des femmes pour mieux la soumettre au joug masculin. »

Autant l'avouer, une autre hystérie est possible. Lorsque mon utérus (hystéros en grec) - ma matrice qui abrita jadis une autre vie durant neuf mois - me parle, je lui accorde une très grande importance, voyez-vous. Car elle y est le siège de TOUTES mes émotions, reliées à l'ensemble du vivant. Et quand ce dernier est attaqué comme jamais de toutes parts, mon hystérie est une boussole salutaire que mon entendement consulte régulièrement et dont il sait ensuite faire bon usage, dans les débats comme ailleurs.

L'usage du monde et de ses mots, une attention de chaque instant...

*https://www.marieclaire.fr/hysterie-hysterique,1357752.asp

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.