Rwanda-France : Commission d'enquête ?

LBS-CRIAEAU ( 11 heures ): " Scoop " : lors de la conférence internationale KWIBUKA à Kigali ce matin, un échange musclé entre JF Dupaquier et V Duclert quant à la commission d'enquête sur le rôle de la France dans le génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda, qui va être officiellement annoncée publiquement d'ici une heure en France : On sent déjà deux points de vue très différents entre un chercheur non dupe des discours et des malversations, dénis et mensonges qui ne cesse d'exiger le REEL de la DIGNITE quant aux morts et survivants, ayant choisi librement sa patrie d'adoption : Le Rwanda. Et un autre chercheur, pour la première fois aujourd'hui au Rwanda, qui a accepté la présidence de cette commission d'enquête pour laisser une porte ouverte à la chance que peut représenter cette commission d'enquête, qui sera piloté par un COMITE SCIENTIFIQUE INTERNATIONAL : aussi nous attendons plus qu'impatiemment la COMPOSITION de cette commission d'enquête en France : là, tel que bizarrement Duclert l'exprima, la douleur , des survivants comme des chercheurs chercheuses français investis depuis longtemps, pour certains depuis 25 ans , et qui ont toujours été écartés, est bien présente quant une forme de parisianisme, de communautarisme, et de corporatisme, où n'a pas l'air très conscientisé l'EXIGENCE INTERDISCIPLINAIRE requise : pour preuves, le profil bas de Rouzeau et Coquio hier, quant aux ARTISTES CHERCHEURS : là, avec le GROUPOV depuis 1995, moi aussi j'aime à entrer avec mes collègues chercheurs français dans un discours personnel : puisque celles-ci et ceux -ci n'ont jamais pris en compte les pionniers de la Recherche, depuis le Groupov et Sitbon, depuis Vershave et Gouteux , depuis toutes celles et tous ceux qui , sans titre universitaire, ont néanmoins FONDER cette recherche française internationale, où " viennent se gaver 25 ans plus tard dans une forme d'arrivisme et de normalisation, toutes celles et tous ceux QUI NOUS ONT DENIGRE , censuré, banni, exclu, voire insulté et méprisé " : Voici, j'ai déchargé ma peine et je continue : le projet CRIAEAU présenté au gouvernement français avec la survivante Julienne MUKABUCYANNA en 2014, resté sans réponse, propose, en lieu et place d'une énième commission, un CENTRE DE RECHERCHE structuré, à plein temps, pour étudier ce que représente un CAS DE RECIDIVE de GENOCIDE où la France fut complice : cette phénoménologie dépasse en tous points une commission de deux ans chargée d'établir un discours, fut-il de vérité ...

Nous exigerons une structure à même d'établir les causes et responsabilités, françaises et internationales, de cette récidive et complicité de génocide, pour encore faire établir les procès nécessaires des impliqués français, pour encore établir un programme EDUCATIONNEL conséquent, à tous les niveaux de la chaîne éducative française, à même de corriger et enseigner des topiques larges et interdisciplinaires, depuis la Philosophie jusque aux ARTS, tant pour juguler toutes les formes de négationnisme et révisionnisme refoulées, qu'encore pour donner naissance à des MASTER actifs, ayant comme RESPONSABILITE Première, tel le Committe on Conscience de l'USHMM, d'intervenir à tous les niveaux des structures nationales et internationales, en interdisciplinaires, pour que plus aucune récidive de GENOCIDE ne soit perpétrée sur la Terre : cela engage une profonde correction de toute la structure française, et comme l'a été rappelé aussi ce matin dans cette conférence internationale, une correction de la structure internationale jusque au Conseil de Sécurité : quand donc la spécificité du Criaeau repose sur un double formation, scientifique et artistique, d'étudiants et étudiantes à même de devenir les nouveaux professeur(e)s et chercheurs, artistes compris, du 21ème siècle qui mettront un terme à l'écocide , ultime crime contre l'Humanité et la planète. C'est à dire que le CRIAEAU engage à un réelle authenticité avec une mission bcp plus profonde, et une interdisciplinarité entière, internationale. / Jusque nos créations et performances actuellement en cours et jusque au Festival UBUMUNTU.....Laurent Beaufils-Seyam pour le Criaeau.org

 

LBS-CRIAEAU ( 13 heures ) : Le Monde , par David Servenay, n'a pas répondu à toutes mes questions..... Et pour cause ...d'incompétence ? Mais , SCOOP : j'ai la liste des 8 historiens ! Nous allons commenter, avec Force et Vigueur ! ///...///..
Le Monde aujourd'hui à 12h58

C’est la fin de ce tchat, merci de l’avoir suivi. Nous continuerons à vous informer sur les commémorations des 25 ans du génocide rwandais.

Le Monde aujourd'hui à 12h57

TCHAT
Bonjour : qui sont les 8 historiens de la commission d'enquete s'il vous plait ?

-Laurent

Eh bien la voici cette liste :

Il s'agit, outre Vincent Duclert, de Julie d'Andurain, Isabelle Ernot, Sylvie Humbert, Raymonde ( je corrige : Ryamond ) H. Kevorkian, Erik Langlinay, Françoise Thebaud, Christian Vigouroux et Annette Wieviorka.

Et vous observerez qu’elle ne comporte aucun spécialiste du génocide des Tutsi, ce qui devrait alimenter les soupçons quant à sa crédibilité, mais ne préjugeons de rien.

 

Ce qui est certain, c’est que cette commission divise profondément la communauté des historiens. Une pétition lancée par Christian Ingrao, spécialiste de la seconde Guerre mondiale, a rassemblé plus de 300 signataires pour dénoncer l’exclusion de Stéphane Audoin-Rouzeau et Hélène Dumas.

LBS-CRIAEAU : ( 13 heures 17 minutes ) : 

Nous commenterons ultérieurement la composition de cette commission d'enquête quant à l'implication française complice avec les criminels contre l'Humanité dans l'Histoire du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda entre 1990 et 1994 et après encore ... jusque 25 ans de négationnisme. 

Puisque et d'abord et avant tout, ce qui est écrit au-dessus a valeur de Communiqué du Criaeau.org, dont une version actualisée sera représenté tant au gouvernement qu'à cette commission d'enquête donc.

Laurent BEAUFILS, Seyam, écrit à Boussac le vendredi 5 avril 2019 à 13 heures 17 minutes.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.