De Jean Ziegler aux Lumières du Rwanda...

Introduction à la reconstruction des champs des savoirs en 2019

http://seyam.over-blog.com/2019/08/lbs-criaeau-de-jean-ziegler-aux-lumieres-du-rwanda.criaeau.html

 

LBS-CRIAEAU : Depuis cet interview ( 2018 ) , le criminel contre l'Humanité dénommé " bachir " est tombé et est emprisonné. Mais l'effondrement des démocraties à l'ethnisme, euphémisation des néo-nazi(e)s pour nier le Droit International et la Connaissance Humaine, se transcrit encore en l'écocide et la destruction de la planète.... L'analyse de Jean Ziegler est juste, fondée tant sur l'expérience que sur le réel d'un ancrange philosophique où, de surcroît, les limites des constructions intellectuelles ouvrent à une Ethique Appliquée praxisée : sans être dupes ni naïfs, et aussi en connaissance de notre pouvoir de transformation, des états et des individus. Espoir, jusque aux " Lumières du Rwanda " en écriture.... / Laurent Beaufils-Seyam pour le Criaeau.org

https://lvsl.fr/nous-assistons-a-une-regression-des-normes-internationales-vers-la-sauvagerie-entretien-avec-jean-ziegler/

 

Ziegler nous apprend, de par son expérience, le réel de l'avilissement de la praxis du Droit International : Il va plus loin encore quand il nous explique qu'en soi, bien sûr, nous avons toutes les normes, droits, savoirs et expériences pour éradiquer la faim dans le monde : que cette criminogénie, ce crime contre l'Humanité, ce " grand génocide des enfants " est organisé, planifié, voulu, entretenu. Nous y reconnaissons depuis les théories malthusianistes du début du 19ème siècle, cette ineptie totale, cette gigantesque tromperie qui argue toujours de la surpopulation pour en finir à l'eugénisme et au génocide, euphémisé en " nettoyage ethnique " : Pierre Leroux, à Boussac, fut un des premiers penseurs et philosophes à dénoncer comme fausses ces théories malthusianistes , aujourd'hui encore banalisées et propagées en " néo-malthusianisme" que l'on retrouve à lerm....

Cet avilissement de la praxis du Droit International est décrit par Ziegler telle une nouvelle sauvagerie qui dans cette soit disant " décomplexion " ( selon les langues criminelles des drh ) s'exprime factuellement par cette dérégulation absolue. Le criminel macron l'a énoncé comme tel en Inde lors d'un voyage : " Il n'y a plus de règles ." Enfoncé dans ses contradictions, l'hypocrite psychopathe tient aujourd'hui un " discours anticapitalisme "au Bureau International du Travail à l'ONU -Genève, aussi schizophrène qu'entièrement fou et vendu, de mensonges en adaptation drh aux interlocuteurs, ( cette réthorique du corbeau et du renard...), croyant tromper son monde et se trompant lui-même, perdu et égaré entre ses actes entièrement destructeurs et ses repères de pensée effondrés, cherchant à l'ultime d'une mise en adéquation à l'époque, à juste paraître puisque en soi, factuellement, selon ses actes, aussi impotent que toujours payé par monsanto, et les milliardaires néo-nazis heideggeristes, qui, il est vrai, meurent et se suicident.  

Or donc, quel est donc le lien entre l'analyse et l'intervention de Ziegler et " Les Lumières du Rwanda " ? 

Il est simple : au Rwanda, les survivants et aussi reconstructeurs du pays, au-delà des énormes difficultés et entraves subies encore jusqu'aujourd'hui en partie, représentent non seulement celles et ceux qui seul(e)s ont RECONSTRUIT : trahis par la Communauté Internationale dans son refus d'appliquer le Droit International jusque l'envoi de troupes de l'ONU qui, à l'inverse du Droit International, ont étés retirées, trahissant encore les soldats de l'ONU sur place .....mais les survivants rwandais représentent encore le refus de toute nouvelle colonisation, une indépendance affirmée farouchement et un exemple pour l'Afrique qui, après quasi 1000 ans de colonisation, entrevoit avec le Rwanda, un pays autonome et pionnier de toute la reconstruction africaine pour l'indépendance du continent...

Evidemment, ceci n'est pas vu d'un bon œil par les ex-puissances colonisatrices, quand néanmoins, celles-ci sont mises au pied du mur cette fois-ci de l’Union Africaine...

Or donc, comment le Rwanda a-t-il pu affirmé concrètement cette nouvelle indépendance : par la Praxis Réelle du Droit International. Car s'il est bien un pays, depuis le FPR, qui fut conscient dès 1990 en ce refoulement nazi, de la négation du Droit International, c'est ce nouveau Rwanda constitué des survivant(e)s....

L'éradication de la notion fausse d'ethnie des cartes d'identités représente tant le symbole de la fin de la colonisation raciste et heideggeriste depuis un siècle, mais signe encore, en la Citoyenneté rwandaise, membre de l'ONU, l'éradication des propagandes ethniques, fausses scientifiquement, et de leur corollaire, l'opposition donc, aux régressions des autres démocraties dans le monde qui, ayant nié grandement la phénoménologie du génocide perpétré contre les Tutsi au Rwanda, ont chuté donc à ces pseudo-démocraties dites soit disant ethniques : aux USA, au Brésil, en Italie, en Israël, en Inde, en Hongrie , etc ...

Puisque en lieu et place de recouvrir, même tardivement 25 années après les faits, à une analyse et compréhension de ce que fut le réel de la démission et trahison de la Communauté Internationale au Rwanda, où la France fut la première traîtresse et est encore l'ultime révisionniste, les démocraties sont devenues malades de ce refus de correctivité, de ce refus de culpabilité à assumer en réparations, et ont donc banalement cru pouvoir fuir leurs responsabilités, quand elles se retrouvent aujourd'hui le bec dans l'eau, suicidaires et autocrates, impuissantes encore en cette soumission à l'idéologie négationniste, à pouvoir assumer une quelconque action contre l'écocide qu'elles génèrent.

La boucle est ainsi bouclée : symboliquement, seul le Rwanda assume pleinement, et pour cause, la survie de sa population au nom des Droits Humains et contre toute velléités de révisionnisme, quand les minimisateurs et banalisateurs voire négationnistes de l'implication française dans le génocide, ont chuté en cette sauvagerie décrite par Ziegler, où leurs fausses excuses économico-libérales , ne sont que les restes de leur criminalité, quand écocide rime avec crimes contre l'Humanité contre les indigènes et populations autochtones, et dérégulation des pays anciennement démocratiques jusque ces " démocraties ethniques " . 

 

Ces " Lumières du Rwanda " introduisent donc à une autre phénoménologie, une autre Représentation de l'Histoire, où la coupure épistémologique provoquée par cette récidive de génocide, est pleinement assumé par un chercheur tel Jean-Pierre Karegaye qui, à tout le moins, s'interroge et propose une reconstruction des champs des savoirs à l'aune de notre connaissance de l’événement et de ses conséquences jusque aujourd'hui encore ......

Quand donc, contre l'ethnisme et l'heideggerisme, un chercheur comme Emmanuel Faye nous enseigne ce que fut le naufrage de ce faux prophète dit " heiddegger " dans l'histoire tronquée depuis 70 ans de la Philosophie et l'introduction du nazisme dans la Philosophie. Nous rejoignant encore jusque avec le Rwanda puisque déjà, après guerre, les colons belges et religieux sombrèrent jusque avec la France, en cette heideggerisation entièrement reconnaissable et coupable chez les génocidaires rwandais. Jusque encore la dissimulation sous couverts d'Humanisme.....chez Hannah Ardent , des thèses nazies d'Heiddegger...

Si ce premier point avec Karegaye chez Faye, est primordial à comprendre et étudier, nous poursuivons en ces Lumières du Rwanda avec la non moins importante intervention de Charlotte Lacoste, quand en deux temps, elle démystifie le rapport au bourreau dans l'Histoire des Littératures et Cinéma, pour surtout et encore, contre la négation des victimes, observer et conclure à " un nouveau genre littéraire " qu'est le Témoignage. Plus loin, elle démontre que ce nouveau Corpus littéraire, fondé en le Témoignage de survivant(e)s, représente donc tant un indéniable et jusque à la praxis du Droit International, qu'encore donc une forme de nouvelle représentation de l'Histoire contre les falsificateurs et négationnistes de ce que nous nommons , la " cinégation " ....

Puisque ainsi par deux fois , en cette reconstruction des champs du savoir avec Faye et Lacoste, il s'agit d'études doctorales et scientifiques, qui refondent nos représentations de l'Histoire, qui furent tronquées entre les restes de chocs et traumatismes depuis la Shoah, et le réel des refoulements révisionnistes, racistes , à l'oeuvre en ce néo-libéralisme, qui nous montre son vrai visage, celui d'un capitalisme génocidaire récidiviste et écocidaire.

Ainsi de nos Lumières du Rwanda, en la raison retrouvée de ce pays à ne pas transiger avec les thèses négationnistes et ethniques : ce que nos démocraties négationnistes croient pouvoir critiquer au nom de l'anti-démocratisme au Rwanda. Or donc, il est facile de démontrer le tort absolu de nos soit disant démocraties " anti-Kagamé " : au Rwanda, comme pour faurisson en France, aucun négationniste n'a le droit de fonder un parti politique qui serait donc la réintroduction, sous couvert d'ethnisme et de révision, d'une tentative de récidive génocidaire....Ceci est d'autant plus normal et normatif que le Rwanda s'est appuyé sur l'exemple de la Loi Gayssot en France qui condamne toute incitation à la révision et au négationnisme...Aussi si, certes, 97 pour cent de la population trouve en le vote pour Kagamé, la raison retrouvée de ne pas rechuter alors dans ce suicide génocidaire, l'on pourra conclure que les Rwandais aujourd'hui sont quasi sauvés d'une compulsion ethnique et révisionniste. 

Ce qui n'est plus le cas en France, aux USA, au Brésil, en Inde et en Israël, n'en déplaise à ces critiques de Kagamé que l'on retrouve d'ailleurs toujours complices des ex-génocidaires, révisionnistes et négationnistes qu'en fait, ils payent et soudoient pour déstabiliser le nouveau Rwanda indépendant et moteur de la reconstruction de l'Afrique indépendante ....en  accord d'ailleurs avec Jean Ziegler : CQFD.

Ainsi , du contre-heideggerisme, foyer criminel du nazisme et caricature du refoulement criminogène, au Témoignage de survivants, Faye et Lacoste, par le Rwanda encore et avec Ziegler nous invite en ces Lumières du Rwanda , à prendre encore en compte ce qui des jeunes chercheurs du 21ème siècle, a été complètement niés : car si une archiviste-danseuse, " librairian performer" docteur Calarts-Ucla et fondatrice de l'IGSC avec Karegaye, Mme Cathy  Carbone a initiée cette conférence internationale de 2008, elle en a encore tiré les conséquences et retombées en la publication de sa thèse en 2017. Celle-ci reprend ce que fut la catégorisation criminelle par la police américaine dans les années 70, de tous les activistes des Droits Humains, contre le Loi américaine, pour donc dénoncer ces négation structurelles en étudiant encore comment des artistes performers au 21ème siècle, expose ces savoirs publiquement...Jusque encore faire valoir, au vu des dégradations actuelles aux USA causé par le fasciste trump jusque aux enfermements d'enfants migrants, ce que donc les archivistes dans les rapports aux fichiers et mises en archives, peuvent soit empêcher des mises en tri et exclusion, jusque refuser les catégorisations et fichiers ethniques, soit diffuser du réel des Droits Internationaux et Lois Internationales, jusque donc en Œuvres d'Arts et Performances au 21ème siècle.

C'est encore, en ces Lumières du Rwanda , ce qu'actent des performers italiens tels Nhandan Chirco et Branko Popovic, tant en sauvant des migrants qu'en performant " Et l'Europe alors ? ", dans le symbole des témoignages de survivants qui, des Arméniens aux Juifs ( outils 1 ) des Cambodgiens aux Rwandais ( Outils 2 ) incluent évidemment les migrants et victimes de l'écocide ( Outils 3 ) dans la juste application des normes internationales ...et en les accords du CCLJ Centre communautaire Laique Juif de Bruxelles et ou d'IBUKA association internationale de survivants rwandais, qui reconnaissent toutes deux les migrants à l'égal de survivants de l'écocide. D'ailleurs en ces Lumières du Rwanda, en lieu et place des tergiversations des pays européens pour accueillir parfois 15 migrants... le Rwanda a annoncé pouvoir accueillir 30 000 migrants , spécifiquement ceux mis en esclavage en Libye, et vient tout juste cette semaine ( 10 août ), d'en accueillir déjà 500...

 

Le symbole acté donc de cette Praxis Réelle du Droit International, se retrouve parfaitement au Rwanda, et depuis les recherches et performances des Karegaye, Faye, Lacoste, Ibuka, Carbone, Chirco-Popovic...qui émanent autant comme des symboles de bonne santé, des symptômes actifs des reconstructions, comme encore la continuation des Lumières au 21ème siècle, quand nous allons proposer donc, plus loin, de les considérer en la Matrice de Khun, tel le réel de ces nouvelles coupures épistémologiques refondatrices, en la reconstruction des champs des savoirs devant l'Ecocide.

L’écocide et la destruction de la planète sont l'ultime forme de destruction déshumaine et pathologique, qui nous engage toutes et tous devant cette nécessaire reconstruction et refondation : certes , des chercheurs comme Servigne et les rapports du GIEC d'août 2019, nous ont grandement expliqué l'irréversibilité de l'anthropocène et de ses conséquences, et certes encore, la bataille politique sur la scène internationale est rude.

Mais force est de reconnaître que contre les démissions et forme de négations des gouvernants, sauf au Rwanda, il semble tout aussi important de comprendre ce qu’idéologiquement, practologiquement, philosophiquement, socialement, sont les causes de ces dénis : à savoir, des soit dsiant tenant intellectuels des heideggeristes, aux comportements soumis au refus du Droit International, une bestialisation qui nie le réel de notre Connaissance Humaine constituée. Où les médias complices, sont les premiers négationnistes et propagateurs de cet abrutissement qui a comme objectif l'asservissement des populations et la destruction de la planète : et où donc, nous concluons à cette pathologie suicidaire chez les négationnistes trahis par leur soumission ultime au meurtre, et à la destruction.

Puisque avec l'histoire des effondrements, nous connaissons aussi en l'Histoire de la Shoah et du Rwanda, ces effondrements génocidaires, qui sont des figures de l'écocide de multinationales....et que leur corollaire est aussi l'Histoire de Refondations, et de refoulements il est vrai, mais en fait dont nous connaissons les tenants et aboutissants.

Encore, les formes de survivance, terribles, nous sont aussi connues et constituent tant des expériences concrètes et transmissibles, qu'encore des outils éducatifs pour accéder à de nouvelles formes de Représentations de l'Histoire : car un survivant rwandais ne se représente pas l’Histoire comme macron trump poutine, qui sont des heideggeristes, de révisionnistes de l’implication françaises, et dans leur refoulement et pathologies négationnistes, des complices de multinationales écocidaires.

Ainsi de nos Lumières du Rwanda qui, en Creuse, en le sauvetage des Terres et des Champs bien réels, où notre laboratoire d'artistes-chercheurs nous invite à tant combattre les écocidaires et négationnistes en sauvant la nature, la flore et la faune jusque aux Humains...où nous élaborons en nos recherches, des outils théâtraux, scéniques et de performances, à même de produire ces nouvelles représentations de l'Histoire, de l'Histoire des Corps encore...Très différentes donc des médias de l'image, tv séries, tous avilis aux messes négationnistes et divertissements obscènes en ces temps d'écocide et crimes contre l'Humanité : là là exactement où la Présence des Corps, Corps Témoin, Corps Survivants, Corps archives et Cors connaissant, activent en l'histoire des praxis théâtrales, tant à nouveau le rôle et la place de l'architectonique Théâtrale dans la Cité, qu'aussi interroge donc le Devenir de nos Corps et constructions intellectuelles, du Plaisir à nos Désirs, de nos choix et inconsciences, à nos Responsabilités.

" Les Lumières du Rwanda " décriront aussi et encore cette expérience théâtrale, traversée d'un territoire inconnue, des formes de gestion de groupe aux modalités sociales qui nous ont traversées : incluant la gestion des traumatismes comme le réel de la créativité Art dans les épanouissements, métabolismes et actions concrètes, pour les individuations comme pour les prises de responsabilité collective...

 

A suivre ....

Laurent Beaufils-Seyam, écrit le dimanche 11 août 2019, à 16 heures...

http://criaeau.org/les-lumieres-du-rwanda/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.