LAURENT BILLARD
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2021

la fin d'un monde

Du sentiment d'avoir changé de monde sans m'en rendre compte et de ne plus m'y retrouver...

LAURENT BILLARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je résume? 

Alors il y a les babas, les intellos, les bobos, les parigots, les néo-ruraux, les pinzutti, les corsicos, les natios, les musulmans, les juifs, les chrétiens, les intégristes, les anti vaxx, les collabos, les colons, les moutons, les macroniens, les complotistes, les fascistes, les identitaires, les noirs , les blancs, les homos, les transgenres, les révolutionnaires, les anarchistes, les réactionnaires, etc. Comme quelques uns le savent, surtout s’ils ont lu « les identités meurtrières » d’Amin Maalouf, on peut tout a fait être plusieurs de ces mots en même temps. Parfois nous décidons selon les circonstances d’être « plus » d’un mot que d’un autre.Maalouf l’explique très bien avec l’histoire récente de la Yougoslavie.  Parfois ces sont les circonstances qui vous obligent à être « plus » d’un mot que d’un autre et à en supporter les conséquences.  Par exemple « juif » en 40 n’a pas la même importance qu’aujourd’hui. Ou « protestant » en 1572 à Paris comparé à aujourd’hui aux Etats Unis. Toujours est-il qu’on en est revenu à se balancer des mots génériques à la tête, des mots qui avaient des sens , des définitions, et qui semblent s’être vidés des deux. Ils servent d’armes, d’outils, à rejeter.  La réduction de la pensée a amené aussi à fixer sur un seul élément l’identité de « l’autre », cette espèce de crétin qui n’est jamais d’accord avec moi, souvent à cause de son égo à lui. Evoquer la multiplicité des identités, la complexité du monde est de la pensée, vous fait immanquablement appartenir à une des cases énumérées plus haut. L’impasse n’est pas que sanitaire. Le virus ne circule pas qu’à l’extérieur. Il est à l’intérieur de nos pensées et a rongé en profondeur les pactes fondamentaux qui cimentaient le vivre ensemble.  La société dans laquelle j’ai grandi, dans laquelle j’ai été élevé, s’est effondré à une vitesse incroyable. 

Je repense alors à un autre livre d’Amin Maalouf, tout aussi beau : « Origines ». Il y fait récit de l’effondrement de l’empire ottoman, et du choc vécu par ses ancêtres de la disparition d’un monde entier dans lequel ils croyaient, mais surtout dont ils ne pouvaient pas soupçonner la disparition. Je me rends compte de vivre un état similaire, même s’il est toujours plus compliqué de l’analyser lorsque l’on est « dedans », qu’un siècle plus tard . A une  vitesse impressionnante, un monde , une société a disparu. Elle était faite  de citoyenneté, de services publics, de partis politiques, de syndicats, de réaction collective, d’intellectuels brillants , de participation électorale, de solidarité, de pluralité d’opinions, et de liberté d’expression,  de contre pouvoirs, etc. En gros d’un projet de société avec la démocratie comme centre et espace de débat. Il n’en existe plus. Le capitalisme moderne, ses grandes entreprises, le tout numérique ont tout balayé en quelques 20 années. Est ce vrai ? Je ne sais mais c’est mon ressenti, et comme on le sait avec la température, ce qui est important ce n’est pas le froid mais le froid « ressenti ». Et bien je « ressens », la perte d’un monde, et comprend être  en état de choc car je n’avais pas soupçonné sa disparition si rapide. Sidéré. Et je comprends que mes réactions, mes attitudes, mes propos, mes moyens d’action, appartiennent sans doute à un ancien monde, dans lequel je m’efforce encore de croire , alors qu’il a déjà disparu.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl