LAURENT BILLARD
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 sept. 2021

se balader

Se balader, allez voir des amis, rencontrer d’autres gens, discuter, se frotter à d’autres manières de voir, de vivre, c’est d’autant plus fondamental quand on habite sur une île, qu’on est ilien.

LAURENT BILLARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Se balader     Se balader, allez voir des amis, rencontrer d’autres gens, discuter, se frotter à d’autres manières de voir, de vivre, c’est d’autant plus fondamental quand on habite sur une île, qu’on est ilien. Nécessaire besoin d’horizons différents. De courants d’air dans le nid, le cocon. Plus l’île est petite plus il devrait obligatoire de faire faire des voyages aux enfants durant leur scolarité. Sur le continent, classes de ville, en banlieue, à l’étranger. Découvrir, l’autre, son accent, sa bouffe. Utopie, rêve ? . Pas grave. 

Je reviens donc d’une virée continentale et je ne vous ferai pas  le coup de la projection diapo, le journal Facebook de mes paysages. Non je résumerais en fait par une sorte de synthèse, celle qui sous tend pas mal de réflexions, et de doutes: l’efficacité de nos actions, la fameuse question « que faire , », posée il y a bien longtemps. Et à laquelle chacun apporte sa réponse, la plus répandue à ma connaissance étant : rien. 

Dans cet ordre d’idées, une discussion avec un bouquiniste à Foix( Ariège) et dont je vous conseille son journal annuel « Ta Page ! » m’a permis d’évoquer le fameux phénomène « colibri ». Il semble effectivement qu’au conte mis en lumière par Pierre Rabbi, il manque en fait la fin. Le colibri laisse tomber sa goutte d’eau, dit « je fais ce que j peux » et en fait  à la fin le conte dit: « et ensuite la forêt brule ».  Nous avons convenu qu’il était plutôt malhonnête de tronquer un conte de sa fin. Même si à titre personnel, je reste convaincu que  « continuer à faire  ce que je peux là ou je suis, » reste une idée minimaliste mais concrète, je reconnais qu’en fait ce type de mouvement accentue  sans cesse  cette culpabilisation / responsabilisation des citoyens, au détriment de la critique, révolte, combat contre les multinationales, les  trafiquants en masse du complexe pétro-plastique, rois de la finance, champions de l’évasion fiscale, etc; Alors que les deux devraient être associés à mon goût. 

On en revient donc à ma question initiale, dans la quelle l’acte du petit oiseau ne joue aucun rôle puisque la forêt brule à la fin: ce que nous faisons ici ou là n’abat pas le capitalisme mondial et numérique. Et non.. déception. Et bien en cours de voyage , j’ai finalement pour la première fois compris ce qui nous permettait de le combattre , au moins à l’intérieur de nous memes/. Par une seule notion, en fait , son contraire: le partage. Ce sont nos partages désintéressés, dans la chanson, dans la parole, dans la bouffe , dans la répartition équitable, dans l’instauration d’espaces de dialogue, que finalement nous tissons, collectivement et non individuellement , un contre pouvoir? Ephémère, poétique, utopique ? Ok , ok, ok. Mais putain ce que ça fait du bien de mettre des mots sur une idée qui refait croire à une quelconque efficacité. Un espoir de sortie de secours. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
En Pologne, le calvaire des exilés
Dans notre émission, reportage aux portes de l’Union européenne, où des migrants et des migrantes sont toujours retenus dans des conditions inhumaines. En plateau : Anaïs Vogel, qui a fait cinq semaines de grève de la faim pour dénoncer le traitement des exilés à Calais, et Catherine Wihtol de Wenden, directrice de recherche émérite au CNRS. 
par à l’air libre
Journal — France
La candidature de Zemmour prend une mauvaise tournure
L’ancien éditorialiste de CNews et du Figaro a officialisé, mardi, sa candidature à l’élection présidentielle dans un clip reprenant toutes ses obsessions identitaires. Sur le terrain, sa campagne est devenue particulièrement compliquée.
par Lucie Delaporte
Journal — France
Pour Pécresse et Bertrand, une campagne aux airs de pénitence
Après avoir claqué la porte du parti Les Républicains, ils ont repris leur carte pour obtenir l’investiture présidentielle. Pendant des mois, Valérie Pécresse et Xavier Bertrand ont remis les mains dans le cambouis partisan et arpenté les routes de France pour convaincre.
par Ilyes Ramdani
Journal — France
Les macronistes s’offrent un rassemblement de façade
Divisée avant d’être officiellement unie, la majorité présidentielle s’est retrouvée, lundi soir, pour tresser des louanges à Emmanuel Macron et taper sur ses adversaires. Un exercice poussif qui ne risque pas de « marquer l’histoire ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/11)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de »,ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI