LAURENT BILLARD
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 mai 2022

DU CHOIX

Reste t il encore une espace pour le doute, la réflexion, l'argument, le débat? Autant d'éléments nécessaires en principe pour "choisir".

LAURENT BILLARD
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Du choix

Cela revient sans cesse. C’est comme omniprésent. 

Cela de mon point vue habite chaque élément de réflexion sur notre société. 

Quoi donc ? La démocratie, et plus particulièrement le problème du choix. 

Cela s’est avéré assez visible lors de la dernière élection , où celle ci, en principe l’occasion d’exprimer un choix, a été le moment particulier où certains nous expliquaient qu’il n’y en avait pas. Que cela soit lors de la campagne de com durant la propagation du coronavirus ( entièrement conçue d’abord par le bureau d’étude BVA puis par celui de Mac Kinsay) , que cela soit pour « l’affaire Colonna », que cela soit pour la guerre en Ukraine, et finalement quelque soit le sujet , un courant soi disant majoritaire, disons une pensée unique balaye tout, et quiconque  s’en dégage , la critique, est considéré comme paria, ennemi de la République, de la Corse, de l’Ukraine. Le débat a disparu, l’invective règne, le discrédit de l’autre et son rejet définitif dans le camp « ennemi ». 

Prenons le cas de la Russie et de l’Ukraine. Il n’est quasiment pas possible de  placer le moindre  propos sur la présence effective de milices neo-nazis dans l’armée ukrainienne,  du massacre de civils russe à Odessa le 2 mai 2014, de la dangerosité de l’OTAN, de son expansion et la politique guerrière des Etats Unis sans passer pour un fanatique  pro-russe. Là où le fameux «  en même temps » du président Macron qui avait visiblement tant plu à un certain électorat ,( alors qu’il détruisait tout un pan de la réflexion politique de ce pays), il semble qu’il faille être à, tout prix, d’un seul camp, le bon , contre un méchant diabolique contre lequel nous devons exclusivement nous « mobiliser ». C’est ce qu’explique très bien Pierre Rimbert dans son article «  Évènement total, crash éditorial » dans le Monde diplomatique https://www.monde-diplomatique.fr/2022/04/RIMBERT/64538 avec plus particulièrement le rôle de la presse ou des media dans cette union des discours. 

Pour « l’affaire Colonna », d’autres ressorts sont à l’oeuvre ici. Il s’agit de la simple peur de dire autre chose, ce qui paraitrait comme inacceptable. Nombreux sont ceux qui se sont d’ailleurs retrouvés à manifester par simple souci de ne pas se sentir exclu. Le concept « si tu. n’es pas avec nous , c’est que tu es contre nous », prend ici toute sa place. Et il n’est pas récent. Face à la montée d’attitudes à caractère raciste , de. replis identitaires, de rejets de l’autre, il n’existe aucune réponse ou réplique collective. Chacun se terrant dans un silence complice et embarrassé par peur soit de représailles, soit d’une déconsidération sociale qui dans les petits villages est vécue à juste titre  comme une catastrophe. Alors on rentre dans le rang, on baisse la tête et soit on hurle avec les loups soit on se tait . En l’occurence le dilemme se trouve entre condamner une justice qui a failli, et faire reconnaitre ainsi à l’état français ses dramatiques errements , sans glorifier ou mythifier une victime devenue le symbole instrumentalisé d’une révolte et d’une jeunesse. Pouvoir en parler.? Impossible. Quel espace? Quelle écoute? 

Pour la gestion calamiteuse d’une lutte antivirale, j’en ai déjà suffisamment parlé. Je vous renvoie à l’étude des livres et interviews de Barbara Stiegler, (entre autre De la démocratie en pandémie https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Tracts/De-la-democratie-en-Pandemie# )  récemment invitée au Parc Galea et que nous inviterons de nouveau cet automne, je l’espère, pour continuer le débat . Celui autour du thème de la démocratie, objet du livre de Christophe Pébarthe « Athènes, l'autre démocratie » également présent au Parc Galea aux côtés de Barbara. . Sujet fascinant sur lequel nous avons beaucoup à apprendre et à découvrir. Comme il l’explique fort bien, lorsque les athéniens inventèrent le mot 5 siècles avant JC ils annoncèrent en même temps qu’il ne savait pas en fait comment y arriver. Peuple et pouvoir, demos et cratias, étant bien compliqué à mélanger, voire même définir. Il semble que 2500 ans plus tard la question reste la même. Qu’est ce que le peuple? Une majorité? Un « régime «  démocratique? Comme le discutaient déjà les athéniens et que reprennent certains aujourd’hui ,doit-on avoir un minimum d’instruction de connaissance pour pouvoir exprimer un vote? Et du coup qui décide?  Comment être représenté?  A ces interrogations ancestrales se sont rajoutés des plus récentes. Le rôle croissant des media, leur appartenance à de grands groupes financiers , le rôle d’internet , peuvent ils être compatibles avec un  libre choix, un libre arbitre, une citoyenneté ?A qui pouvons nous donner notre confiance? Plus l’échelle est petite, à l’image d’un maire dans un petit village plus les solutions paraissent « envisageables ». Plus l’échelle est grande , à l’image de l’Europe, plus les intermédiaires bureaucratiques, le poids de la « com » , les interventions des lobbys, les enjeux financiers, perturbent toute forme de décision « collective » pour le bien commun. Et je me demande où est passé l’espace pour parler de ça? 

Des solutions? Des actions? Il faut en chercher de nouvelles, car évidemment enfiler les interrogations et les raisons d’une débâcle est anxiogène et contre productif . Je ne vois que très localement , tenter de reprendre « langue » avec le voisin, se reparler, recréer progressivement une Agora, amener l’élu local à ce qui devrait une obligation, la rencontre régulière avec ses « administrés » comme on dit, ses citoyens, les interroger, argumenter, défendre un projet , intégrer des idées.. Autant de choses qui paraissent utopiques, mais qu’il n’est pas impossible de bâtir. Et qui pourrait permettre de renouer avec un débat depuis bien longtemps disparu de notre environnement politique. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
« La Cour suprême des États-Unis a un agenda : celui de l’extrême droite »
La Cour suprême des États Unis vient de rendre plusieurs arrêts inquiétants. Le premier, actant la fin de l’autorisation fédérale d’avorter, a mis le monde en émoi. Jeudi 30 juin, elle a nié l’autorité de l’agence pour l’environnement américaine a réduire les gaz à effets de serre. Pour l’américaniste Sylvie Laurent, elle est devenue une institution « fondamentaliste ».
par Berenice Gabriel, Martin Bessin et Mathieu Magnaudeix
Journal — Budget
Le « paquet pouvoir d’achat » ne pèse pas lourd
Le gouvernement a confirmé une série de mesures pour soutenir le pouvoir d’achat des fonctionnaires, des retraités et des bénéficiaires de prestations sociales. Mais ces décisions ne permettent pas de couvrir la hausse des prix et cachent une volonté de faire payer aux plus fragiles le coût de l’inflation.
par Romaric Godin
Journal
Covid : face à la septième vague, les 7 questions qui fâchent
Risques de réinfections, protections, efficacité des vaccins actuels et attendus, avenir de la pandémie… Nos réponses pour s’y retrouver face à cette nouvelle vague de Covid-19.
par Rozenn Le Saint
Journal
Urgences : vers la fin de l’accueil inconditionnel ?
La première ministre a reçu, jeudi, 41 recommandations pour l’été « à haut risque » qui s’annonce à l’hôpital. Parmi les mesures mises sur la table : la fin de l’accès sans filtre aux urgences et la revalorisation des heures de travail la nuit et le week-end.
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
Oui, on peut réduire le soutien populaire aux identitaires !
Les résultats de la Nupes, effet de l’alliance électorale, ne doivent pas masquer l'affaiblissement des valeurs de solidarité et la montée des conceptions identitaires dans la société. Si la gauche radicale ne renoue pas avec les couches populaires, la domination des droites radicales sera durable. C'est une bataille idéologique, politique et parlementaire, syndicale et associative. Gagnable.
par René Monzat
Billet de blog
Lettre d’un électeur insoumis à un électeur du RN
Citoyen, citoyenne, comme moi, tu as fait un choix politique mais qui semble à l’opposé du mien : tu as envoyé un député d’extrême-droite à l’Assemblée Nationale. A partir du moment où ce parti n’est pas interdit par la loi, tu en avais le droit et nul ne peut te reprocher ton acte.
par Bringuenarilles
Billet de blog
Quand le RN est fréquentable…
La dernière fois que j'ai pris ma plume c'était pour vous dire de ne plus compter sur moi pour voter par dépit. Me revoilà avec beaucoup de dépit, et pourtant j'ai voté !
par Coline THIEBAUX
Billet de blog
Quels sont les rapports de classes à l’issue des élections 2022 ?
On a une image plus juste du rapport des forces politiques du pays en observant le résultat des premiers tours des élections selon les inscrits plutôt que celui des votes exprimés. Bien qu’il y manque 3 millions d’immigrés étrangers de plus de 18 ans. L’équivalent de 6% des 49 millions d’inscrits. Immigrés qui n’ont pas le droit de vote et font pourtant partie des forces vives du pays.
par jacques.lancier