laurent brard
Educateur Spécialisé et Auteur de romans.
Abonné·e de Mediapart

6 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 avr. 2013

Lettre à monsieur Duron, député maire de Caen

laurent brard
Educateur Spécialisé et Auteur de romans.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Laurent Brard

Le 7 mars 2013

                                                                                  Monsieur Duron, député maire

                                                                                  Hôtel de Ville, Esplanade Jean-Marie Louvel

                                                                                  14027 Caen.

Objets :

-         Contravention de stationnement.

-         Accord National Interprofessionnel (ANI).

Monsieur le député maire,

J'ai l'honneur de solliciter auprès de vous le retrait de la contravention jointe à ce courrier.

Elle a été apposée sur mon pare brise le 5 mars 2013 à 11h19 pendant que je manifestais dans les rues de Caen à l'appel d'une intersyndicale contre l'Accord National Interprofessionnel (ANI). Mon ticket horodateur, je le reconnais, était valable jusqu'à 10h19. Si je sollicite toutefois votre bienveillance, c'est au regard de la nature "particulière" de cette journée de mobilisation.

Vous savez qu'on ne fait jamais grève par plaisir. Perdre une journée de salaire est un acte lourd à assumer, surtout en ces temps de vaches maigres qui ne vont pas en s'arrangeant. J'aurais préféré, soyez en sûr, ne pas être en grève ce jour-là. Si seulement tout avait été pour le mieux dans le meilleur des mondes, je serais allé au travail et ma voiture n'aurait pas stationné en ville. Je n'aurais donc pas perdu une journée de salaire et je n'aurais pas eu cette contravention.

Si j'assume sans états d'âmes les conséquences salariales de mon acte militant du 5 mars 2013, j'avoue, en revanche, ne pas bien comprendre pourquoi des agents de la ville de Caen verbalisaient des véhicules en stationnement ce jour-là, surtout à proximité du départ de la manifestation (j'étais garé aux Quatre Ans, la manifestation partait de la Place Saint Pierre).

Pour vous avoir croisé dans les cortéges de manifestants à l'occasion des campagnes présidentielle et législative, j'ai pu constater, monsieur le député maire, que vous souteniez les mouvements sociaux. C'est pourquoi je ne doute pas un seul instant que vous soutiendrez mon acte militant en annulant la contravention de stationnement qui m'a été adressée par vos services le 5 mars 2013 à 11h19, jour de manifestation.

Je profite de l'occasion pour vous demander de voter contre l'Accord National Interprofessionnel (ANI) qui sera soumis prochainement à l'Assemblée Nationale. Ce texte élaboré par le MEDEF et signé par trois organisations syndicales minoritaires remet gravement en cause les droits fondamentaux des travailleurs. Ce texte ne doit pas devenir une loi.

Sur ce sujet, comme sur celui de ma contravention, je ne doute pas que vous ferez un choix éclairé et en conscience.

Je vous prie d'agréer, monsieur le député maire, mes salutations distinguées.

Laurent Brard.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie