Lettre à monsieur Duron, député maire de Caen

 

Laurent Brard

Le 7 mars 2013

 

 

                                                                                  Monsieur Duron, député maire

                                                                                  Hôtel de Ville, Esplanade Jean-Marie Louvel

                                                                                  14027 Caen.

 

Objets :

-         Contravention de stationnement.

-         Accord National Interprofessionnel (ANI).

 

 

Monsieur le député maire,

 

J'ai l'honneur de solliciter auprès de vous le retrait de la contravention jointe à ce courrier.

 

Elle a été apposée sur mon pare brise le 5 mars 2013 à 11h19 pendant que je manifestais dans les rues de Caen à l'appel d'une intersyndicale contre l'Accord National Interprofessionnel (ANI). Mon ticket horodateur, je le reconnais, était valable jusqu'à 10h19. Si je sollicite toutefois votre bienveillance, c'est au regard de la nature "particulière" de cette journée de mobilisation.

 

Vous savez qu'on ne fait jamais grève par plaisir. Perdre une journée de salaire est un acte lourd à assumer, surtout en ces temps de vaches maigres qui ne vont pas en s'arrangeant. J'aurais préféré, soyez en sûr, ne pas être en grève ce jour-là. Si seulement tout avait été pour le mieux dans le meilleur des mondes, je serais allé au travail et ma voiture n'aurait pas stationné en ville. Je n'aurais donc pas perdu une journée de salaire et je n'aurais pas eu cette contravention.

 

Si j'assume sans états d'âmes les conséquences salariales de mon acte militant du 5 mars 2013, j'avoue, en revanche, ne pas bien comprendre pourquoi des agents de la ville de Caen verbalisaient des véhicules en stationnement ce jour-là, surtout à proximité du départ de la manifestation (j'étais garé aux Quatre Ans, la manifestation partait de la Place Saint Pierre).

 

Pour vous avoir croisé dans les cortéges de manifestants à l'occasion des campagnes présidentielle et législative, j'ai pu constater, monsieur le député maire, que vous souteniez les mouvements sociaux. C'est pourquoi je ne doute pas un seul instant que vous soutiendrez mon acte militant en annulant la contravention de stationnement qui m'a été adressée par vos services le 5 mars 2013 à 11h19, jour de manifestation.

 

Je profite de l'occasion pour vous demander de voter contre l'Accord National Interprofessionnel (ANI) qui sera soumis prochainement à l'Assemblée Nationale. Ce texte élaboré par le MEDEF et signé par trois organisations syndicales minoritaires remet gravement en cause les droits fondamentaux des travailleurs. Ce texte ne doit pas devenir une loi.

 

Sur ce sujet, comme sur celui de ma contravention, je ne doute pas que vous ferez un choix éclairé et en conscience.

 

Je vous prie d'agréer, monsieur le député maire, mes salutations distinguées.

 

Laurent Brard.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.