Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 juin 2013

L'exception Culturelle

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© MuzzixCollective

Voilà, la nouvelle est tombée. Le nouveau directeur de l'ONJ (Orchestre National de Jazz, il faudra de plus en plus le préciser) est Olivier Benoit. Un gars sans doute plein de bonne volonté, et que je ne connaissais pas jusqu'à cette nomination. Pourtant, à lire son portrait sur le site de l'AJON, l'association qui gère l'ONJ depuis de début, cet homme a déjà un solide parcours de chef d'orchestre. Je me suis alors empressé d'aller écouter son travail sur Youtube.

Quelle ne fut pas ma consternation de constater encore une fois le même désastre à l’œuvre : Tous ces musiciens aidés par les institutions et qui n'ont absolument encore rapport charnel au Jazz et à son histoire. Je n'entends rien dans cette musique qui justifie qu'on l'affuble de ce nom. De la musique improvisée oui, sans aucun doute, mais du jazz ? C'est tout simplement un insulte à tous ceux qui ont consacré leurs vies (ici en France, et ailleurs dans le monde, et en particulier aux États Unis où elle est chez elle) à cette musique qu'on appelle encore Jazz aujourd'hui, et pour certaines raisons qui échappent visiblement à ce Monsieur comme à nos chères institutions.

Mais on voit bien les raisons de ce fiasco. Car ce qui importe ici, ce n'est pas tant l'amour du jazz, que l'idée qu'on s'en fait en France, dans les salons de la République ; une musique qui doit faire art, qui ne se conçoit jamais autrement que dans une logique de création. Pour cela, elle doit absolument revêtir tous les atours de la modernité (du moins l'idée qu'on s'en fait quand on est sourd), forcément en décalage, en rupture, forcément dérangeante, et si possible même pénible. Ce qui importe c'est la vitrine que l'ONJ se doit d'assurer et sa mission de service public (on en frémit). Et peu importe finalement que les mêmes institutions aient toujours loupé le coche et qu'elles soient systématiquement passés à côté des grands modernistes passés et présents. 

L'état va donc continuer de soutenir cette chose à raison de 800 000 euros par an (le premier budget pour le jazz) pendant que tant de musiciens jeunes (fraîchement diplômés d'écoles que l'état à encouragé à se développer) et moins jeunes (qui continuent de porter haut la tradition de cette musique, et quand je dis tradition, je pense à cet équilibre si précieux entre connaissance du passé, du présent et désir d'aventure, c'est-à-dire exactement l'esprit qui a toujours fait le jazz, dans toute se diversité passée, présente et future à l'image de l'immense Mulgrew Miller tout juste disparu et auquel cette nomination ne rend pas hommage) vont se prendre le mur de la réalité ; toujours plus d'offre, toujours moins d'opportunités.

Quasiment plus de labels, chute des ventes de disques, des lieux de moins en moins ouverts, une presse exsangue, et un public qui ne sait plus de quoi on parle quand on dit jazz. Car si du côté de l'argent public et des institutions le jazz est perçu de plus en plus à travers le dictat ostracisant de l’œuvre contemporaine, que dire du secteur privé qui poursuit une tendance toujours plus marquée - décomplexée je dirais même - à ne promouvoir plus que le jazz bling-bling et TV friendly. Le jazzy.

Entre ces deux pôles exclusifs qui n'ont de liens que le nom jazz (et son usurpation), nous continuerons de poursuivre nos chemins. Car même dans cet entre-deux aride, il sont plus beaux qu'aucun autre. Mais ne nous demandez plus de faire semblant. Nous ne faisons pas partie de la même famille. Nous avons joué le jeu, avons convié tous le monde autour de la table pendant un an, le secteur public comme le privé, avons remis un rapport plein de propositions qui aujourd'hui prend la poussière dans une armoire de la rue de Valois, et cette nomination finit d'éteindre tout à fait nos espoirs de voir les choses bouger. Il faudra pour cela un mouvement d'une autre nature, un mouvement qui reste à inventer.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart