Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 mars 2012

Communiqué de Presse

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À tous,

Les choses continuent de bouger. La date du 19 mars et confirmée, ainsi que le lieu : la Maison de la Poésie à Paris (3ème). La journée de présentation se déroulera de 10:00 à 17:00 avec cinq table-rondes sur scène - une par grand sujet traité dans le rapport - composées de membres du groupe de travail, et d'invités (qui n'ont de préférence pas pris part aux réunions qui ont abouti à notre rapport), en grande majorité des musiciens.

Pour participer à cet événement gratuit et ouvert à tous, il faut s'inscrire en ligne, et le faire vite, les places étant limitées à 140. Les inscriptions seront close au 12 mars. Pour vous inscrire, téléchargez ce FICHIER, remplissez le formulaire et renvoyez-le à Cécile Jeanpierre de la DGCA (l'email est dans le fichier).

Le groupe de travail a diffusé un communiqué de presse que voici :

RAPPORT D’ÉTAPE SUR LA SITUATION DE LA FILIÈRE DU JAZZ EN FRANCE
Dans une période particulièrement dynamique sur le plan de la créativité artistique, le jazz et les musiques improvisées traversent aujourd’hui en France une grave crise économique qui touche tous les acteurs de la filière, des musiciens aux producteurs, des salles de concert aux festivals, et qui nécessite des solutions adaptées aux spécificités de ce secteur.

À la demande du ministre de la Culture et de la Communication, Monsieur Frédéric Mitterrand, un groupe de travail[1] a été constitué au sein de la Direction générale de la création artistique (DGCA) pour réfléchir à des dispositions susceptibles d’améliorer la situation.
Un calendrier de réunions a été élaboré, d’octobre à décembre 2011, autour de cinq thématiques considérées comme des priorités :
• Insertion professionnelle
• Diffusion
• Export 
• Structure économique, emploi
• Disques, médias
Pour chaque thématique, des intervenants extérieurs, dont de nombreux artistes, ont été invités à partager leurs expertises et alimenter un premier rapport listant un certain nombre de constats et de préconisations.
Ce rapport d’étape a été transmis au ministre de la Culture fin décembre 2011 et a été discuté avec lui le 14 février 2012.
La communauté du jazz en France ne s’était pas réunie depuis près de quinze ans, et il est réjouissant de constater toujours la même ferveur chez ceux qui veulent développer cette musique. Le jazz et les musiques improvisées constituent une richesse inestimable en France qu’il faut à tout prix préserver, soutenir et développer. Pour ce faire, il est désormais impératif d’élargir la mobilisation à tous ceux – à Paris comme en Régions, de toutes esthétiques et générations – qui n’ont pas encore pu s’exprimer sur les questions soulevées par ce rapport.
Par conséquent, après la remise du rapport au ministre, le groupe de travail propose plusieurs actions :
Retourner vers la communauté des musiciens et des acteurs de cette filière afin de présenter les fruits de son travail et récolter largement des réactions et des propositions. Une journée de restitution et d’échanges est prévue le lundi 19 mars 2012 à la Maison de la Poésie à Paris. Il est bien évident que cette première journée ne suffira pas et qu’il faudra que des évènements similaires essaiment en Régions.

Poursuivre et étayer sa réflexion en demandant une observation régulière et pérenne du secteur, mais aussi en ajoutant des problématiques non spécifiquement abordées ici, telle que celle du public.
Associer les représentants des collectivités territoriales à cette réflexion, car ils sont essentiels dans les politiques culturelles en œuvre dans notre pays.
Dans le cadre de la création éventuelle d’un CNM (Centre National de la Musique), garantir une place importante aux musiques peu médiatisées et peu commercialisées en prévoyant des procédures concertées et adaptées.
Dans un pays qui a toujours été en pointe sur les politiques culturelles, les Français continuent de plébisciter les artistes qui poursuivent une voix exigeante avec courage et intégrité et c’est pourquoi nous devons impérativement maintenir une offre musicale plurielle et abondante.
[1] composé de représentants de la Fédération des scènes de jazz (FSJ), de l’Association des festivals innovants jazz et musiques actuelles (AFIJMA), de Grands formats, de la Fédération nationale des écoles de jazz et musiques actuelles (FNEIJMA), de Jazz(s)RA, des Allumés du jazz, de l’Union des musiciens de jazz (UMJ), ainsi que de Laurent Coq (musicien et professeur à l’EDIM), Pierre de Bethmann (musicien et professeur au CNSMDP), Alex Dutilh (journaliste, producteur sur France Musique), Reno Di Matteo (producteur de jazz) et des représentants de la DGCA.


TÉLÉCHARGER LE RAPPORT. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Regarder en face son passé colonial : quelques leçons venues de Belgique
Le Parlement belge a entamé voilà deux ans un travail historique d’ampleur sur son passé colonial. Il s’ajoute à des initiatives locales sur la décolonisation de l’espace public et à une loi sur la restitution des biens spoliés. Y a-t-il des leçons à en tirer pour la France ?
par Justine Brabant et Ludovic Lamant
Journal
Restitutions de patrimoine africain : repolitiser le débat, rendre visibles les objets oubliés
Dans un contexte de débats nourris autour de la restitution des biens spoliés durant la colonisation, la dernière livraison de la revue « Politique africaine » éclaire quelques angles morts des discussions autour de ce patrimoine, parfois oublié, souvent dépolitisé.
par Justine Brabant
Journal
Prostitution : le torchon brûle entre écologistes et associations
Depuis plusieurs jours, une querelle oppose oppose des associations LGBTQI+ et Raphaëlle Rémy-Leleu, élue EELV de Paris. Les premières reprochent vertement à la seconde ses positions sur le travail du sexe. L’écologiste dénonce un « harcèlement » injuste.
par James Gregoire
Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat