Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 2 oct. 2013

Notre amour est intact

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J'ai pris connaissance seulement récemment d'une prise de position qui remonte à deux ans déjà du grand guitariste Kurt Rosenwinkel, sans doute un des musiciens de sa génération les plus influents à travers le monde. Il dit ceci (la traduction est de mon fait, mais vous trouverez un article à ce sujet sur l'excellent blog de Peter Hum sur Ottawa Citizen) :

"La plupart du jazz aujourd'hui craint (...) S'il vous plait, peut-on faire en sorte que la musique ne craigne pas ? Et ne pas faire semblant quand c'est le cas. Prendre le problème à bras le corps, S'il vous plait ! Juste faire de la meilleur musique, car on dirait que les musiciens se disent que c'est cool de faire n'importe quoi. Ce n'est pas cool. Ce n'est pas cool pour moi quand la plupart de la musique est horrible et que les gens pensent à raison que le jazz craint. Ce qui est le cas, la plupart du temps...". 

Ce à quoi, l'excellent bassiste Dwayne Burno répond : "La plupart du jazz aujourd'hui craint parce que trop peu de gens se soucient de jouer ce qu'ils croient être le jazz, ou même savent ce qu'il est ou réellement ce à quoi il devrait ressembler. Ruinés par l’écueil de l'argent des universités, je rigole de tous ces gamins qui ont un master en jazz et qui ne peuvent pas jouer un blues, une anatole, une ballade, s'assoir au piano et accompagner deux grilles de blues swing, ou tout simplement swinger sur leurs instruments. Tout le monde veut produire un jazz hybride , un magic bullshit elixir (je ne veux/peux pas traduire ça...) alors qu'au fond, ce sont surtout des fans de rock qui pensent que le jazz, c'est ce truc cool où il n'y a pas de règles. Il y a même un manifeste bidon que vous pouvez acheter qui explique comment vous pouvez maitriser cette musique sans effort, et bla bla bla bla bla. POURTANT, personne ne maitrise rien au point de surpasser les MAÎTRES tels que Tatum, Monk, Ellington, Coltrane, Parker, Gillepsie, Basie et tant d'autres qui ne tiendraient pas ici. La réponse idiote serait de dire combien le swing est une chose vieille et dépassée. Je reviens à ma déclaration où je disais qu'il y a beaucoup trop de monde qui pensent qu'ils savent ce qu'est la musique alors qu'ils ne sont même pas sur la même planète et n'entendent pas les fondamentaux les plus élémentaires, comme savoir swinger et faire de la musique qui sonne bien aux oreilles. Ce n'est pas notre boulot de permettre à des trous du cul à Beatdown (jeux de mots en référence à DownBeat) et JazzTimes, ou toutes autres publications pompeuses, de dicter quelle direction la musique doit prendre du haut de leur ignorance ou de leur haine et manque de respect pour la musique comme lieu d'expression et de créativité, et forum de l'art qu'elle est réellement. Notre boulot en tant que musicien, c'est de soulager et de soigner l'âme de ceux qui nous écoutent. Nous devrons aussi produire de l'émotion et des sentiments et provoquer des pensées contemplatives. Mais la volée de bois vert que je vais recevoir après que j'aurai envoyé ce texte ne viendra pas de ceux qui savent jouer cette musique. Il viendra des poseurs et des charlatans qui œuvrent tous les jours à se méprendre et à tromper les ignorants qui réussiront à écouter leur musique de merde, parce que la vérité fait mal"

C'est clairement l'expression d'une grande frustration qui peut être taxée d'excessive mais qu'on aurait grand tord de juger insignifiante pour autant. Car cette frustration est bien plus réelle et partagée que le silence des musiciens pourrait parfois le laisser croire. J'entends déjà les critiques que va provoquer ce post : encore une prise de position discriminante, l'expression d'une chapelle. C'est plus facile de renvoyer les musiciens aux styles qu'ils pratiquent et de les opposer entre eux que d'entendre ce qui est réellement dit ici. Car le style n'est absolument pas le problème. Je compare toujours le style de jazz au style vestimentaire. Cela ne doit jamais être une question discriminante. 

La question, c'est celle des fondamentaux qui doivent être au cœur de notre engagement de musicien, quelque soit le style que nous endossons. De Tatum, à Monk, à Paul Bley, à Ornette Coleman, à Wayne Shorter, à Michael Brecker, à Bud Powell, à Andrew Hill, à Alain Jean-Marie, à Shirley Horn, à Nelson Veras, à Mark Turner, à Steve Coleman, ce sont les mêmes fondamentaux qui confèrent à leurs musiques sa valeur, sa pertinence, sa permanence et son appartenance à la grande famille du jazz : le placement, le son, la maitrise de l'instrument, le sens mélodique, l'invention de l'instant, l'intuition harmonique, l'intelligence physique de la forme, la capacité d'abandon, le rapport charnel au temps et au rythme, l'interlpay, la réactivité du jeu collectif, la culture, la connaissance et le goût des maîtres… Autant d'éléments objectifs qui constituent une grille de lecture et qui permettent de constater combien le jazz est toujours vivant aujourd'hui - plus que jamais - et qu'il ne faut surtout pas opérer de hiérarchie des styles. Il est vivant précisément parce que cohabitent dans un même moment historique tant de styles différents qui partagent les mêmes fondamentaux. Mais encore faut-il les comprendre, les entendre, afin de faire la distinction entre les propositions sincères et légitimes de celles qui le sont moins. 

Il n'y a pas de Jazz de création. Cette expression est abominable. Elle porte en elle tout ce qui m'indigne dans le traitement ce cette musique en France. Qui peut se poser en créateur aujourd'hui ? Avec cette notion, on est de plein pieds dans la discrimination, la vraie, car on opère une hiérarchie et on méprise tout ce qui fait la richesse de cette musique, sa diversité et son essence. Il est de notre rôle, nous les musiciens qui produisons cette musique, de le dire aujourd'hui, et je suis surpris de voir que malgré les moyens dont nous disposons avec internet, nous les mettons si peu à profit pour exprimer cette vérité. La peur semble toujours plus envahissante, comme si nous avions complètement intégré le rapport de force implacable qui voudrait que nous ne soyons plus autorisé à dire nos frustrations mais uniquement nos "actualités", notre story-telling, nos auto-promotions qui finissent toutes par s'annihiler dans le brouhaha de nos individualismes additionnés. 

À ceux qui disent que nous sommes aigris, je leur réponds que nous pouvons être frustrés sans pourtant devenir aigris. Frustrés de constater que les intermédiaires qui sont censés favoriser les échanges entre les musiciens et le public produisent toujours plus de filtres discriminants basés sur des critères que nous dénonçons comme étant illégitimes (création, bancables, etc.). Frustrés d'être les otages des ces intermédiaires et de voir notre musique confisquée par une poignée d'idéologues ou de marchands. Mais aigris non, pas du tout. Venez à nos concerts (Dwayne Burno dans le quintet de Jeremy Pelt par exemple, ou Steve Coleman ou le magnifique Alain Jean-Marie dans n'importe quel contexte), venez à nos cours, regardez comment nous continuons de produire notre musique malgré cet environnement défavorable, écoutez nos disques, et vous verrez combien notre amour du jazz est non seulement intact, mais encore plus fort chaque jours.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr