Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 avr. 2012

Miguel Zenón & Laurent Coq - Rayuela

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Laurent Coq
© Laurent Coq

Chers amis de Médiapart,
Dans un mois - le 15 mai - sort en France Rayuela, le disque que j'ai co-signé avec l'altiste new-yorkais d'origine porto-ricaine Miguel Zenón et dont j'avais relaté l'enregistrement dans une de mes chroniques new-yorkaises postée ici-même. Publié sur le label Sunnyside Records, le disque est distribué ici par Naïve. Cette musique a été inspirée par le grand roman du même nom (Rayuela, Marelle en français) de l'écrivain argentin Julio Cortazar.
Un EPK est désormais en ligne (voir plus haut la version française, la version anglaise étant ICI).


Voici ce qui est écrit dans le dossier de presse.
Miguel Zenón & Laurent Coq - RAYUELA
Ce disque réunis quatre musiciens emblématiques du jazz d'aujourd'hui et aligne une instrumentation totalement inédite : le sax alto de Miguel Zenón, le piano de Laurent Coq, mais aussi le trombone ou le violoncelle de Dana Leong, et la batterie ou les tablas de Dan Weiss.
Le groupe présente un répertoire composé à part égale par chacun des deux leaders, et inspiré de « Rayuela », le roman de Julio Cortazar (« Marelle » en français).
C'est une rencontre importante qui nous offre une musique audacieuse d'une grande fraîcheur et qui nous emmène en voyage, d'un continent à l'autre. C'est aussi un hommage magnifique à l'un des grands écrivains du XXème siècle et à son livre le plus ambitieux.
Voici ce qu'écrit Miguel Zenón (traduit de l'anglais) dans la pochette de l'album :
"La musique de ce disque a été inspirée par le livre Rayuela (Marelle en français) de l'écrivain argentin Julio Cortázar. Ce chef-d'oeuvre m'a fournit depuis longtemps un immense réservoir d'inspiration, forgeant également une certaine idée de l'art : un médium de liberté sans limites, autant pour le créateur que pour le public.
L'histoire de Rayuela se situe pour moitié à Paris et pour moitié à Buenos Aires et c'est cette connexion franco-latino-américaine qui a initié l'idée  d'une collaboration entre Laurent et moi-même. Nous sommes devenus des amis proches au fil des ans mais n'avions encore jamais collaboré sur un vrai projet musical (en dehors de quelques concerts informels, ça et là). Travailler sur Rayuela a semblé être l'occasion idéale.
Chaque composition est censée représenter un personnage ou un épisode du livre : à partir d'une traduction systématique de mots (et même dans certains cas de lettres) en termes musicaux, ou à partir d'impressions ou sentiments inspirés par des passages spécifiques.
Par dessus tout, ce qui doit transparaître est notre amour et notre admiration pour cet objet littéraire unique, et notre désir de traduire cela en musique de la manière la plus honnête possible. Nous formulons le souhait que vous aimerez cette musique autant que nous avons aimé l'élaborer... pour VOUS.
—Miguel."
 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis