Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2014

Lettre ouverte à Alex Jaffray, chroniqueur à Télé Matin (France2)

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alex,

Je te tutoie parce que je ne vois pas bien pourquoi je devrais user d’aucune marque de respect avec quelqu’un qui vient de fouler au pied ce que j’ai de plus cher.

Tu viens en effet de commettre une des chroniques sur le jazz la plus insultante qu’il m’ait été donné d’entendre sur un grand média, de service public de surcroît. En présentant une sélection de groupes et de disques qu’on pourrait au mieux qualifier de “jazzy”, tu t’es justifié en expliquant qu'avec eux, on n'avait pas affaire à du “jazz chiant”, du “jazz mou-mou”, tout cela sous le regard complice de William Leymergie, grand homme de culture comme chacun sait.

C’est proprement insupportable. En premier lieu, pour tous ceux qui continuent de porter cette musique et de la faire vivre dans toute sa diversité malgré le total blackout de la télévision et de la radio (à l’exception de Radio France où elle vient encore de perdre beaucoup de sa visibilité et de TSF Jazz où je te conseille d’envoyer un CV).

La dégradation de l’environnement culturel en France est chaque mois plus accablante, dans un pays qui se targue de donner au monde des leçons sur ces questions et qui semble définitivement avoir choisi entre l’art et le divertissement. Dans ce contexte, continuer de proposer une musique exigeante, respectueuse d’une longue histoire souvent douloureuse et d’un public polymorphe qui se renouvelle malgré cette obstruction, est le défi que nous avons à relever chaque jours, nous les musiciens et ceux (programmateurs, producteurs, journalistes) qui les soutiennent - ils sont encore nombreux.

Certains préfèrent la lumière des plateaux télé et les scènes des grands festivals qui ne reflètent plus du tout la richesse de la production actuelle. Grand bien leur fasse. Qu’ils aient tes faveurs, c’est dans la nature des choses pour un chroniqueur à Télé Matin. Mais que tu te permettes d’insulter le reste de la production est profondément choquant, comme dirait Jean-François Copé dont je suis certain tu apprécies les qualités d’improvisateur.

Que dirait-on d’un chroniqueur de cinéma qui viendrait proposer une liste de films qui ne seraient pas du ‘cinéma chiant, du cinéma mou-mou” ? Au hasard Lucy, Transformers 12, The Expendables 7, Camping 6. Tu me rappelles George Bush junior ou plus récemment Sarkozy qui, comme toi, portent leur ignorance avec fierté et arrogance.

Que dire enfin des propos parfaitement sexistes que tu tiens quand tu parles des musiciennes, que ce soit Lisa Ekdahl ou Nora Kamm, avec là encore la complicité bien grasse de Leymergie ?

Je ne doute pas que cette lettre ne changeras pas grand chose car tu es bien dans l’air du temps, conforme à ce qu’on attend de toi sur un plateau de télé. Je vois sur FB que c’est ton anniversaire aujourd'hui. Reçois donc cette lettre comme mon cadeau.

L’excellent Yoann Loustalot (aucune chance d’entendre ce nom dans ta bouche) a laissé comme tout commentaire sur FB : Plumes+goudron. Pas de verbe ni même de pronom. Moi je dis qu’il y a des grandes baffes qui se perdent.

Bon anniversaire.

Laurent Coq.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Des femmes et des enfants survivent dans la rue à Bagnolet
Une vingtaine de femmes exilées, et autant d’enfants, dont des nourrissons, occupent un coin de rue à Bagnolet depuis le 4 août pour revendiquer leur droit à un hébergement. Une pétition vient d’être lancée par différentes associations pour soutenir leur action et interpeller les autorités sur leur cas.
par Nejma Brahim
Journal — Logement
Face au risque d’expulsion à Montreuil : « Je veux juste un coin pour vivre »
Ce mardi, une audience avait lieu au tribunal de proximité de Montreuil pour décider du délai laissé aux cent vingt personnes exilées – femmes, dont certaines enceintes, hommes et enfants – ayant trouvé refuge dans des bureaux vides depuis juin. La juge rendra sa décision vendredi 12 août. Une expulsion sans délai pourrait être décidée.
par Sophie Boutboul
Journal — Énergies
La sécheresse aggrave la crise énergétique en Europe
Déjà fortement ébranlé par les menaces de pénurie de gaz, le système électrique européen voit les productions s’effondrer, en raison de la sécheresse installée depuis le début de l’année. Jamais les prix de l’électricité n’ont été aussi élevés sur le continent.
par Martine Orange
Journal — France
Inflation : le gouvernement se félicite, les Français trinquent
L’OCDE a confirmé la baisse des revenus réels en France au premier trimestre 2022 de 1,9 %, une baisse plus forte qu’en Allemagne, en Italie ou aux États-Unis. Et les choix politiques ne sont pas pour rien dans ce désastre.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Ce que nous rappelle la variole du singe
[REDIFFUSION] A peine la covid maitrisée que surgit une nouvelle alerte sanitaire, qui semble cette fois plus particulièrement concerner les gays. Qu’en penser ? Comment nous, homos, devons-nous réagir ? Qu’est-ce que ce énième avertissement peut-il apporter à la prévention en santé sexuelle ?
par Hervé Latapie
Billet de blog
Faire face à l’effondrement du service public de santé
Après avoir montré l’étendue et les causes des dégâts du service public de santé français, ce deuxième volet traite des solutions en trompe-l’œil prises jusque-là. Et avance des propositions inédites, articulées autour de la création d’un service public de santé territorial, pour tenter d’y remédier.
par Julien Vernaudon
Billet de blog
Variole du singe : ce que coûte l'inaction des pouvoirs publics
« L'objectif, c'est de vacciner toutes les personnes qui souhaitent l'être, mais n'oublions pas que nous ne sommes pas dans l'urgence pour la vaccination ». Voilà ce qu'a déclaré la ministre déléguée en charge des professions de santé, au sujet de l'épidémie de la variole du singe. Pourtant pour les gays/bis et les TDS il y a urgence ! Quel est donc ce « nous » qui n'est pas dans l'urgence ?
par Miguel Shema
Billet de blog
Variole du singe : chronique d'une (nouvelle) gestion calamiteuse de la vaccination
[REDIFFUSION] Créneaux de vaccination saturés, communication inexistante sur l'épidémie et sur la vaccination, aucune transparence sur le nombre de doses disponible : la gestion actuelle de la variole du singe est catastrophique et dangereuse.
par Jean-Baptiste Lachenal