Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 avr. 2014

Deezer, ou la fin de la diversité musicale.

On a appris ce matin que Axel Dauchez, le patron de Deezer, a été promus Chevalier de la Légion d'Honneur et on a manqué de s'étouffer. Au nom de quoi l'un des grands artisans du streaming reçoit une telle distinction ?

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On a appris ce matin que Axel Dauchez, le patron de Deezer, a été promus Chevalier de la Légion d'Honneur et on a manqué de s'étouffer. Au nom de quoi l'un des grands artisans du streaming reçoit une telle distinction ? Pour avoir complètement asséché le marché en proposant de la musique quasiment gratuitement à ceux qui avaient déjà du mal à acheter un disque quand il était disponible gratuitement sur les plates-formes de P2P ? Pour payer - à l'instar de son concurrent Spotify - entre 0,006 et 0,0084 euros par titre écouté aux ayants-droit ?

Le streaming n'est absolument pas viable à terme, car il consiste à mettre à disposition de tous du contenu que l'on n'a pas produit et que l'on ne rétribue pas suffisamment pour permettre aux artistes d'amortir leurs coûts de production. Comment dans ces conditions assurer la création de nouveaux contenus ? Les seuls qui parviendront à trouver les ressources nécessaires pour le faire seront ceux qui auront les faveurs du milieu publicitaire. On imagine sans peine que cela ne concerne en rien les musiciens de jazz ou de toute autre musique qui n'est pas diffusée sur les grands médias généralistes.

Dans ces conditions, c'est l'appauvrissement assuré, l'uniformisation par le bas de la musique pour la plus grande majorité du public. De fait, c'est la fin de la diversité. D'ailleurs il est frappant de constater que plus aucun artiste d'envergure n'émerge depuis dix ans. Où sont les Stevie Wonder, les Léo Ferre, Michael Jackson, les Jacques Brel, Serge Gainsbourg, les Peter Gabriel, les Marvin Gay, les Beattles d'aujourd'hui ? Ils existent c'est certain, mais ils n'ont plus la possibilité de se faire entendre dans un univers complètement saturé où ne prime plus que l'immédiateté, où le seul critère qui compte, c'est le nombre de hits enregistrés dans les premières semaines. Tous les musiciens dont la musique est si singulière qu'elle demande un peu de temps pour être entendue n'ont plus aucune chance de trouver leur public. Quand on ne mise plus que sur le plus grand dénominateur commun, on fini avec TF1. Qu'est-ce que TF1 a produit de bien depuis vingt ans ?

J'entends parfois qu'on nous rétorque "mais vous avez les concerts où vous pouvez vendre des disques". C'est vrai que nous continuons à vendre des disques en concerts, mais pas assez pour rentabiliser l'énorme investissement qu'ils représentent. Pourtant, sans disques, point de concerts… 

Heureusement, on voit enfin apparaître des offres alternatives de streaming qui prennent en compte les besoins des artistes, mais quelle chance ont-elles face à des mastodontes comme Deezer ? Avec cette légion d'honneur, force est de constater que le chemin est long : si au plus haut niveau de l'état on n'a pas encore pris conscience de la gravité de la situation, comment peut-on espérer un changement rapide des mentalités du grand public ? Il serait pourtant bien temps qu'il prenne la mesure des conséquences de ses habitudes de consommateurs de musique, exactement comme il l'a fait avec la grande distribution. Car ce que Carrefour fait aux petits producteurs de fruits et de légumes, Deezer le fait aux musiciens.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871
Billet d’édition
Canicula, étoile chien
Si la canicule n’a aucun rapport avec les canidés, ce mot vient du latin Canicula, petite chienne. Canicula, autre nom que les astronomes donnaient à Sirius, étoile la plus brillante de la constellation du Grand Chien. Pour les Grecs, le temps le plus chaud de l’année commençait au lever de Sirius, l’étoile chien qui, au solstice d’été, poursuit la course du soleil .
par vent d'autan
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain