Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 juin 2021

Stream ta mère

En ce jour de la fête de la musique, célébrons le streaming, ce modèle qui ne distribue plus rien aux artistes.

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

juin 21, 2021

UN CAS D'ÉCOLE ! Une émission (La Grande Table, sur France Culture) pour questionner la place du streaming dans nos vies, et dans l'économie de la musique aujourd'hui. On invite deux quarantenaires, enfants de Napster (donc de la musique gratuite) qui regrettent ce grand moment de partage qui marquait le début de la musique diffusée sans aucune rétribution pour ceux qui la font. 

Au fond c'est l’avènement de l'auditeur roi, ce grand enfant gâté. Tout pour sa gueule. Comment ne pas penser au modèle Amazon qui a tout misé sur le consommateur, rien pour ceux qui bossent pour entretenir cette gloutonnerie. Souvenez-vous, ça a commencé avec l'échange de centaines de Go de musiques qu'une vie ne suffira pas à écouter par les utilisateurs de P2P. 

Ça rappelle aussi cette économie des livreurs Uber, nouveaux forçats des villes, qui montent 5 étages dans mon immeuble sans qu'une seule fois mes voisins trentenaires ne songent à en descendre un ou deux pour les soulager. Qu'est-ce qu'on en a à foutre de ce qu'il gagne par course ?

Quid de la rétribution des artistes à l'ère du streaming ? Vous n'en saurez pas grand chose à l'écoute de France Culture, cette question tellement vulgaire n'étant abordée qu'au bout de 19 minutes d'émission, sans même être débattue (question complexe, concède-t-on du bout des lèvres).

Et cette idée que les artistes vivent essentiellement des concerts et que le streaming leur sert à se produire. Savent-ils ce que coûte la production d'un disque ? Ont-il regardé la programmation des festivals ?

La diversité de la programmation ne se trouve plus que dans des circuits de distribution très confidentiels qui payent les concerts comme il y a vingt ans. Certainement pas assez pour rembourser les coûts de productions et de promotion d'un disque, sans parler de dégager de quoi se payer un salaire digne. 

Au fait, un artiste de la stature (qualitative) de Prince ou de Stevie Wonder qui a émergé ces quinze dernières années ? Il n'y en a plus parce que toutes les structures (production, distribution) qui ont contribué à leur essors ont disparu. Bonne fête de la musique à tous (sauf aux musiciens).

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Parlement : ce que peut espérer la Nupes
Et si la gauche devenait la première force d’opposition au Palais-Bourbon en juin prochain ? Un scénario plausible qui pourrait, dans une certaine mesure, transformer le paysage politique, explique Olivier Rozenberg, spécialiste de la vie parlementaire.
par Pauline Graulle
Journal
Ukraine : divisé, le monde occidental peine à dessiner une issue
Alors que le spectre d’un conflit long se précise, faut-il continuer, et jusqu’à quand, à livrer des armes à Kyiv ? Est-il encore possible de ménager une « porte de sortie » à Vladimir Poutine pour faciliter de futures négociations de paix ? Aux États-Unis comme en Europe, des dissensions commencent à affleurer sur ces sujets clés.
par Ludovic Lamant
Journal — Migrations
La guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Législatives : des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Prendre les chemins de traverse… mais à plusieurs !
Nous sommes un collectif d'une petite dizaine de personnes, qui avons décidé, à la fin de nos études en politiques locales, de prendre à bras le corps les questions climatiques, énergétiques, sociales de demain, pour y trouver des réponses radicales. Voilà l'histoire de notre parcours, depuis notre rencontre en 2018, sur les bancs de l'université.
par Collectif La Traverse
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique