Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

56 Billets

0 Édition

Billet de blog 22 avr. 2016

Sometimes It Snows In April

Prince a été l'artiste que j'ai le plus écouté quand j'étais jeune. À partir de Around the World In A Day paru en 1985. J'avais alors 15 ans. C'était aussi l'arrivée du CD et le double album Sign O' The Times est un des tout premiers CD que j'ai acheté. J'ai du l'écouter des centaines de fois.

Laurent Coq
Musicien
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Prince a été l'artiste que j'ai le plus écouté quand j'étais jeune. À partir de Around the World In A Day paru en 1985. J'avais alors 15 ans. C'était aussi l'arrivée du CD et le double album Sign O' The Times est un des tout premiers CD que j'ai acheté. J'ai du l'écouter des centaines de fois. Après ce fut Parade que j'ai écouté en boucle pendant des mois également, avec notamment les arrangements somptueux de Clare Fischer.
C'était le temps des premiers émois amoureux, et Prince en fut un. Je veux dire que ça musique a fait l'effet sur moi d'un amour d'adolescent. Elle m'a escorté pendant toute la puberté et sa sensualité s'est confondue avec la découverte de la sexualité, et l'émancipation qui l'accompagne.
Je l'ai écouté bien plus que celle de Michael Jackson par exemple. Je ne dis pas ça pour faire une hiérarchie. C'est simplement qu'elle m'a beaucoup plus touché. Il y avait dans ces mélodies, ces harmonies complexes et déconcertantes, ces arrangements baroques, une folie et une imagination qui m'ont tout de suite emballé. Aucun autre artiste - hors jazz - a autant compté pour moi pendant toutes ces années, à part peut-être Stevie Wonder. Je les mets au même niveau tous les deux. Je n'ai jamais ressenti ça depuis. Avec aucun autre chanteur.
Je me souviens d'un concert à Bercy en 1990 où il est arrivé sur scène sur un trapèze qui a survolé toute la foule. Surtout, je me souviens des deux heures et demie de musique, de chants, de guitare, de piano, de danse. À chaque instant, j'étais ébloui par son génie. Après ce concert, il est allé donné un after-show au Rex Club où ils ont joué avec ses musiciens jusqu'à 5h du mat, mais impossible de rentrer.
Cette vidéo que j'ai réalisée en vitesse est un humble hommage à l'immense Prince qui nous a quitté aujourd'hui. Sometimes It Snows In April est le morceau qui clôt l'album Parade (que ceux qui ne le connaissent se le procure tout de suite). Si j'avais pu trouver l'original sur YouTube, je l'aurais posté, mais Prince était un petit malin.
(...) Sometimes it snows in April
Sometimes I feel so bad, so bad
Sometimes I wish that life was never ending,
But all good things, they say, never last
All good things that say, never last
And love, it isn't love until it's past

© Laurent Coq

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
Fin de la redevance télé, un débat trop longtemps escamoté
Emmanuel Macron l’a décidé presque seul : l’audiovisuel public sera privé dès cette année des 3,2 milliards d’euros que lui rapporte cette ressource prélevée depuis 1948. Au nom du « pouvoir d’achat », le gouvernement s’apprête à faire peser de lourdes menaces sur les médias publics.
par Dan Israel
Journal
Outre-Manche, la BBC dans le collimateur du gouvernement
L’exécutif britannique veut changer le mode de financement du groupe audiovisuel public pour des raisons économiques et électoralistes. En janvier dernier, la ministre de la culture, Nadine Dorries, a expliqué vouloir mettre fin à la redevance, un système de financement qu’elle juge « obsolète ».
par Marie Billon
Journal — Gauche(s)
Le conflit russo-ukrainien divise la gauche anti-guerre
La cohérence du camp anti-impérialiste, a priori uni par son rejet des blocs militaires, a été mise à l’épreuve par l’invasion de l’Ukraine. Certains refusent les livraisons d’armes, craignant l’engrenage d’un conflit interimpérialiste, tandis que d’autres estiment incontournable cette solidarité. 
par Fabien Escalona
Journal
Yaël Braun-Pivet, première femme au perchoir
La députée des Yvelines succède à Richard Ferrand au terme de deux tours de scrutin. Un poste qu’elle convoitait depuis de nombreux mois. 
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
Roe VS Wade, ou la nécessité de retirer le pouvoir à ceux qui nous haïssent
Comment un Etat de droit peut-il remettre en cause le droit des femmes à choisir pour elles-mêmes ? En revenant sur la décision Roe vs Wade, la Cour suprême des USA a rendu a nouveau tangible cette barrière posée entre les hommes et les femmes, et la haine qui la bâtit.
par Raphaëlle Rémy-Leleu
Billet de blog
Le combat pour l'avortement : Marie-Claire Chevalier et le procès de Bobigny (1)
[Rediffusion] Marie-Claire Chevalier est morte le 23 janvier, à 66 ans. En 1972, inculpée pour avoir avorté, elle avait accepté que Gisèle Halimi transforme son procès en plaidoyer féministe pour la liberté de disposer de son corps. Pas facile d’être une avortée médiatisée à 17 ans, à une époque où la mainmise patriarcale sur le corps des femmes n’est encore qu’à peine desserrée.
par Sylvia Duverger
Billet de blog
Autorisation de l'interdiction de l'IVG aux USA, sommes nous mieux lotis en France ?
« N’oubliez jamais qu’il suffira d’une crise politique, économique ou religieuse pour que les droits des femmes soient remis en question. Ces droits ne sont jamais acquis. Vous devrez rester vigilantes votre vie durant ».
par bennoursahra
Billet de blog
Quel est le lien entre l’extrême droite, l’avortement et les luttes féministes ?
La fuite du projet de décision de la Cour suprême qui supprimerait le droit à l'avortement aux Etats Unis en est l'exemple. L’extrême droite d’hier comme d’aujourd’hui désire gouverner en persécutant un groupe minoritaire sur des critères raciaux pour diviser les individus entre eux. Quant aux femmes, elles sont réduites à l’état de ventres ambulants.
par Léane Alestra