Nourrir le monde sans pesticide

Dossier central du numéro 73 (octobre 2013)

L'impact des pesticides sur la santé publique est énorme. De nombreuses études scientifiques récentes établissent qu'ils contribuent directement au développement des cancers. À l'image de celle publiée par l'équipe du Professeur en biologie moléculaire, Luc Gaudreau, au mois de septembre(1), qui démontre les liens de causalité entre les cancers du sein et celui de la prostate avec le MCPS, un herbicide, et le Chlopyrifos, un insecticide, tous deux très couramment utilisés. Or, les quantités de pesticides utilisés en agriculture augmentent considérablement depuis des années. Plus de 7 000 pesticides différents sont commercialisés, et chacun d'eux contient un ou plusieurs des 500 ingrédients actifs homologués. Que nous habitions à la ville ou à la campagne, nous y sommes tous exposés, par les aliments et l'eau potable que nous consommons, l'air que nous respirons.

L'opinion publique commence tout juste à y être sensible. L'explosion de la demande en produits bio en est un des signes. Alors pouvons-nous raisonnablement être optimistes et penser que notre modèle agricole va évoluer dans le bon sens ? Peut-on espérer que ceux qui nous gouvernent, confrontés à une opinion publique qui ne cessera d'augmenter sa pression, légifèrent enfin pour que cesse le crime contre l'humanité que commettent les multinationales de l'agrochimie ? Contrairement à la pensée unique que tentent de nous imposer Monsanto, Bayer, Syngenta, nourrir l'humanité ne passe pas nécessairement par l'agriculture intensive chimique et des solutions existent. Un dossier du Lot en Action pour y voir un peu plus clair.

 

Notes :

(1) Source : Université de Sherbrooke, article consultable sur internet (en français) : http://goo.gl/XDoZV0


En savoir plus (lire ce dossier central) : http://www.lelotenaction.org/pages/content/archives/nourrir-l-humanite-sans-pesticides.html#REsX3qv3Mj1yhe4H.99

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.