Luigi Rignanese raconte une vie et démerveilles...

Conteur traditionnel hors format, son travail a su séduire bien au-delà des frontières des arts du récit. Accompagnés de ses musiciens, ses spectacles remplissent les théâtres où sa gouaille poétique est une machine à créer des images dans la tête des spectateurs.

Conteur traditionnel hors format, son travail a su séduire bien au-delà des frontières des arts du récit. Accompagnés de ses musiciens, ses spectacles remplissent les théâtres où sa gouaille poétique est une machine à créer des images dans la tête des spectateurs.

Cette fois, Luigi Rignanese prend les chemins de traverse. Sa nouvelle création, Démerveilles, l'amène en pays inconnu, en lui-même. Bien sûr, il y a toujours des princes, des châteaux et du merveilleux entre chaque phrase, mais l'on comprend très vite que Luigi nous parle de lui, de son maçon-rital de père, de sa mère et de ses sœurs. On se dit aussi que cette histoire éclaire toutes les autres, que ses châteaux étaient bien plus que des châteaux. Il nous parle d'amour et de comment grandir dans une famille vrai-faux cirque de la misère quotidienne. Il nous raconte avec une sensibilité immense comment il faut oublier des bouts de nous pour avancer et comment il faut se rafistoler pour tenir debout. Sa princesse voit au loin, dans un désert, un squelette de cirque. C'est tout une vie entre ridicule et grandeur. Petit caillou après petit caillou, il nous attrape par le bout de notre enfance et tout chavire. Sa vie est la nôtre aussi. Il nous la livre avec simplicité, loin du voyeurisme larmoyant de ce début de XXIe siècle, il reste un conteur. C'est l'image et l'humour qui prime. Pour le reste, à nous de choisir.

Courez le découvrir à Paris, au Lucernaire jusqu'au 12 octobre à 21h15.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.