laurent grouet
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 mars 2018

Stockage des énergies renouvelables : Nicolas Hulot préfére le rétropédalage!

La transition énergétique nécessite des dispositifs de stockage de la production renouvelable. Etat des lieux afin de lutter contre les idées reçues.

laurent grouet
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Stockage des énergies renouvelables : Nicolas Hulot préfère le rétropédalage au pompage- turbinage!

Nicolas Hulot est étonnant : Le 13 mars  sur France Inter il nous a livré, presque comme un aveu, qu’il avait évolué sur le nucléaire et que maintenant il serait plutôt vraiment contre… tout en  participant  à un gouvernement qui fait machine arrière sur le modeste objectif de réduire à moyen terme  à 50%  la part du nucléaire dans la production électrique !  Autrement dit c’est au moment  où il devient antinucléaire qu’il  repousse la sortie du nucléaire !?!

A l’heure où les énergies renouvelables prennent leur essor à l’échelle de la planète comment justifier un tel rétropédalage ? Et bien en inventant un problème qui n’en est plus un :  le stockage de l’énergie issue de la production renouvelable.  Mr Hulot   a tenté de laisser planer le doute en disant qu’il fallait «  voir ce que cela allait donner au niveau du stockage », ce qui sous-entendrait  que les technologies ne sont pas mures pour un développement massif . Pourtant EDF , que Nicolas connait bien -car l’électricien est le principal financeur de sa fondation-utilise à grande échelle  une technologie  de pompage-turbinage  qui consiste à pomper de l’eau  pour l’amener en altitude ce qui permet de stocker de l’énergie sous forme potentielle. Puis, lorsque l’on a besoin d’électricité, on fait redescendre cette eau qui actionne des turbines et crée du courant. Cette technique sert à EDF toutes  les nuits pour stocker l'excédent de production des centrales nucléaires. Pourquoi ne pas développer cette technologie simple et éprouvée depuis les années 80 ?

(https://www.usinenouvelle.com/article/pourquoi-edf-n-investit-pas-plus-dans-les-step-pour-le-stockage-des-energies-renouvelables.N620998).

Les centrales de pompage sont des petites ou moyennes unités ( il ne s'agit pas de grands ouvrages hydrauliques) comme ici a Hel Hierro où la station de pompage est construite à flanc de montagne et permet de stocker l’énergie produite par les éoliennes

Le bassin de la station de pompage turbinage (STEP) de l'île d'El Hierro permettant de stocker l'énergie produite par les éoliennes. © © CLIMAT'O

De nombreux sites ont déja été identifiés  en France sur les cotes Normandes et Bretonnes. (http://fr.hydrocoop.org/stockage-d-energie-step-marine/) Le centre Bretagne avec son canal et les dénivelés des monts d'Arée sont également propices au développement de ce type de stockage

Mais il existe bien d’autres  techniques pour stocker l’énergie ! Pour les zones sans dénivelé,  le stockage   peut se faire également  grâce à de l’ air comprimé   comme cela se fait dans d’anciennes mines de sel en Allemagne, et qui pourrait se faire dans des cavités dédiées. (http://les-smartgrids.fr/stockage-electricite-caes-essor/=)  

En Australie des batteries géantes (et recyclables)   assurent la continuité de la fourniture en électricité  https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/energie-renouvelable-tesla-construit-plus-grande-batterie-monde-australie-67892/

On pourrait encore citer les volants d’inertie (utilisant des masses mises en mouvement ) comme à   Rennes où  le métro les  utilisent   pour récupérer l’énergie de freinage, et  la réinjecter plus tard à l’accélération (https://www.ecosources.info/dossiers/Stockage_energie_volant_inertie)....ou bien la maintenant célèbre pile à  hydrogène ou encore  les sels fondus (stockage de l'energie solaire par la chaleur)....

Plus récemment une société canadienne vient de mettre au point une technique basée sur l'immersion  de ballons pressurisés, une technologie peu couteuse et disposant d'un bon rendement de restitution.   (https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/energie-environnement/les-pionniers-du-green-4-8-hydrostor-stocke-l-energie-sous-la-mer-591060.html)

Mème si cela cela ne concerne pas le stockage électrique. il semble important de citer les techniques de stockage de la chaleur ( mais qui permettent d'économiser  de l’électricité ) sous forme de forme de ballon d'eau chaude bien isolés et  enterrés. C'est le stockage dit inter-saisonnier :  l'eau chaude produite en été par des anneaux solaires  peut-être restituée plusieurs mois après  comme sur cet exemple à Neckarsulm en Allemagne où les panneaux solaires chauffent de l'eau stockée en sous sol   la chaleur restituée permettant d'alimenter 300 logements une école et un centre commercial.

Donc, non Monsieur Hulot, il n’y a pas à attendre ni « à voir ce que cela donne » (sic) car  les technologies sont au point… Il va donc vous falloir chercher  un autre prétexte  pour justifier votre reculade qui permet à l’ irresponsable industrie nucléaire de survivre quelques décennies de plus,  tout en faisant peser un danger pour l’humanité pendant des milliers d’années

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel