laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

30 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 janv. 2016

Clara s’en va mourir, un film déchirant d’humanité

Loin des poncifs où le héros met en scène sa rédemption au travers de son départ, le film de Virginie Wagon, diffusé sur Arte, soulève avec brio le droit à mourir dignement.

laurent-monserrat
Photographe et enseignant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

clara-s-en-va-mourir-jeanne-balibar

Clara compose le monde à la manière d’une pièce de théâtre, mais le jour où on lui annonce que son cancer est incurable, la force du réel s’impose à elle dans une humanité déchirante. Loin des poncifs où le héros met en scène sa rédemption au travers de son départ, le film de Virginie Wagon, diffusé sur Arte, soulève avec brio le droit à mourir dignement. La diva jouée magnifiquement par Jeanne Balibar, demeure avec ses caprices, sa jalousie, sa petitesse égocentrique et redevient fragile uniquement face à cet enfant qu’elle élève seule, dans sa solitude de star adulée.

Clara ne veut pas subir la mort, pas comme ce père cité à tort et à travers par la famille pour avoir accepté les pires souffrances avant de disparaître. Les personnages qui gravitent autour de Clara sont riches de sens, évoluant dans le sillon d’une héroïne aux prises avec ses dernières semaines de vie. La mère, jouée avec génie par Édith Scob, affiche dans son refus du suicide de sa fille, la surdité morale de la société. Cette société qui méprise la douleur du malade au nom d’une persistance judéo-chrétienne de la notion de vie. La mère finit par se rapprocher de sa fille, à l’instar de Clara dont le lien avec son fils se fixe dans l’écho final de sa voix. Le personnage du fils pousse le film vers une déchirure forte, mais aussi vers l’expression de la puissance de l’amour maternel qui paraît dépasser la mort dans ce qu’elle a finalement de plus simple, d’infiniment humain, quand on ne la sacralise pas.

Laurent Monserrat (article publié le 20 août 2015)

Film de Virginie Wagon (France, 2011)
Scénario : Virginie Wagon, Image : Philippe Lardon, Montage : Sylvie Lager, Musique : André Rigaud, Coproduction : ARTE France, B.F.C. Productions, TV5 Monde

Avec : Jeanne Balibar (Clara), Alex Tacchino (Vadim), Caroline Torlois (Elena), Magne-Håvard Brekke (Yougoff), Edith Scob (Claras Mutter), Marc Bodnar (Yann)

Prix du meilleur scénario, Festival de Luchon 2012
Prix nouveau talent télévision SA CD 2012
Prix Europa 2012

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d'un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Au sixième mois de leur prise du pouvoir, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Les rendez-vous manqués de la gauche avec l’école (1/2)
Si l’on veut faire progresser la cause de l’école, il faut faire un bilan complet des politiques scolaires de la gauche quand elle était au pouvoir mais aussi lorsque, dans l’opposition, elle tentait de faire avancer son propre agenda.
par Françoise Clerc
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005
Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin